Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Khalifa Ghweil et les BDB brouillent les cartes
Bataille pour le contrôle du croissant pétrolier libyen
Publié dans El Watan le 07 - 03 - 2017

Les combats entre les troupes du maréchal Khalifa Haftar et les éléments des Bridages de défense de Benghazi (BDB) pour le contrôle du Croissant pétrolier libyen ne connaissent pas de répit.
Le gouvernement de Tobrouk, non reconnu par la communauté internationale, dont dépend l'armée du maréchal Haftar, a perdu en grande partie, vendredi, le contrôle de cette région au terme d'une attaque éclair menée par les BDB, aidées par des milices soutenant, indiquent des sources, Khalifa Ghweil, leader du gouvernement du Salut national basé à Tripoli et également non reconnu par l'ONU.
La zone objet de toutes les convoitises représente, à elle seule, 80% des capacités de la production pétrolière libyenne. Le pétrole totalise plus de 95% des revenus du pays. Depuis sa conquête il y a six mois par Khalifa Haftar, les exportations avaient repris de manière spectaculaire, permettant à la Libye de doubler (par rapport à 2016) sa production pétrolière à 700 000 barils par jour. Engagées dans une guerre de leadership, les différentes milices rivales libyennes savent bien que celle qui mettra la main sur les puits de pétrole aura de fortes chances de tenir les cordons de la bourse et de conquérir le pouvoir.
Le gouvernement du Salut national de l'islamo-conservateur Khalifa Ghweil, qui était jugé comme étant la force la plus faible des trois gouvernements qui se disputent le contrôle de la Libye, montre ainsi qu'il est également un acteur incontournable sur l'échiquier. L'attaque lancée vendredi au cœur du Croissant pétrolier pourrait même changer la donne. A l'inverse, les derniers événements montrent que le poids du maréchal Khalifa Haftar et de son Armée nationale libyenne (ANL) sur le terrain était surfait.
Les forces du gouvernement de Tobrouk dirigées par Khalifa Haftar ont admis, samedi, avoir perdu le contrôle d'une partie de Ras Lanouf, mais ont assuré tenir toujours le terminal pétrolier. Les Brigades de défense de Benghazi, qui soutiennent Ghweil, ont soutenu, quant à elles, être maîtresses du site ainsi que celui de As Sidrah, 30 km plus à l'ouest.
Les puissantes milices de Misrata, qui viennent de libérer la ville de Syrte de l'emprise du groupe terroriste Daech, se tiennent pour le moment à l'écart des combats. Elles peuvent néanmoins faire pencher la balance d'un côté comme de l'autre, dans le cas où elles viendraient à s'engager dans le conflit.
Il est très peu probable, cependant, que les chefs militaires de la coalition Fajr Libya (Aube de Libye) apportent leur soutien à Khalifa Ghweil, les deux parties se disputant le contrôle de Tripoli. Aussi, les ambitions de Khalifa Ghweil pourraient fort bien hâter la conclusion d'un accord entre le gouvernement d'union national (GNA) et le maréchal Haftar. Mais nous n'en sommes pas encore là. Des surprises peuvent encore se produire. Pour autant, le commandant en chef de l'ANL, soutenu par l'Egypte et les Emirats arabes unis, ne s'avoue pas vaincu. Les jours prochains devraient être marqués par une contre-offensive des forces du maréchal Haftar qui disposent sur les assaillants d'un avantage aérien.
Mais le coût humain, économique et diplomatique de la flambée des combats qui s'annoncent risque d'être élevé. Il a d'ailleurs appelé hier les populations de la zone s'étalant de Syrte à Ras Lanouf à limiter leurs déplacements. Quoi qu'il en soit, ce nouvel épisode de violence va compliquer et surtout retarder les efforts régionaux de règlement de la crise libyenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.