Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union africaine au chevet de la Libye
L'organisation panafricaine lui consacre un sommet à Brazzaville
Publié dans El Watan le 09 - 09 - 2017

Un sommet sur la situation en Libye et auquel sont conviés le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, et le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) s'ouvre ce samedi à Brazzaville.
Si la participation de Fayez al-Sarraj à ce sommet a été confirmée, il n'en est pas de même pour Khalifa Haftar.
L'homme fort de l'est libyen « s'est excusé et n'y participera pas », a précisé l'un de ses porte-parole, Khalifa al-Abidi, qui n'a pas fourni plus de détails. Mais Aguila Salah, chef du Parlement élu basé dans l'est de la Libye et qui appuie le maréchal Haftar, prendra bien part à la réunion.
L'Union africaine ambitionne à travers ce rendez-vous de «réconcilier les frères ennemis et ramener la paix dans ce grand pays africain ». Il s'agit de la troisième réunion du « Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) sur la Libye ». La dernière avait eu lieu à Brazzaville en janvier. Dirigé par le président congolais Denis Sassou Nguesso, ce comité est composé par les présidents de cinq pays africains (Mauritanie, Niger, Congo, Ethiopie et Afrique du Sud). Les représentants des pays voisins de la Libye (le Tchad, le Soudan, l'Egypte, la Tunisie et l'Algérie) seront également présents.
Les chefs d'Etat africains ne cessent d'appeler à un dialogue « sans discrimination entre les communautés » et les différentes parties en conflits. Ils ont par ailleurs interpellé bien des fois la communauté internationale à laquelle ils ont demandé de ne pas laisser la Libye sombrer dans le chaos.
Ce sommet intervient un mois après l'initiative de paix lancée par le nouveau président français Emmanuel Macron. Réunis fin juillet en région parisienne, Fayez al-Sarraj et le maréchal Haftar avaient, rappelle-t-on, accepté une feuille de route préconisant un cessez-le-feu et l'organisation d'élections l'année prochaine. Même depuis la situation n'a pas bougé. Il faut dire aussi que la multiplication des initiatives « de sortie de crise » a eu jusque là pour effet d'aggraver la crise Libye.
Le chef de la diplomatie française était d'ailleurs le 4 septembre en visite en Libye pour faire le point sur l'initiative lancée par Emmanuel Macron. «Notre objectif, c'est bien la stabilisation de la Libye, dans l'intérêt des Libyens eux-mêmes, mais aussi dans l'intérêt des pays voisins dont nous faisons en quelque sorte partie », a rappelé le ministre français des affaires étrangères à la fin de son séjour.
Dans le sillage des déclarations faites il y a quelques jours par le président français lors de la présentation des grands axes de sa politique étrangère, Le Drian n'a pas manqué de préciser que la stabilisation de la situation «passe par l'application des déclarations de la Celle Saint-Cloud qui prévoit notamment l'amendement de l'accord de Skhirate et la tenue d'élections».
Cela fait dire à certains observateurs que « la présidence française tient donc à sa médiation ». Une médiation qui ne fait par ailleurs aucune mention à celle menée par l'Union africaine.
C'est ce qui aurait visiblement poussé le chef d'Etat congolais à réactiver sa « facilitation ». L'initiative confirme, selon certains, l'idée que l'Afrique n'entend pas se laisser distancer sur son propre terrain et mettra tout en œuvre pour résoudre une crise qui menace de déstabiliser tout le Sahel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.