Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Zeroual fait don d'un mois de sa pension de retraite    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Un député français saisit le procureur de Paris    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    3 personnes interpellées    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    On vous le dit    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : Le pouvoir en déséquilibre
Publié dans Le Maghreb le 02 - 04 - 2017

La Cour suprême du Venezuela va réviser deux décisions par lesquelles elle s'était attribué les pouvoirs du Parlement et avait privé les députés de leur immunité, selon un accord conclu samedi entre les principales institutions du pays. Les représentants de ces institutions, réunis dans la nuit au sein du Conseil de défense de la Nation, ont décidé d'"exhorter le Tribunal suprême de justice (Cour suprême, ndlr) à réviser les décisions" en question, "afin de maintenir la stabilité institutionnelle et l'équilibre des pouvoirs", indique le texte de l'accord. Le Conseil de défense de la Nation avait été convoqué en urgence vendredi soir par le président vénézuélien, le socialiste Nicolas Maduro. La décision de la Cour suprême, favorable à M. Maduro, de s'arroger les pouvoirs du Parlement, contrôlé par l'opposition de centre droit, avait suscité une vague de réprobation internationale. Vendredi, pour la première fois, cette décision avait aussi été critiquée dans le camp de M. Maduro. Luisa Ortega, chef du parquet national vénézuélien et considérée comme appartenant au camp présidentiel, avait dénoncé une "rupture de l'ordre constitutionnel". Quelques heures après, M. Maduro avait affirmé le contraire. "Au Venezuela, la Constitution, les droits civils et politiques, les droits de l'Homme et le pouvoir populaire sont pleinement en vigueur", avait-il déclaré. Et M. Maduro avait annoncé qu'il convoquait le Conseil de défense de la Nation "afin de délibérer et d'adopter une résolution" permettant de sortir de ce qu'il a appelé une "impasse". Le président a ensuite annoncé lui-même à la radio et à la télévision la conclusion de l'accord, avant que son vice-président, Tareck El Assaimi, n'en lise le texte. "Nous sommes parvenus à un important accord pour la résolution de cette controverse", qui est maintenant "surmontée", a déclaré M. Maduro en annonçant la révision des deux décisions controversées de la Cour suprême. Cela démontre "les possibilités de dialogue qui peuvent être activées dans le cadre de notre Constitution", a-t-il ajouté. Le président de la Cour suprême, Maikel Moreno, a participé à la réunion du Conseil de défense, mais pas le président du Parlement, l'opposant Julio Borges, ni la chef du parquet Luisa Ortega. M. Maduro a toutefois indiqué que "des conversations" avaient eu lieu avec Mme Ortega pendant que se déroulait la réunion du Conseil de défense.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nié vendredi que la décision de la Cour suprême de s'arroger les pouvoirs du Parlement soit une "rupture de l'ordre constitutionnel" et a convoqué son Conseil de sécurité. M. Maduro a pour la première fois été ouvertement critiqué par son propre camp, un haut responsable dénonçant la mainmise de la Cour suprême sur le Parlement. Les critiques internationales pleuvent depuis jeudi sur le Venezuela, où la plus haute juridiction, proche du président socialiste, s'est attribuée le pouvoir d'édicter des lois qui appartient normalement au Parlement, bastion de l'opposition de centre droit. Cette mesure constitue une nouvelle escalade dans la crise politique qui agite le Venezuela depuis la large victoire des antichavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) aux élections législatives de fin 2015. Exécutif, armée, justice et législatif: le régime présidentiel vénézuélien concentre à présent tous les pouvoirs. Vendredi, Luisa Ortega, chef du parquet au niveau national et considérée comme affiliée au président Maduro, est sortie du rang. "Dans ces décisions (de la Cour suprême), on peut constater des violations de l'ordre constitutionnel et une méconnaissance du modèle d'Etat consacré par notre Constitution (...) ce qui constitue une rupture de l'ordre constitutionnel", a-t-elle déclaré au cours d'un discours retransmis en direct par la télévision d'Etat.

Une grande inquiétude
"Il est de mon devoir de manifester face au pays ma grande inquiétude", a-t-elle ajouté en brandissant la Constitution. Ces déclarations ont été ponctuées par des applaudissements dans la salle et ont visiblement surpris les journalistes de la chaîne, qui suit la ligne du pouvoir exécutif.

Réunion d'urgence de l'OEA lundi ou mardi
Le Conseil permanent de l'Organisation des Etats américains (OEA) devrait se réunir d'urgence lundi ou mardi, selon des sources diplomatiques, pour se pencher sur la crise politique au Venezuela, où la Cour suprême s'est octroyée les pouvoirs du Parlement. Le secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, a formulé cette demande vendredi, après avoir dénoncé "un coup d'Etat auto-infligé" au Venezuela. M. Almagro assure dans un communiqué solliciter cette réunion "afin d'évaluer collectivement la situation et adopter les décisions opportunes", en vertu du règlement de cette organisation régionale qui rassemble une trentaine d'Etats du continent américain, dont les Etats-Unis. Le Venezuela, dirigé par le socialiste Nicolas Maduro, s'est attiré les foudres de la communauté internationale après la décision de la Cour suprême, réputée proche du pouvoir, dans la nuit de mercredi à jeudi de faire main basse sur la prérogative du Parlement d'édicter des lois. La plus haute juridiction du pays avait plus tôt cette semaine retiré leur immunité aux députés de l'Assemblée, où l'opposition est majoritaire. Le chef de l'OEA a dénoncé ces décisions, qui représentent "les derniers coups avec lesquels le régime bouleverse l'ordre constitutionnel du pays et met fin à la démocratie". Il a reçu vendredi l'un des principaux dirigeants de l'opposition au Venezuela, Henrique Capriles, au siège de l'OEA à Washington. "Les choses ont changé drastiquement parce que la branche de pouvoir la plus représentative de la démocratie a été bloquée", a déclaré M. Capriles devant les journalistes. Deux fois candidat à la présidentielle, il a dit espérer que le Conseil permanent de l'OEA affirme dans une résolution "que le fil constitutionnel a été rompu" au Venezuela. Luis Almagro a présenté sa demande d'une réunion d'urgence à l'ambassadeur du Belize, Patrick Andrews, qui tient la présidence tournante du Conseil permanent.
Selon sa charte, l'OEA autorise son secrétaire général ou un gouvernement à convoquer une séance extraordinaire en cas "d'altération de l'ordre constitutionnel qui affecte gravement l'ordre démocratique" d'un Etat membre. Les membres doivent alors mettre en œuvre des démarches diplomatiques visant à rétablir l'ordre démocratique, qui peuvent aboutir dans les cas les plus extrêmes à la suspension du pays de l'organisation.
La Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH), organisation également basée à Washington, a rejoint vendredi le concert de critiques envers Caracas, dénonçant une "usurpation des fonctions du pouvoir législatif" et "l'annulation de facto du vote populaire" de la part de la Cour suprême.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.