Santé de Bouteflika et relations algéro-françaises : Quand Bajolet se lâche…    ANP : Gaïd Salah installe le nouveau commandant des forces terrestres    «Nous craignons un règlement de comptes»    Le RCD réaffirme sa position    Reddition de deux terroristesà Tamanrasset    ETRHB va obtenir la totalité des actifs du groupe espagnol Villar Mir dans Fertial : Les travailleurs protestent et interpellent le ministre de l'energie    Entre les menaces de Trump et les divisions au sein de l'OPEP : Difficile et houleuse sera la réunion d'Alger    Allemagne : Alstom lance l'aventure du train à hydrogène    CMAE: Zerouati examine avec ses homologues africains les défis de l'environnement dans le continent    Caisse nationale des assurances sociales La situation financière de l'institution est "équilibrée"    L'Algérie "resserre l'étau sur les groupes armés terroristes dans la région"    Syrie : Un sommet russo-turc pour déterminer l'avenir de la province d'Idlib    Sahara occidental : Le Front Polisario dépose plainte au Tribunal de Paris contre une société française    Guerre commerciale : La Chine ne dévaluera "jamais" le yuan    L'Algérie suspend la protection policière    Jaafari dénonce l'agression israélienne    Le MCA en péril à Oran    Engloutissement de deux enfants dans l'oued Mellah    2 morts et sauvetage de 11 personnes bloquées dans leurs voitures    Coups de couteau, viols et rixes mortelles… c'est l'été meurtrier La France est-elle devenue un pays violent ?    Pluies torrentielles à Bouira : Routes coupées et commerces inondés à Ighrem    Catastrophes naturelles en Algérie : 25 milliards de dinars de pertes en 2018    La bravoure des habitants d'El Kantouli    "Achoura" noire à Constantine    A Alger, les femmes ne sont en sécurité nulle part !    Maurice Audin revient cette semaine !    «Le GPRA, précurseur d'une diplomatie révolutionnaire et moderne»    Témoignage sur le parcours de Boualem Bessaïh :    Les promesses des dirigeants déjouent la grève des joueurs    Le supporter serait-il pris par la mauvaise gestion ?    Bendjemil désigné nouvel entraîneur national    Un appel au don de sang entendu    Les gagnants du Leapfrog Hack intègrent Sofrecom Tunisie pour un stage d'été    Des milliers d'employés de l'Unrwa manifestent à Ghaza contre des licenciements    Plus de prérogatives aux élus ?    Les habitants de Djanet fêtent la S'beiba    Gaïd Salah à l'installation du nouveau commandant des Forces Terrestres: «La sécurité de l'Algérie est au centre de nos priorités»    Ligue 1 Mobilis MCO – MCA, gare au perdant!    Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?    Leader de la Ligue 1 Mobilis: La JSK enfonce le CRB    La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    Le football national… au plus bas    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Djamel Allam vu par ses proches et ses amis : Un poète d'une grande sensibilité et immense générosité    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    L'histoire est écrite par les vainqueurs mais l'histoire des vainqueurs n'est pas l'histoire qui finit, tôt ou tard, par reprendre ses droits    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La société civile, vecteur de changement, mise à l'honneur par «Algérie en Mouvement 2017»
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2017

L'édition 2017 d'«Algérie en Mouvement», tenue à Paris du 27 au 30 septembre, a mis en exergue les différents acteurs de la société civile de notre pays.
Les organisateurs de cet événement, eux-mêmes militants associatifs regroupés au sein de l'association Forum France Algérie (FFA), ont voulu encourager une «dynamique citoyenne», qui pourrait contribuer à enclencher un processus de changement à la fois sur les plans culturel, sociétal et économique. Ce qui impacterait forcément l'espace public politique. A travers cette initiative, «nous parlons de tous les Algériens qui sont en mouvement. Sont mis en valeur tous ceux qui font que l'Algérie tient encore debout.
Ils sont des millions à se battre tous les jours desquels nous présentons uniquement un petit échantillon», déclare Farid Yaker, président du FFA, lors de son allocution d'ouverture de cette rencontre, à mi-chemin entre un colloque économique, un congrès écologiste et un festival culturel. En effet, au cours de quatre journées très chargées, ont été traitées plusieurs thématiques minutieusement choisies, souvent «sur la base d'un vote des adhérents», comme nous l'explique M. Yaker.
Nous pouvons en citer quelques exemples qui ont particulièrement retenu notre attention : la place de la femme dans l'espace public ; l'économie sociale, solidaire et innovante (recyclage, digital, santé, etc.) ; la contribution des réseaux sociaux à la création de nouveaux espaces citoyens, et enfin l'émergence d'un engagement écologiste. Ainsi, le panel des conférenciers et des intervenants était riche, divers et varié.
Parmi eux était présent l'activiste environnemental, Amar Adjili, qui a marqué les esprits grâce à ses campagnes de nettoyage des plages algériennes. Invité à prendre part à une conférence autour du thème «La société civile en Algérie et le dynamisme entrepreneurial : état des lieux et perspectives», M. Adjili est revenu, non sans grande émotion, sur son aventure «verte» qui a le mérite d'avoir lancé une vraie machine de solidarité citoyenne pour la collecte de déchets dans nos plages et nos forêts. En agissant de sa propre initiative, il a créé une belle dynamique et formé un circuit vertueux salutaire.
Autour de la même table, mais s'activant plutôt dans le secteur culturel, son camarade Hacène Metref, directeur de Raconte-arts, a expliqué les secrets du succès de son festival qui dure depuis 14 ans : «Durant toutes ces années, des villageois kabyles nous ont donné des leçons de citoyenneté.
Ils sont même en avance sur les villes en matière de tolérance et d'ouverture.» Selon M. Metref, la force de Raconte-arts c'est sa prise en charge entière par des acteurs locaux qui se sont «réapproprié la citoyenneté à leur manière», sans attendre quoi que ce soit des pouvoirs publics. «C'est un espace, dit-il, qui libère les énergies et les expériences. Il fait appel à la solidarité et à une révolution des esprits.»
Coopération
Ces deux témoignages prouvent, à eux seuls, que la société civile dispose d'une grande capacité à se renouveler et à mobiliser autour d'elle. Ce qui est loin d'être le cas de la classe politique. Cependant, Agnès Belaïd a rappelé l'importance de «l'approche du dialogue et de coopération entre les acteurs de la société civile et les pouvoirs publics.
Un tel cadre d'échange est très constructif. Par exemple, l'association constantinoise Wafa qui s'occupe des enfants autistes s'est vu confier par les autorités la gestion d'un centre spécialisé.» Cette complémentarité serait nécessaire pour élever la conscience citoyenne, et devrait, selon la représentante de Joussour, s'élargir vers les acteurs économiques s'impliquant dans le développement durable.
Ceux-là ont été représentés dans le débat par quelques jeunes entrepreneurs et chefs d'entreprise : Besma Belbedjaoui, directrice de PlastiCycle, une entreprise de recyclage et de tri sélectif ; Adlane Belahouel, cofondateur d'Ayrade, une société d'hébergement web et de services internet ; Kamel Haddar, cofondateur d'iMadrassa, un service d'accompagnement digital à la scolarité. Les trois intervenants ont exprimé leurs attentes vis-à-vis des autres acteurs de la société civile avec lesquels ils devront travailler pour développer leurs secteurs respectifs, considérés comme d'«importants vecteurs de développement économique en Algérie».
L'une des spécificités de cette deuxième version d'«Algérie en Mouvement», c'est certainement la prédominance des projections-débats de films et de documentaires très engagés, qui ont eu lieu au cinéma L'Entrepôt (Paris) tels Bla Cinima de Lamine Ammar-Khodja, Wesh Derna de Riadh Touat (récompensé à l'occasion par le Prix du Forum France Algérie) ou encore A mon âge je me cache encore pour fumer de Rayhana, qui a été d'ailleurs honorée en présence de son actrice de marque Biyouna. Celle-ci a offert au festival une baisse de rideau en humour et dans la bonne humeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.