Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    La situation financière des clubs relancée    L'Algérie présente au rendez-vous de Djerba    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Décès de la chanteuse du groupe Roxette    L'Algérie prend part à Rome à la réunion ministérielle des pays membres    «Je m'engage à ouvrir un dialogue national sérieux»    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    nouveau président de la République    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Benflis prend acte de sa défaite et annonce le passage de flambeau aux jeunes    Les résultats préliminaires annoncés par l'ANIE    OGC Nice: "Atal absent quelques mois"    Remis de sa commotion cérébrale: L'Algérien Oukidja opérationnel face à Marseille    Médias: Sky perd les droits de la Ligue des champions pour l'Allemagne    Installation de portiques électroniques    « 2019 a été une année exceptionnelle pour moi »    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: Près de 3.000 affaires traitées en novembre    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    L'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    Election présidentielle: Abdelmadjid Tebboune largement élu président    Les premières leçons de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Tunisie : " La prise de conscience autour du patrimoine historique est tardive "    Court métrage documentaire : Le documentaire "Nice Very Nice" en compétition au Sénégal    Adoption d'un projet de loi pour contrôler l'emploi    Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Communiqué du Conseil des ministres    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : Le pouvoir en déséquilibre
Publié dans Le Maghreb le 02 - 04 - 2017

La Cour suprême du Venezuela va réviser deux décisions par lesquelles elle s'était attribué les pouvoirs du Parlement et avait privé les députés de leur immunité, selon un accord conclu samedi entre les principales institutions du pays. Les représentants de ces institutions, réunis dans la nuit au sein du Conseil de défense de la Nation, ont décidé d'"exhorter le Tribunal suprême de justice (Cour suprême, ndlr) à réviser les décisions" en question, "afin de maintenir la stabilité institutionnelle et l'équilibre des pouvoirs", indique le texte de l'accord. Le Conseil de défense de la Nation avait été convoqué en urgence vendredi soir par le président vénézuélien, le socialiste Nicolas Maduro. La décision de la Cour suprême, favorable à M. Maduro, de s'arroger les pouvoirs du Parlement, contrôlé par l'opposition de centre droit, avait suscité une vague de réprobation internationale. Vendredi, pour la première fois, cette décision avait aussi été critiquée dans le camp de M. Maduro. Luisa Ortega, chef du parquet national vénézuélien et considérée comme appartenant au camp présidentiel, avait dénoncé une "rupture de l'ordre constitutionnel". Quelques heures après, M. Maduro avait affirmé le contraire. "Au Venezuela, la Constitution, les droits civils et politiques, les droits de l'Homme et le pouvoir populaire sont pleinement en vigueur", avait-il déclaré. Et M. Maduro avait annoncé qu'il convoquait le Conseil de défense de la Nation "afin de délibérer et d'adopter une résolution" permettant de sortir de ce qu'il a appelé une "impasse". Le président a ensuite annoncé lui-même à la radio et à la télévision la conclusion de l'accord, avant que son vice-président, Tareck El Assaimi, n'en lise le texte. "Nous sommes parvenus à un important accord pour la résolution de cette controverse", qui est maintenant "surmontée", a déclaré M. Maduro en annonçant la révision des deux décisions controversées de la Cour suprême. Cela démontre "les possibilités de dialogue qui peuvent être activées dans le cadre de notre Constitution", a-t-il ajouté. Le président de la Cour suprême, Maikel Moreno, a participé à la réunion du Conseil de défense, mais pas le président du Parlement, l'opposant Julio Borges, ni la chef du parquet Luisa Ortega. M. Maduro a toutefois indiqué que "des conversations" avaient eu lieu avec Mme Ortega pendant que se déroulait la réunion du Conseil de défense.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nié vendredi que la décision de la Cour suprême de s'arroger les pouvoirs du Parlement soit une "rupture de l'ordre constitutionnel" et a convoqué son Conseil de sécurité. M. Maduro a pour la première fois été ouvertement critiqué par son propre camp, un haut responsable dénonçant la mainmise de la Cour suprême sur le Parlement. Les critiques internationales pleuvent depuis jeudi sur le Venezuela, où la plus haute juridiction, proche du président socialiste, s'est attribuée le pouvoir d'édicter des lois qui appartient normalement au Parlement, bastion de l'opposition de centre droit. Cette mesure constitue une nouvelle escalade dans la crise politique qui agite le Venezuela depuis la large victoire des antichavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) aux élections législatives de fin 2015. Exécutif, armée, justice et législatif: le régime présidentiel vénézuélien concentre à présent tous les pouvoirs. Vendredi, Luisa Ortega, chef du parquet au niveau national et considérée comme affiliée au président Maduro, est sortie du rang. "Dans ces décisions (de la Cour suprême), on peut constater des violations de l'ordre constitutionnel et une méconnaissance du modèle d'Etat consacré par notre Constitution (...) ce qui constitue une rupture de l'ordre constitutionnel", a-t-elle déclaré au cours d'un discours retransmis en direct par la télévision d'Etat.

Une grande inquiétude
"Il est de mon devoir de manifester face au pays ma grande inquiétude", a-t-elle ajouté en brandissant la Constitution. Ces déclarations ont été ponctuées par des applaudissements dans la salle et ont visiblement surpris les journalistes de la chaîne, qui suit la ligne du pouvoir exécutif.

Réunion d'urgence de l'OEA lundi ou mardi
Le Conseil permanent de l'Organisation des Etats américains (OEA) devrait se réunir d'urgence lundi ou mardi, selon des sources diplomatiques, pour se pencher sur la crise politique au Venezuela, où la Cour suprême s'est octroyée les pouvoirs du Parlement. Le secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, a formulé cette demande vendredi, après avoir dénoncé "un coup d'Etat auto-infligé" au Venezuela. M. Almagro assure dans un communiqué solliciter cette réunion "afin d'évaluer collectivement la situation et adopter les décisions opportunes", en vertu du règlement de cette organisation régionale qui rassemble une trentaine d'Etats du continent américain, dont les Etats-Unis. Le Venezuela, dirigé par le socialiste Nicolas Maduro, s'est attiré les foudres de la communauté internationale après la décision de la Cour suprême, réputée proche du pouvoir, dans la nuit de mercredi à jeudi de faire main basse sur la prérogative du Parlement d'édicter des lois. La plus haute juridiction du pays avait plus tôt cette semaine retiré leur immunité aux députés de l'Assemblée, où l'opposition est majoritaire. Le chef de l'OEA a dénoncé ces décisions, qui représentent "les derniers coups avec lesquels le régime bouleverse l'ordre constitutionnel du pays et met fin à la démocratie". Il a reçu vendredi l'un des principaux dirigeants de l'opposition au Venezuela, Henrique Capriles, au siège de l'OEA à Washington. "Les choses ont changé drastiquement parce que la branche de pouvoir la plus représentative de la démocratie a été bloquée", a déclaré M. Capriles devant les journalistes. Deux fois candidat à la présidentielle, il a dit espérer que le Conseil permanent de l'OEA affirme dans une résolution "que le fil constitutionnel a été rompu" au Venezuela. Luis Almagro a présenté sa demande d'une réunion d'urgence à l'ambassadeur du Belize, Patrick Andrews, qui tient la présidence tournante du Conseil permanent.
Selon sa charte, l'OEA autorise son secrétaire général ou un gouvernement à convoquer une séance extraordinaire en cas "d'altération de l'ordre constitutionnel qui affecte gravement l'ordre démocratique" d'un Etat membre. Les membres doivent alors mettre en œuvre des démarches diplomatiques visant à rétablir l'ordre démocratique, qui peuvent aboutir dans les cas les plus extrêmes à la suspension du pays de l'organisation.
La Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH), organisation également basée à Washington, a rejoint vendredi le concert de critiques envers Caracas, dénonçant une "usurpation des fonctions du pouvoir législatif" et "l'annulation de facto du vote populaire" de la part de la Cour suprême.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.