Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Nous avons assisté à un hold-up électoral»
Louisa Hanoune réclame des législatives partielles
Publié dans El Watan le 07 - 05 - 2017

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, est en colère. Sa formation politique a été victime, selon elle, d'une «vengeance» en raison de son «patriotisme».
Le PT paye, de son avis, le prix de ses positions par rapport à la nouvelle politique du gouvernement et aux dernières lois de finances. Au lendemain de l'annonce des résultats des législatives, la première dame du PT a animé une conférence de presse au cours de laquelle elle a qualifié le scrutin du 4 mai d'un véritable «coup d'Etat» et un «hold-up électoral» contre la volonté populaire. «Nous avons senti le relent d'un putsch. Il y a eu une opération putschiste lors de ce scrutin, et ce, dans le but d'éliminer les partis qui dérangent et de propulser ceux qui prêtent allégeance.
Il y a des centres du pouvoir qui se sont vengés contre le PT, seul parti qui a osé traiter des problèmes que nous vivons», accuse Mme Hanoune, persuadée que le PT a été sanctionné, parce qu'il a utilisé l'APN pour défendre les intérêts de la nation et pour avoir dénoncé les prédateurs, les oligarques, le pillage et l'utilisation de l'argent sale.
La secrétaire du Parti des travailleurs est revenue longuement sur la signification du taux d'abstention qu'elle qualifie «d'historique» et sur la fraude massive caractérisée par le bourrage des urnes et l'utilisation d'urnes parallèles. Pour elle, les législatives du 4 mai ressemblent étrangement aux législatives de 1997. Mais du moins à cette époque-là, le pays était, soutient-elle, en guerre. Tout cela exprime, d'après la conférencière, l'essoufflement d'un système qui a rompu avec la majorité du peuple pour servir une infime minorité de parvenus et de nouveaux riches. «Cette fraude généralisée isole davantage le régime et accélère sa fin. Le système actuel n'a aucun ressort, il vit une crise mortelle», tranche Mme Hanoune qui demeure convaincue que le pouvoir a fraudé pour, entre autres, sauver le FLN.
«Une fraude pour sauver le FLN»
Derrière cette fraude, il y a aussi une volonté de créer une nouvelle carte politique sur mesure afin de garder le statu quo. Mais, la première dame du PT ne compte pas se taire, elle va défendre ses droits en introduisant des recours, comme elle appelle à de nouvelles élections partielles dans notamment les wilayas ayant vécu une fraude inégalée, à l'image de Annaba, Chlef, Jijel, Oran, Guelma et Tindouf. La ville de Tindouf a connu hier, révèle la secrétaire générale du PT, des manifestations de représentants de partis politiques privés de voix et de sièges. La ville de Guelma connaît aussi une effervescence. «Smaïl Kouadria, tête de liste de notre parti, a respecté son mandat et a fait une campagne appréciable. Il a toujours défendu les citoyens et a dénoncé la fraude, d'où son élimination. Pire, Kouadria a été tabassé à 3h par des baltaguiya et nous avons déposé une plainte», condamne Mme Hanoune qui pense que cette situation dénote de l'absence de l'Etat, qui était dans l'incapacité de protéger les urnes et le choix du peuple : «Ceux qui ont agi de la sorte veulent maintenir le statu quo mortel et il risque de les emporter eux aussi.»
En analysant les résultats du scrutin, la secrétaire générale du PT trouve ahurissant les voix attribuées aux partis «courtisans» et de «l'allégeance» et en même temps elle s'est interrogée sur le silence assourdissant des partis politiques face à cette fraude généralisée. Elle s'est également demandé si ces partis n'ont pas vendu leur âme en contrepartie de quelques miettes… Toutefois, la patronne du PT estime que les partisans du système en décomposition sont définitivement discrédités par le peuple à travers le taux d'abstention récolté. Le PT ne baissera pas les bras, une nouvelle époque, dira-t-elle, va s'ouvrir : celle du combat direct. Mme Hanoune est persuadée que le citoyen va réagir dès lors qu'au malaise social et à la colère contre l'austérité vient s'agripper le mépris de la population qui a été privée de choisir ses véritables représentants. «C'est une provocation contre la majorité qui s'est abstenue et contre ceux qui ont voté et dont le choix n'a pas été respecté», note Louisa Hanoune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.