Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Israël ferme la mosquée Al Aqsa
Accrochage armé dans la ville sainte d'El Qods
Publié dans El Watan le 15 - 07 - 2017

La présidence palestinienne a fait savoir qu'elle était en train de discuter avec la Jordanie pour obtenir la levée des restrictions israéliennes visant la mosquée Al Aqsa.
Trois jeunes Palestiniens sont tombés en martyr et deux soldats israéliens ont été tués hier matin dans un accrochage dans la vieille ville palestinienne d'El Qods occupée et annexée par Israël en juin 1967. Les jeunes Palestiniens ont attaqué un groupe de soldats israéliens postés près de Bab El Asbat, l'une des portes de la vieille ville d'El Qods.
Ils ont utilisé un pistolet et deux mitraillettes de type Carlo de fabrication locale. Ils ont blessé plusieurs soldats avant de se retirer vers l'esplanade des Mosquées où à eu lieu un second accrochage armé au cours duquel les trois jeunes Palestiniens ont été tués. Les autorités israéliennes ont par la suite annoncé la mort de deux des soldats atteints par balles.
Les trois jeunes auteurs de l'attaque de vendredi, la plus grande du genre depuis des années dans la ville sainte, sont originaires d'Oum El Fahem, une ville à majorité palestinienne située dans le nord d'Israël. Ces trois jeunes avaient donc sur eux des cartes d'identité israéliennes. Immédiatement après l'attaque, le Premier ministre Israélien, Benyamin Netanyahu, a pris la décision de fermer la mosquée Al Aqsa et d'y interdire la prière du vendredi, une première depuis l'occupation et l'annexion de la ville en 1967. La décision a suscité l'ire des Palestiniens qui ont dû faire leur prière dans les ruelles menant à ce troisième Lieu Saint de l'islam.
Quelques heures après l'attaque, la police israélienne a également arrêté le mufti de la mosquée Al Aqsa, Mohammed Hussein, alors qu'il était réuni avec d'autres Palestiniens dans la vieille ville pour dénoncer la fermeture de l'esplanade des Mosquées. «Il n'y a pas de raison de fermer la mosquée pour la prière du vendredi», a-t-il déclaré à la presse peu avant son arrestation.
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a immédiatement condamné l'attaque israélienne survenue dans le complexe de la mosquée Al Aqsa à El Qods-Est occupée et déclaré qu'il s'opposait aux «violences commises par qui que ce soit, en particulier dans les lieux religieux». Il a également demandé au Premier ministre israélien de lever les restrictions visant la mosquée Al Aqsa en la rouvrant aux fidèles, avertissant des conséquences éventuelles de telles mesures ou de toute modification du statut religieux et historique de la ville.
La présidence palestinienne a fait savoir qu'elle était en train de discuter avec la Jordanie pour obtenir la levée des restrictions israéliennes visant la mosquée Al Aqsa. Le porte-parole du mouvement Hamas, Sami Abou Zohri, a estimé pour sa part que l'attaque était «une réponse naturelle au terrorisme sioniste et à la profanation de la mosquée Al Aqsa».
«Le statu quo sera préservé», a indiqué pour de son côté Benyamin Netanyahu, dans une tentative de rassurer les Palestiniens. Selon un statu quo en vigueur depuis des décennies, les juifs sont autorisés à visiter l'esplanade, mais pas à y prier. Pour tenter d'éviter une escalade, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, et le président palestinien, Mahmoud Abbas, ont par ailleurs eu une conversation téléphonique, un entretien rare depuis la suspension des négociations de paix en 2014. M. Abbas a profité de l'occasion pour exprimer «son rejet de tout acte de violence d'où qu'il vienne» alors que M. Netanyahu «a appelé au calme».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.