Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Venezuela de Nicolas Maduro se rebelle
Caracas décide de se retirer de l'Organisation des états américains
Publié dans El Watan le 29 - 04 - 2017

Confronté à une crise économique et sociale aiguë, le Venezuela a amorcé hier sa sortie de l'Organisation des Etats américains (OEA) pour protester contre l'«ingérence» de cette organisation dans ses affaires internes.
«Nous sommes libres de l'OEA et plus jamais nous n'y reviendrons, qu'ils restent avec leur coquille vide, aujourd'hui le Venezuela s'est réveillé plus libre qu'hier. L'OEA, qu'ils aillent se faire voir !» a clamé le président socialiste, Nicolas Maduro. «J'ai fait un pas de géant pour en finir avec l'interventionnisme impérial», a insisté M. Maduro sur Twitter après l'annonce de ce «Vexit». Touché de plein fouet par l'effondrement des prix du brut, ce pays pétrolier est confronté à une vague de manifestations antigouvernement, qui a fait une trentaine de morts depuis début avril, et est soumis à une pression internationale croissante.
Accusant certains pays de l'OEA d'«ingérence» et d'«interventionnisme», dans le but de faire chuter le gouvernement en place à Caracas, le Venezuela va donc claquer la porte d'une institution fondée en 1948. C'est la première fois dans l'histoire qu'un pays choisit de quitter ce bloc régional basé à Washington. Cuba avait été exclu de l'OEA en 1962, lorsque les tensions avec les Etats-Unis étaient au plus haut. La Havane a toujours refusé de réintégrer l'organisation, même si elle a été réadmise en 2009.
L'OEA, dont le secrétaire général Luis Almagro a qualifié M. Maduro de «dictateur», s'était réunie mercredi pour convoquer un mini-sommet des ministres des Affaires étrangères de la région sur la crise, sans préciser de date. Dès mardi soir, la chef de la diplomatie vénézuélienne, Delcy Rodriguez, avait menacé de quitter l'organisation, si une telle réunion avait lieu. Et cette menace a été confirmée mercredi, dès l'annonce de ce mini-sommet. Concrètement, ce processus de retrait, qui doit prendre 24 mois, a débuté officiellement hier, lorsque le Venezuela a présenté une plainte contre l'OEA à son secrétaire général, à Washington. Pour Julio Borges, le président du Parlement vénézuélien, la seule institution contrôlée par l'opposition, depuis fin 2015, ce retrait du Venezuela de l'OEA signe «l'échec» du gouvernement.
De fait, M. Almagro avait annoncé à plusieurs reprises vouloir invoquer la charte démocratique de l'organisation pour obtenir la suspension de Caracas. L'OEA avait ainsi haussé le ton début avril en adoptant une résolution dénonçant la rupture de l'ordre constitutionnel au Venezuela, quelques jours après la décision de la Cour suprême de s'arroger les pouvoirs du Parlement. Ce n'est pas la seule organisation internationale à avoir fait pression sur Caracas : jeudi, le Parlement européen a dénoncé la «répression brutale» au Venezuela et exigé une enquête. «Le Venezuela est dans une situation chaotique», a déclaré de son côté le président américain, Donald Trump. En réponse, Caracas a demandé à la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) d'organiser une réunion le 2 mai, en signe de «solidarité, pour combattre le harcèlement diplomatique dont est victime le Venezuela», selon M. Maduro.
En face, l'opposition cherche aussi à maintenir la rue mobilisée. Elle a ainsi délocalisé, jeudi, une séance du Parlement, dans le parc Miranda, au cœur de Caracas, séance lors de laquelle a été voté un manifeste demandant l'appui de la communauté internationale pour obtenir «une élection présidentielle anticipée», avant la date prévue de 2018. Les antichavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) ont ensuite rendu hommage au dernier manifestant mort à Caracas, un jeune de 20 ans touché par une cartouche de gaz. Le parquet, qui a confirmé ce décès, a ouvert une enquête. On compte désormais 28 morts, selon le dernier bilan du parquet — 29 selon M. Maduro —, qui dénombre aussi 437 blessés et 1289 personnes arrêtées. Ce bilan est le plus lourd depuis la vague de manifestations de 2014, qui avait fait officiellement 43 morts. Lundi 1er mai, qui marquera le premier mois de mobilisation de l'opposition, les anti-Maduro ont prévu de convoquer une «grande manifestation» en signe de défi au pouvoir, qui organise traditionnellement de grands rassemblements lors de la Fête du travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.