Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    FEUX DE FORETS, COUPURES D'ELECTRICITE ET PENURIE D'EAU : Le président Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    REOUVERTURE DE PLUS DE 4000 MOSQUEES : Le ministre Belmahdi appelle à la raison    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    Boumerdès: 274 algériens rapatriés d'Arabie Saoudite confinés    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED (ALGER) : Lourde peine pour le journaliste Khaled Drarni    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    13 relaxes et une condamnation avec sursis    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Les révélations glaçantes de sa famille    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    Une "bande criminelle" démantelée    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bande boisée d'Aokas : Le mouvement de protestation «ne lâche rien»
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 12 - 2017

Le mouvement de protestation né pour la protection de la bande boisée d'Aokas ne s'estompe pas. Samedi dernier, une énième action de rue a eu lieu, avec une marche à laquelle ont pris part des centaines de personnes.
L'appel a été lancé, cette fois-ci, par deux collectifs, d'Aokas et de Souk El Tenine, qui font cause commune. Celui d'Aokas s'est donné l'appelation de «collectif citoyen pour la défense du patrimoine et de la bande boisée». Dans l'appel, il est exigé «l'arrêt immédiat de la destruction» de cette bande boisée et l'annulation «immédiate» des projets qui y sont programmés, à savoir, essentiellement, des hôtels balnéaires. Pour les protestataires, il s'agit de «pseudo-projets d'investissement touristique».
Les nombreuses banderoles brandies par les marcheurs portent des dénonciations et des aspirations. L'une d'elle crie «alerte à la catastrophe», une autre réclame un «développement sans destruction», une autre encore s'adresse ainsi aux autorités : «Laissez-nous respirer». Sur des pancartes, marquées par des slogans inscrits en français et en anglais, on rappelle que la bande boisée est un «patrimoine écologique inviolable», et que «le futur est dans la nature».
Le chantier ouvert sur le site avait alerté les défenseurs de l'environnement, qui revendiquent que soit aussi démoli le mur qu'on a construit «au niveau de l'ex-camp de toile de Sonatarch» et le retrait des gravats qui y ont été déposés, ainsi que la clôture installée. Le mouvement, intégré par les partis FFS et PST, à travers leurs élus, veut s'assurer de la disparition de tout signe de travaux et réclame la «restitution de la bande boisée à la collectivité et son aménagement en parc naturel».
La marche a démarré, concernant Aokas, de la place publique Katia Bengana vers un point de la bande boisée qui longe le littoral sur une dizaine de kilomètres, s'étalant jusqu'à la commune de Souk El Tenine. Elle est programmée pour recevoir les projets de la zone d'expansion touristique.
Les deux comités, tout en se disant non opposés à l'investissement créateur d'emplois, considèrent que les espaces verts doivent être une ligne rouge à ne pas dépasser et des espaces à protéger du bétonnage. «Non au béton, oui aux espaces verts» a-t-on écrit sur une pancarte, tandis que sur une autre on assure de la détermination du mouvement de protestation à aller jusqu'au bout de son engagement. «Autorités, on ne lâche rien» dit-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.