Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La déroute de l'APC
Dissolution de Magrofel de Constantine
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2017

Quelques semaines seulement avant la fin de son mandat, l'APC de Constantine est en pleine déroute au vu du bilan désastreux de sa gestion des affaires de la commune. Le dossier, parmi tant d'autres, qui a révélé toutes les défaillances de la mairie et qui a fait couler beaucoup d'encre est celui de la dissolution de l'entreprise du marché de gros de fruits et légumes (Magrofel) de la zone industrielle Rhumel.
Ce dossier épineux cache en réalité beaucoup de dépassements et toute l'inconséquence du maire M'hamed Irar et son staff. Lors d'une visite effectuée hier sur les lieux, les employés et les commerçants rencontrés par El Watan n'ont pas manqué d'afficher leurs inquiétudes. Ils ont affirmé que c'est l'anarchie totale au niveau de la commune, surtout après l'annonce de la dissolution de l'entreprise. «Pourquoi dissoudre cette entreprise ? Nous avons proposé d'augmenter le loyer des locaux de manière raisonnable pour répondre à la décision de la tutelle, concernant la revalorisation du patrimoine. Malheureusement le maire a refusé de répondre à nos doléances et veut donner ce marché à un investisseur privé», a déclaré l'un des marchands.
Les concernés estiment qu'une augmentation de 100 % ne pénalisera en aucune manière le commerçant, car le loyer d'un local est à 6 000 DA TTC par mois. Pour ce qui est des droits d'entrée, ils ont ajouté qu'ils déboursent pour un camion plein 800 DA et pour une camionnette 600 DA. Les commerçants tourmentés s'interrogent sur la raison pour laquelle ce maire refuse de négocier le prix du loyer avec eux, alors qu'il le fait avec les investisseurs.
Plus précis, ils ont évoqué les délibérations de l'APC quand le maire a demandé de diminuer le prix, car les entrepreneurs ont boycotté l'établissement mis aux enchères. Pour les employés, la situation est plus compliquée. Ils ont estimé qu'il y a anguille sous roche. Parce que, d'après eux, une dissolution ne concerne que les entreprises défaillantes, ce qui n'est pas le cas de Magrofel. Pis encore, ils réclament une explication sur le refus affiché par le maire d'augmenter le loyer ou de désigner un liquidateur depuis la dissolution de l'entreprise. «La commune sera obligée d'indemniser les vendeurs qui ont des fonds de commerce et les employés de Magrofel après leur licenciement. Pourquoi les responsables concernés ne veulent-ils pas agir conformément à la réglementation. Tout se fait de manière ambiguë», a lancé l'un d'entre eux.

Le jeu ambigu de l'APC
Rappelons que tout a commencé suite à la note du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales concernant la revalorisation du patrimoine communal. Les élus, sous la pression des walis, ont décidé d'augmenter le loyer de 1000%, provoquant plusieurs mouvements de protestation. Mais l'APC ne s'est pas arrêtée là. Sautant sur cette occasion en or, elle a procédé à la dissolution de Magrofel, qui a été loué à 200 millions de centimes par an, au lieu d'augmenter le prix du loyer. Au mois de janvier dernier, la décision de la dissolution a été prise, et un liquidateur devait être désigné en 30 jours, selon la réglementation.
Un mois plus tard, lors d'une session ordinaire de l'APC, le maire avait déclaré que Magrofel serait mise aux enchères pour un prix de départ de 80 millions de dinars, sans la désignation d'un liquidateur. En mai, lors d'une autre session de l'assemblée, le maire avait demandé la révision du prix à 50 millions de dinars. Pour sa part, le secrétaire général de la commune, Boukhalfa, avait déclaré : «Le marché a été mis trois fois aux enchères et l'opération était toujours infructueuse. Pour cette raison, la commission a décidé de diminuer l'enveloppe à 50 millions de dinars.
Pour ce qui est de la dissolution de l'entreprise Magrofel, le liquidateur sera désigné cette semaine.» À ce jour rien n'a été fait. Pourtant, l'ex-wali, Kamel Abbes, avait adressé une correspondance au P/APC à propos de cette dissolution. Selon une source proche du dossier, il a été mentionné : «L'entreprise sera dissoute à condition que vous assumiez tous les engagements conséquents de cette dissolution.» Il a écrit également au maire, toujours selon notre source, pour que ce dernier mobilise une commission composée d'administrateurs, pour établir un inventaire physique et comptable de l'établissement. A ce jour, rien n'a été fait. Le marché fonctionne pourtant, mais de façon «informelle» puisque le P/APC signe des sursis d'un mois d'occupation au profit de Magrofel, afin d'assurer l'activité des commerçants sur les lieux. En toute illégalité !
Une entreprise dépendante administrativement
L'APC a signé, il y a des années, un contrat pour louer les lieux à Magrofel, selon les informations de notre source. Depuis, cette entreprise s'occupe de toutes les charges, notamment le paiement des salaires des 38 employés, le camion de décharge, la maintenance, les factures de l'électricité et de l'eau. Cela, sans la moindre aide de la commune. Ce qui est aberrant, c'est que cet établissement n'est autonome que sur le plan financier.
Car, contrairement au statut de l'entreprise et au code du commerce, le conseil d'administration est composé «des vice-P/APC». Pour ce qui est du directeur, il assure le poste de secrétaire du conseil d'administration. Donc à qui incombe-t-on l'échec de Magrofel ? Pourquoi l'APC refuse-t-elle de désigner un liquidateur ? Sinon, pourquoi ne pas annuler simplement la délibération de la dissolution ? Quelles sont les intentions des responsables concernés par ce problème ? N'est-il pas temps d'ouvrir une enquête sur la gestion et les décisions de cette APC ? De nombreuses questions demeurent en suspens. Pour avoir la version des responsables de Magrofel, nous nous sommes rapprochés de l'administration. Malheureusement, personne n'a voulu faire la moindre déclaration à ce sujet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.