Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union africaine au chevet de la Libye
L'organisation panafricaine lui consacre un sommet à Brazzaville
Publié dans El Watan le 09 - 09 - 2017

Un sommet sur la situation en Libye et auquel sont conviés le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, et le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) s'ouvre ce samedi à Brazzaville.
Si la participation de Fayez al-Sarraj à ce sommet a été confirmée, il n'en est pas de même pour Khalifa Haftar.
L'homme fort de l'est libyen « s'est excusé et n'y participera pas », a précisé l'un de ses porte-parole, Khalifa al-Abidi, qui n'a pas fourni plus de détails. Mais Aguila Salah, chef du Parlement élu basé dans l'est de la Libye et qui appuie le maréchal Haftar, prendra bien part à la réunion.
L'Union africaine ambitionne à travers ce rendez-vous de «réconcilier les frères ennemis et ramener la paix dans ce grand pays africain ». Il s'agit de la troisième réunion du « Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) sur la Libye ». La dernière avait eu lieu à Brazzaville en janvier. Dirigé par le président congolais Denis Sassou Nguesso, ce comité est composé par les présidents de cinq pays africains (Mauritanie, Niger, Congo, Ethiopie et Afrique du Sud). Les représentants des pays voisins de la Libye (le Tchad, le Soudan, l'Egypte, la Tunisie et l'Algérie) seront également présents.
Les chefs d'Etat africains ne cessent d'appeler à un dialogue « sans discrimination entre les communautés » et les différentes parties en conflits. Ils ont par ailleurs interpellé bien des fois la communauté internationale à laquelle ils ont demandé de ne pas laisser la Libye sombrer dans le chaos.
Ce sommet intervient un mois après l'initiative de paix lancée par le nouveau président français Emmanuel Macron. Réunis fin juillet en région parisienne, Fayez al-Sarraj et le maréchal Haftar avaient, rappelle-t-on, accepté une feuille de route préconisant un cessez-le-feu et l'organisation d'élections l'année prochaine. Même depuis la situation n'a pas bougé. Il faut dire aussi que la multiplication des initiatives « de sortie de crise » a eu jusque là pour effet d'aggraver la crise Libye.
Le chef de la diplomatie française était d'ailleurs le 4 septembre en visite en Libye pour faire le point sur l'initiative lancée par Emmanuel Macron. «Notre objectif, c'est bien la stabilisation de la Libye, dans l'intérêt des Libyens eux-mêmes, mais aussi dans l'intérêt des pays voisins dont nous faisons en quelque sorte partie », a rappelé le ministre français des affaires étrangères à la fin de son séjour.
Dans le sillage des déclarations faites il y a quelques jours par le président français lors de la présentation des grands axes de sa politique étrangère, Le Drian n'a pas manqué de préciser que la stabilisation de la situation «passe par l'application des déclarations de la Celle Saint-Cloud qui prévoit notamment l'amendement de l'accord de Skhirate et la tenue d'élections».
Cela fait dire à certains observateurs que « la présidence française tient donc à sa médiation ». Une médiation qui ne fait par ailleurs aucune mention à celle menée par l'Union africaine.
C'est ce qui aurait visiblement poussé le chef d'Etat congolais à réactiver sa « facilitation ». L'initiative confirme, selon certains, l'idée que l'Afrique n'entend pas se laisser distancer sur son propre terrain et mettra tout en œuvre pour résoudre une crise qui menace de déstabiliser tout le Sahel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.