"Il faut commencer par juger les véritables criminels"    La justice se rappelle Chakib Khelil    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    L'Union africaine appelle à un cessez-le-feu "immédiat"    ESS : le match de la saison    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Les travers de la société tournés en dérision    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut une réorganisation des différents intervenants dans la filière»
Hocine Doufène. Enseignant à l'université de Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2017

- Quel est l'état des lieux de la filière oléicole à Tizi Ouzou ?
La filière oléicole est très ancienne dans notre région. L'activité est pratiquée en zone de montagne où la variété «chemlal» domine. Les conditions de relief limitent toutefois les possibilités d'intensification et donc l'augmentation du rendement. C'est aussi une filière fortement marginalisée par les pouvoirs publics jusqu'à l'avènement du Plan national de développement agricole (PNDA) en 2000 ayant pris en considération la relance de l'agriculture de montagne, dont l'oléiculture. Il a été suivi du Plan national de développement agricole et rural (PNDAR) deux ans plus tard, qui a mis en place de nombreuses infrastructures et structures prestataires de service.
Le but étant de réhabiliter les espaces ruraux, améliorer les conditions de vie des populations par la mise en oeuvre des Projets de Proximité de développement rural intégré (PPDRI) pour la promotion des espaces ruraux et permettre aux populations d'entrevoir un mode de vie spécifique, adapté, confortable, favorisant leur stabilité. Ce qui a permis à la filière à s'améliorer.
- La qualité de l'huile produite est-elle satisfaisante ?
Malgré la relance, l'oléiculture de montagne est en crise. La principale cause est le fait d'avoir un produit qui ne répond pas aux normes en termes de qualité. Le taux d'acidité de l'huile d'olive produite est très élevé. C'est le résulta des études menées ces dernières années par nos étudiants de master en oléiculture et oléotechnie à l'université Mouloud Mammeri (département de biologie). Ils ont démontré que notre huile n'est pas compétitive sur le marché international.
Les échantillons d'huile issus de plusieurs régions de la wilaya et analysés dans notre laboratoire présentaient un fort taux d'acidité et dans bien des cas étaient impropres à la consommation. La norme est de ne pas dépasser 0,8% d'acidité, alors que les résultats des analyses étaient d'un taux bien supérieur à 3%. Les recherches ont aussi dévoilé que plus de 50% de la production d'huile de la wilaya ne répond pas aux normes de qualité.
Cela est dû à plusieurs facteurs : principalement l'existence de défaillances dans presque toutes les étapes de cette filière surtout celle de la production. En effet, les opérations culturales, les techniques de récolte, les conditions et la durée de stockage de l'olive ne sont que faiblement maîtrisées par les oléiculteurs. Il y a d'abord l'absence de tri, en plus des moyens de stockage non appropriés qui agressent les grains.
L'olive est stockée dans des sacs au lieu de caisses aérées. L'industriel ne reçoit donc pas une matière première de qualité. Au niveau du secteur de la transformation, le parc huilier est drainé par des unités dites traditionnelles à faible capacité de trituration. La longue durée de stockage s'allonge chez l'industriel déjà assez longue chez le producteur, ce qui empêche l'obtention d'un produit de qualité, surtout lorsque l'on sait que les normes imposent en moyenne 72 heures de stockage.
- Que faut-il pour améliorer la production et aller vers la labellisation du produit ?
Il faut une réorganisation des différents intervenants dans la filière. Actuellement, ils fonctionnent sans synergie et indépendamment les uns des autres. Les conditions actuelles de production, transformation et commercialisation ne nous permettent pas de considérer la filière huile d'olive comme étant performante et moderne. Les principaux segments d'une filière moderne, à savoir la production, la transformation et la commercialisation doivent être placés sous une direction unique qui assure le suivi et le contrôle.
Ce qui n'est pas le cas chez nous. Si on prend l'exemple de la commercialisation, actuellement le marché de l'huile d'olive est dominé par l'informel car il n'existe pas de réseau de commercialisation et de distribution appropriés. Au stade actuel, il est très difficile de parler de labellisation de l'huile d'olive faute de qualité car pour cela, il faudrait une filière performante pour le suivi et la maîtrise. Et pour cela, je crois qu'il faut encore du temps...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.