Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement "AADL" et "LPP"    Le capital du Groupe Télécom Algérie triplé    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    Real Madrid: le verdict tombe pour Hazard    Opep-Non Opep : Arkab participe à la 17ème réunion du JMMC à Vienne    Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Colère et indignation des Algériens    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    «J'ai fait une campagne propre»    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Le Raja pour le vainqueur MCA-Forces aériennes    L'inévitable saignée ?    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Mahrez, Bennacer et Belaïli retenus dans la liste finale    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Bouira: Campagne de sensibilisation sur la drogue    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie entre le marteau et l'enclume
Les augmentations salariales l'empêchent de maîtriser le déficit budgétaire
Publié dans El Watan le 13 - 12 - 2016

Les obligations sociales du gouvernement tunisien ont pesé lourd sur ses choix pour le budget 2017. Youssef Chahed et son équipe n'ont pas pu prendre des mesures courageuses pour maîtriser les dépenses publiques, notamment la masse salariale.
Politiques et observateurs s'interrogent en ce moment en Tunisie sur les obligations gouvernementales à l'égard du Fonds monétaire international (FMI) en rapport avec le dernier prêt de 2,7 milliards de dollars accordé à l'Etat tunisien pour soutenir la relance économique. Les soucis des experts ont redoublé d'intensité après l'accord du gouvernement de Youssef Chahed de maintenir les augmentations salariales accordées aux fonctionnaires par le gouvernement de Habib Essid.
Le projet initial du budget 2017 a prévu de renvoyer ces augmentations pour deux ans afin de maîtriser le déficit budgétaire, de plus en plus alarmant, avoisinant les 6% qui est essentiellement dû à une masse salariale ayant doublé durant les cinq dernières années.
Une telle décision «politique» pourrait, selon l'ex-ministre des Finances Hassine Dimassi, provoquer des réticences du FMI à poursuivre son soutien à la Tunisie. «Le FMI pourrait ne pas accorder la tranche du prêt prévue fin 2016, parce que la Tunisie s'est engagée sur un programme visant la maîtrise du déficit budgétaire et la compression des charges salariales», a dit M. Dimassi, qui a démissionné en juin 2012 du gouvernement de Hamadi Jebali parce qu'il refusait cette politique de «prêts pour payer les fonctionnaires de l'Etat».
Contraintes et choix
Le gouvernement de Youssef Chahed s'est donc retrouvé face à trois contraintes majeures : le remboursement de la dette extérieure, les charges salariales et l'impératif d'investissements dans les régions. Les deux premières étant indétrônables, c'est l'investissement qui a été victime du bras de fer entre le gouvernement et l'UGTT. De toutes les façons, avec moins de 6 milliards de dinars, l'investissement ne constitue même pas 40% de la masse salariale (14,5 milliards de dinars tunisiens = 6 milliards d'euros).
Par ailleurs, il est utile de rappeler que la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, n'a cessé d'attirer l'attention du gouvernement tunisien sur la nécessité d'adopter des politiques visant à «modérer» les salaires et à agir sur les recrutements au sein de la Fonction publique qui enregistre, selon elle, un surplus d'effectif.
Elle a fait savoir que la masse salariale en Tunisie représente 14% du PIB, «un taux très élevé». Au niveau du budget, Mme Lagarde a pointé du doigt la faiblesse des dépenses d'investissement par rapport aux dépenses de fonctionnement, notamment la masse salariale dont le rapport sur le budget est «l'un des plus élevés au monde». Elle a également insisté sur un budget orienté vers la croissance, un système financier robuste et efficace et une amélioration du climat des affaires. C'est donc au niveau de la faiblesse de l'investissement productif que la situation coince en Tunisie.
Orientations globales
Le projet du budget 2017 a été établi en Tunisie sur la base d'un baril de pétrole à 50 dollars, un taux de change du dollar à 2,250 dinars et l'institution d'une contribution exceptionnelle pour l'année 2017, qui rapporterait 900 millions de dinars. Une enveloppe de 2750 millions de dinars est consacrée aux subventions, dont 1600 millions pour les produits de base, 650 millions pour les hydrocarbures et 500 millions pour la CNSS afin de lui permettre de faire face à ses difficultés financières.
En ce qui concerne la masse salariale des fonctionnaires de l'Etat et suite à l'accord passé entre le gouvernement et l'UGTT concernant le maintien des augmentations de salaires en 2017, elle sera d'environ 14,5 milliards de dinars, soit 75% du budget général de gestion estimé à 18,5 milliards de dinars.
Ce scénario fait que la masse salariale reste au niveau de 14,2% du PIB, alors que le scénario prévu par le projet initial du budget 2017, visait à la rabaisser à 13,9% du PIB, à condition, bien sûr, que ce dernier croisse de 2,3% comme prévu.
Côté ressources, le budget 2017 prévoit 74% de ressources propres (23,895 milliards de dinars, dont 21,700 milliards de ressources fiscales) et 26% de ressources d'emprunts dont 8,5 milliards de dinars d'emprunts extérieurs. La Tunisie rencontre encore des difficultés pour réussir sa transition économique, en attendant la réalisation des promesses du Forum Tunisia 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.