Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On classe puis on casse
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 22 - 12 - 2017

La statue de Aïn Fouara de Sétif a été saccagée cette semaine. Au-delà de cet acte, El Watan Week-end veut revenir sur l'attachement des Algériens à leur patrimoine et la symbolique des statues.
Hormis les «politiques» — les élus s'entend — qui se sont inscrits aux abonnés absents, les Sétifiens pour lesquels Aïn Fouara représente beaucoup et dont la statue qui faisait leur fierté a été saccagée lundi dernier, condamnent l'acte. «Pour la gouverne des obscurantistes, la statue n'est pas témoin de l'histoire contemporaine de la ville pour rien. Elle restera là où elle trône depuis 1899. On l'aime car elle s'est, de tout temps, associée à nos joies et peines. Faisant partie d'un sublime décor, sa nudité ne choque personne.
Aïn Fouara n'est pas une momie, sa place est ici. Elle n'ira nulle part. La fontaine est un site touristique de premier plan. Les Algériens et étrangers de passage s'arrêtent pour boire son eau bénite et immortaliser ce moment magique», révèlent non sans colère des personnes d'un certain âge.
Toufik Gasmi, président de l'Association des anciens élèves du lycée Mohamed Kerouani, ne décolère pas : «L'obscurantisme a encore frappé et en plein jour. Au cœur de la ville de Sétif, la statue majestueuse et légendaire, jadis lavée et ‘‘soignée'' par nos mères et grands-mères, à été meurtrie par un intégriste venu de nulle part qui, marteau et burin à la main, a entrepris son œuvre destructrice. Devant cet acte ‘‘ignoble'', nous anciens et anciennes lycéens condamnons avec tout le mépris cet acte ignoble et appelons à la préservation de tous les sites archéologiques.»
Patrimoine
L'archéologue et directrice du Musée national, Chadia Kharfallah, n'y va pas par quatre chemins : «Aïn Fouara est un monument classé. Il est protégé par la loi 98-04 relative à la protection du patrimoine national. Lequel occupe une place importante dans l'histoire de la ville regorgeant de vestiges des civilisations anciennes. Ce chef-d'œuvre donne une autre dimension à la beauté du site.
On n'a donc pas le droit de le dénaturer, de l'abîmer ou de le vandaliser…» Sans réfléchir, l'archéologue restaurateur Abdelkader Bensalah, qu'on ne présente plus, s'est déplacé de Cherchell où il a restauré de nombreuses œuvres d'art : «Je suis venu par orgueil. On va la restaurer. A l'issue de l'opération, la statue ne sera que plus belle. Et pour perpétuer une coutume sétifienne, elle aura droit à une très belle toilette.»
Anthropologue et psychologue à la fois, le Dr Toufik Samai de l'université de Sétif II nous éclaire un peu plus : «Ce qui est remarquable dans cette œuvre, c'est que l'endroit représentait dans la mémoire populaire un espace de rencontres conviviales, de communication et de rituels de purification. La présence donc de cette femme sculptée ne dérangeait nullement, néanmoins elle symbolise, tout de même, une féminité projetant l'idée de la continuité de la vie par l'eau coulant à travers ses quatre côtés.
Aïn Fouara englobe d'une part la vitalité de la vie symbolisée par l'eau et, d'autre part, l'aspect éternel de la féminité fertile symbolisée par la statuette, c'est ce qui nous révèle une double symbolique sur laquelle nous nous basons pour déceler et comprendre le caractère mythique que connaît cette fontaine depuis son installation à la fin du XIXe siècle.
Aussi, nous pouvons observer qu'elle est présentée comme une femme seule sans le conjoint, comme si elle interpelle le passant pour lui dire : ‘‘Je ne suis la propriété de personne, je suis là exposée et fixée pour accueillir tout visiteur se rapprochant de moi, je suis une perle rare scrutant les humains.''»
Modernisation
Défenseur invétérée du patrimoine, Mme Assia-Samaia Bouadjadja, docteur en architecture de l'université Sétif I, s'interroge : «Traversant mer et terre, l'œuvre conjuguée du sculpteur Francis de Saint-Vidal, de l'architecte Eldin, auteur du socle, associés à l'entrepreneur Francione, serait venue corroborer le scénario de la ‘‘Place Nationale'' dédiée jadis aux ‘‘indigènes''. Voisine du ‘‘Bureau arabe'' qui a cédé sa place au siège de la municipalité, Aïn Fouara tente, sans nul doute, de participer au projet d'acculturation pour certains et de modernisation pour d'autres. Faut-il qu'elle reste là pour en témoigner…
Au-delà de ces considérations idéologiques, la fameuse statue, gracieusement agrippée à son socle, scrutant l'horizon de l'outre-mer qui l'a vu naître, constitue le fond de perspective, qui est la consécration d'un principe fondamental de l'art urbain, qui a marqué l'image et l'histoire de la ville de par le monde à partir du XVIIe siècle. Faut-il encore une fois, qu'elle reste là pour en témoigner…»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.