Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    La course-poursuite entre fonte des réserves et efficacité économique    Communiqué de la réunion du Conseil des ministres    Tipasa : Les 8 thoniers regagnent leurs ports d'attache    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    9 passes décisives pour Mahrez    MO Béjaia : La direction saisit la FAF concernant Touré    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    On vous le dit    Accidents de la circulation : 107 blessés au cours des dernières 24 heures    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Selon le DG de la SEOR: Retour dès demain à une alimentation normale en eau potable    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Identité de papier    Le ministre de la Santé: «La situation est alarmante»    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Les demandeurs de logements de la formule «à points» reçus par le chef de daïra: Des promesses pour des attributions après la levée du confinement    Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Un groupe français en pole position    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Bilan du premier semestre de la Sûreté de wilaya    Cinq communes soumises à un confinement à partir de 13h    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Venezuela de Nicolas Maduro se rebelle
Caracas décide de se retirer de l'Organisation des états américains
Publié dans El Watan le 29 - 04 - 2017

Confronté à une crise économique et sociale aiguë, le Venezuela a amorcé hier sa sortie de l'Organisation des Etats américains (OEA) pour protester contre l'«ingérence» de cette organisation dans ses affaires internes.
«Nous sommes libres de l'OEA et plus jamais nous n'y reviendrons, qu'ils restent avec leur coquille vide, aujourd'hui le Venezuela s'est réveillé plus libre qu'hier. L'OEA, qu'ils aillent se faire voir !» a clamé le président socialiste, Nicolas Maduro. «J'ai fait un pas de géant pour en finir avec l'interventionnisme impérial», a insisté M. Maduro sur Twitter après l'annonce de ce «Vexit». Touché de plein fouet par l'effondrement des prix du brut, ce pays pétrolier est confronté à une vague de manifestations antigouvernement, qui a fait une trentaine de morts depuis début avril, et est soumis à une pression internationale croissante.
Accusant certains pays de l'OEA d'«ingérence» et d'«interventionnisme», dans le but de faire chuter le gouvernement en place à Caracas, le Venezuela va donc claquer la porte d'une institution fondée en 1948. C'est la première fois dans l'histoire qu'un pays choisit de quitter ce bloc régional basé à Washington. Cuba avait été exclu de l'OEA en 1962, lorsque les tensions avec les Etats-Unis étaient au plus haut. La Havane a toujours refusé de réintégrer l'organisation, même si elle a été réadmise en 2009.
L'OEA, dont le secrétaire général Luis Almagro a qualifié M. Maduro de «dictateur», s'était réunie mercredi pour convoquer un mini-sommet des ministres des Affaires étrangères de la région sur la crise, sans préciser de date. Dès mardi soir, la chef de la diplomatie vénézuélienne, Delcy Rodriguez, avait menacé de quitter l'organisation, si une telle réunion avait lieu. Et cette menace a été confirmée mercredi, dès l'annonce de ce mini-sommet. Concrètement, ce processus de retrait, qui doit prendre 24 mois, a débuté officiellement hier, lorsque le Venezuela a présenté une plainte contre l'OEA à son secrétaire général, à Washington. Pour Julio Borges, le président du Parlement vénézuélien, la seule institution contrôlée par l'opposition, depuis fin 2015, ce retrait du Venezuela de l'OEA signe «l'échec» du gouvernement.
De fait, M. Almagro avait annoncé à plusieurs reprises vouloir invoquer la charte démocratique de l'organisation pour obtenir la suspension de Caracas. L'OEA avait ainsi haussé le ton début avril en adoptant une résolution dénonçant la rupture de l'ordre constitutionnel au Venezuela, quelques jours après la décision de la Cour suprême de s'arroger les pouvoirs du Parlement. Ce n'est pas la seule organisation internationale à avoir fait pression sur Caracas : jeudi, le Parlement européen a dénoncé la «répression brutale» au Venezuela et exigé une enquête. «Le Venezuela est dans une situation chaotique», a déclaré de son côté le président américain, Donald Trump. En réponse, Caracas a demandé à la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) d'organiser une réunion le 2 mai, en signe de «solidarité, pour combattre le harcèlement diplomatique dont est victime le Venezuela», selon M. Maduro.
En face, l'opposition cherche aussi à maintenir la rue mobilisée. Elle a ainsi délocalisé, jeudi, une séance du Parlement, dans le parc Miranda, au cœur de Caracas, séance lors de laquelle a été voté un manifeste demandant l'appui de la communauté internationale pour obtenir «une élection présidentielle anticipée», avant la date prévue de 2018. Les antichavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) ont ensuite rendu hommage au dernier manifestant mort à Caracas, un jeune de 20 ans touché par une cartouche de gaz. Le parquet, qui a confirmé ce décès, a ouvert une enquête. On compte désormais 28 morts, selon le dernier bilan du parquet — 29 selon M. Maduro —, qui dénombre aussi 437 blessés et 1289 personnes arrêtées. Ce bilan est le plus lourd depuis la vague de manifestations de 2014, qui avait fait officiellement 43 morts. Lundi 1er mai, qui marquera le premier mois de mobilisation de l'opposition, les anti-Maduro ont prévu de convoquer une «grande manifestation» en signe de défi au pouvoir, qui organise traditionnellement de grands rassemblements lors de la Fête du travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.