OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chaque minute, 24 personnes quittent leur pays d'origine
Le HCR dénombre plus de 65 millions de réfugiés dans le monde
Publié dans El Watan le 21 - 06 - 2017

Célébrée le 20 juin de chaque année, la Journée mondiale des réfugiés a été l'occasion pour évaluer les avancées réalisées par l'Algérie en matière de prise en charge et d'engagements pris en faveur de cette population vulnérable.
Une journée d'étude organisée hier à Tamanrasset, par l'association nationale pour la promotion de la santé et des aides humanitaires Green Tea, a été ainsi consacrée à cet événement auquel ont pris part des représentants de consulats, des communautés de migrants et des spécialistes en droit international.
De prime abord, le président de l'Association, Guemmama Mohamed, a fait une présentation détaillée des activités de Green Tea, qui s'est investie depuis sa création en 2010 dans le développement des approches intercommunautaires dans la wilaya de Tamanrasset et la promotion de la santé à travers l'intensification des opérations de dépistage volontaire et la création de centres d'écoute et d'accompagnement de la population migrante.
Invité pour lever certaines ambiguïtés qui entourent ce dossier sensible, le Dr Morceli Abdelhak, professeur de droit au centre universitaire de Tamanrasset, a axé son intervention sur le régime juridique qui protège les droits des réfugiés devant être placés dans une situation particulière qui requiert des garanties supplémentaires.
Selon le conférencier, les demandeurs d'asile et les réfugiés sont dépourvus de protection dans leur propre pays. La Déclaration universelle des droits de l'homme consacre le droit de toute personne à chercher asile et à en bénéficier. Toutefois, la notion d'asile n'avait pas de contenu clair au niveau international jusqu'à l'adoption de la Convention de 1951, relative au statut des réfugiés, dont le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a été chargé de superviser la mise en œuvre.
La Convention de 1951 et son protocole de 1967, ainsi que les instruments juridiques régionaux, comme la convention de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) de 1969, régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique, sont considérés comme pierre angulaire du régime moderne de protection des réfugiés du fait qu'ils établissent une définition universelle du réfugié et incorporent ses droits et devoirs fondamentaux, souligne l'orateur.
Les dispositions de la Convention de 1951 demeurent les principales normes internationales à l'aune desquelles toute mesure de protection et de traitement des réfugiés est jugée. La disposition la plus importante, à savoir le principe de non-refoulement contenu dans l'article 33, est le fondement du régime. En vertu de ce principe, les réfugiés ne doivent pas être expulsés ou renvoyés vers des situations où leur vie ou leur liberté seraient menacées. Il incombe principalement aux Etats d'accueil de garantir cette protection.
Le HCR collabore étroitement avec les gouvernements, les conseille et, le cas échéant, les aide à honorer leurs responsabilités. Usant du langage des chiffres, M. Morceli a fait état de 65,3 millions de réfugiés dans le monde, à raison d'un réfugié par 113 personnes, dont 51% sont des enfants. Les statistiques obtenues par le HCR montrent que chaque minute, 24 personnes quittent leur pays d'origine. Selon la même source, l'Algérie dénombre près de 97 000 réfugiés, dont 90 000 Sahraouis, 4060 Palestiniens et 20 000 Syriens.
Les autorités algériennes, quant à elles, avancent un chiffre de 16 500 réfugiés Sahraouis, installés dans les camps de Tindouf. Le représentant du consulat du Niger, Djibo K. Seidou, a de son côté mis en exergue les efforts consentis par l'Algérie pour la prise en charge de ses compatriotes, scindés en trois catégories : les migrants saisonniers, les résidents et ceux ayant fourré leur nez dans des affaires délictuelles déshonorant leur pays.
Le représentant de la diaspora sénégalaise, Yantou Ibrahim, est, quant à lui, revenu sur les problèmes qui meublent leur quotidien ainsi que leurs enfants, dont 70% ne sont pas scolarisés. Il suggère la création d'écoles spécialisées en collaboration avec les ONG thématiques afin d'en finir avec cette situation problématique. Yantou, qui fait état de 40 000 migrants à Tamanrasset issus de 13 nationalités membres de l'association panafricaine dont il est représentant, a insisté sur le capital relation avec les autorités algériennes qui devraient se pencher sérieusement sur le dossier des migrants pour une meilleure prise en charge de cette frange vulnérable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.