CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bande boisée d'Aokas : Le mouvement de protestation «ne lâche rien»
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 12 - 2017

Le mouvement de protestation né pour la protection de la bande boisée d'Aokas ne s'estompe pas. Samedi dernier, une énième action de rue a eu lieu, avec une marche à laquelle ont pris part des centaines de personnes.
L'appel a été lancé, cette fois-ci, par deux collectifs, d'Aokas et de Souk El Tenine, qui font cause commune. Celui d'Aokas s'est donné l'appelation de «collectif citoyen pour la défense du patrimoine et de la bande boisée». Dans l'appel, il est exigé «l'arrêt immédiat de la destruction» de cette bande boisée et l'annulation «immédiate» des projets qui y sont programmés, à savoir, essentiellement, des hôtels balnéaires. Pour les protestataires, il s'agit de «pseudo-projets d'investissement touristique».
Les nombreuses banderoles brandies par les marcheurs portent des dénonciations et des aspirations. L'une d'elle crie «alerte à la catastrophe», une autre réclame un «développement sans destruction», une autre encore s'adresse ainsi aux autorités : «Laissez-nous respirer». Sur des pancartes, marquées par des slogans inscrits en français et en anglais, on rappelle que la bande boisée est un «patrimoine écologique inviolable», et que «le futur est dans la nature».
Le chantier ouvert sur le site avait alerté les défenseurs de l'environnement, qui revendiquent que soit aussi démoli le mur qu'on a construit «au niveau de l'ex-camp de toile de Sonatarch» et le retrait des gravats qui y ont été déposés, ainsi que la clôture installée. Le mouvement, intégré par les partis FFS et PST, à travers leurs élus, veut s'assurer de la disparition de tout signe de travaux et réclame la «restitution de la bande boisée à la collectivité et son aménagement en parc naturel».
La marche a démarré, concernant Aokas, de la place publique Katia Bengana vers un point de la bande boisée qui longe le littoral sur une dizaine de kilomètres, s'étalant jusqu'à la commune de Souk El Tenine. Elle est programmée pour recevoir les projets de la zone d'expansion touristique.
Les deux comités, tout en se disant non opposés à l'investissement créateur d'emplois, considèrent que les espaces verts doivent être une ligne rouge à ne pas dépasser et des espaces à protéger du bétonnage. «Non au béton, oui aux espaces verts» a-t-on écrit sur une pancarte, tandis que sur une autre on assure de la détermination du mouvement de protestation à aller jusqu'au bout de son engagement. «Autorités, on ne lâche rien» dit-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.