Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assurer la coordination des politiques et révolutionner le système statistique
Pour réaliser les Objectifs du développement durable
Publié dans El Watan le 03 - 10 - 2016

Dans son dernier rapport sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), la Banque africaine de développement (BAD) dresse un bilan détaillé des performances de l'Afrique pendant la campagne de développement menée sur une période de quinze ans.
La banque a également examiné les enjeux et les possibilités associés à la double transition vers les nouveaux programmes de développement, l'un mondial et l'autre continental, qui ont été adoptés en 2015.
Il s'agit du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et de l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Pour ces deux chantiers, des conditions sont à assurer à tous les niveaux. C'est ce qu'a conclu le panel réuni le 21 septembre dernier à New York en marge de la 71e Assemblée générale des Nations unies afin de débattre des perspectives de développement pour l'Afrique et de présider au lancement conjoint du Rapport de transition OMD-ODD 2016 : «Vers une approche intégrée et cohérente du développement durable en Afrique».
Pour les experts de la BAD, les pays africains auront besoin de données, de statistiques et de processus de coordination des politiques améliorées pour assurer le succès de la mise en œuvre des ODD et la convergence avec l'Agenda 2063 de l'Union africaine (UA) considéré comme la feuille de route de l'Afrique pour le développement. En effet, pour garantir une mise en œuvre efficace des nouveaux programmes aux niveaux mondial et continental, le Rapport de transition 2016 souligne la nécessité que les pays renforcent leurs capacités en matière d'élaboration de politiques fondées sur la preuve et d'améliorer la coordination institutionnelle pour veiller à ce que la mise en œuvre des deux programmes implique une prise en compte équilibrée des trois dimensions du développement.
Le message se résume donc ainsi : «Une coordination institutionnelle efficace et des dispositifs statistiques solides pour appuyer l'élaboration de politiques fondées sur la preuve et leur suivi». Des outils qui, faut-il le noter, font dont cruellement défaut dans la majorité des pays africains où le système de gouvernance est fortement décrié. Ce qui appelle à une révolution dans ce domaine. Les rédacteurs dudit rapport n'ont pas manqué de le souligner.
L'implication des institutions est primordiale
Ils ont relevé l'importance que jouent les institutions dans la mise en œuvre d'un programme de développement durable. «La corrélation des objectifs, cibles et indicateurs de développement durable avec leurs attributs transversaux, exige une architecture institutionnelle qui favorise la coordination intersectorielle, maximise les synergies multidisciplinaires et la cohérence des politique», estiment les experts de la BAD, qui poursuivent : «Des arrangements institutionnels qui tirent le meilleur parti des apports de la science et des communautés autochtones viendront renforcer l'élaboration des politiques et créer les conditions les meilleures pour atteindre les ODD.» Car, estime-t-on encore à ce niveau : «Le manque de données empêche les pays d'établir des références, de suivre des indicateurs de performance et de renforcer leurs politiques en se fondant sur des données factuelles. Les données nécessaires pour évaluer le nombre considérable de buts, de cibles et d'indicateurs des ODD sont immenses et bien au- dessus des moyens et des capacités de la plupart des pays, notamment ceux en développement. Ainsi, l'Afrique doit réaliser une révolution en matière de collecte de données et de coordination sectorielle», conclut-on à ce sujet. Il y a lieu donc de mettre en place des systèmes de statistiques solides qui permettent de développer des politiques basées sur des données établies et de suivre les progrès.
Diversifier la base économique
Sur un autre plan, le document de la BAD met en exergue la nécessité d'opérer en Afrique des transformations sur les structures économiques afin de diversifier sa base économique, créer des emplois pour les nombreux jeunes et femmes chômeurs et commencer à inverser les fortes tendances d'inégalité sur le continent. «Il y a plusieurs leçons à tirer de l'impact des tendances de pauvreté et d'inégalité sur la croissance que l'Afrique a connu au cours des 10 dernières années. Les progrès vers l'élimination de la pauvreté seront largement tributaires d'une croissance inclusive et soutenue», prévient-on à ce sujet. Le document attire par ailleurs l'attention sur la réalisation partielle des engagements de l'Aide publique au développement (APD) par les partenaires au développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.