Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une liste et des interrogations
Montage automobile
Publié dans El Watan le 27 - 12 - 2017

Le gouvernement passe à l'action. Il a officiellement dévoilé la liste des acteurs autorisés à opérer dans la filière de l'industrie automobile en Algérie.
Moins d'une semaine après que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, ait déclaré, en s'adressant aux concessionnaires à l'inauguration de la 26e Foire de la production nationale, que «vous serez 5 pour les véhicules particuliers et 5 pour les poids lourds», on connaît désormais l'identité des entreprises qui ont été retenues pour le montage automobile suite à un courrier des services du Premier ministre au ministère de l'Industrie.
Selon une note du Premier ministère, datée du 14 décembre, portant l'objet «encadrement de l'activité de production et de montage de véhicules en Algérie», «les pouvoirs publics ont décidé d'encadrer et de réguler l'activité de production et de montage de véhicules. Le décret exécutif visé en référence vient d'être promulgué à cet effet et accompagné de son cahier des charges, et un Conseil interministériel a été consacré à ce dossier le 11 de ce mois».
Et si le chef de l'Exécutif, qui s'exprimait face aux concessionnaires, n'avait pas donné plus de détails à ce sujet, la présente note, où il est fait référence au décret n°17-344 relatif au montage automobile, dévoile désormais l'identité des investisseurs autorisés à faire du montage automobile.
Pour ce qui des véhicules de tourisme, l'Etat a retenu le groupe Sovac avec son partenaire le groupe Volkswagen (Volkswagen, Seat, Skoda) pour un volume de 100 000 unités, le groupe Tahkout avec Hyundai pour un volume de 100 000 unités, Renault Algérie (Renault, Dacia) pour un volume global de 75 000 unités, Peugeot Algérie pour un volume global de 100 000 unités et Nissan, du groupe Hasnaoui, pour 60 000 unités. Ce qui totalisera un volume de production de 435 000 véhicules à partir de 2022.
Pour ce qui des poids lourds : le groupe Ival avec la marque Iveco, la SPA Saven du groupe Haddad, qui produira des véhicules Astra, la SAP Frères Salhi, la SARL Tirsam et l'EURL GM Trade des associés Mazouz et Namroud.
Le document émanant des services du Premier ministère précise que «toute autre entreprise activant dans ce domaine, qui n'a pas obtenu d'accord formel des services du ministère de l'Industrie et des Mines, ni reçu l'accord du Conseil national de l'investissement (CNI), est considérée en situation irrégulière et devra cesser ses activités.
Les administrations concernées, notamment celles de l'industrie, devront prendre les dispositions nécessaires pour que lesdites entreprises cessent d'importer les intrants nécessaires pour leurs activités».
Cela dit, si la démarche du gouvernement à limiter le nombre des investisseurs dans le montage automobile est dictée par l'amenuisement des réserves de change du pays, elle est brutale pour certains constructeurs qui activent déjà et pour ceux qui sont en négociations pour avoir l'agrément leur permettant d'installer des unités industrielles.
C'est le cas de Global Motors Industries (Hyundai Trucks & Bus) qui assemble, depuis octobre 2016, la série de produits HD de la marque Hyundai et qui est écarté, si l'on se réfère à la liste publiée dans la note du gouvernement.
De même pour l'unité de montage de véhicules KIA de Batna, de Glovis (filiale du groupe Global Motors) qui devra, semble-t-il, fermer aussi ses portes dans les prochains jours.
En s'adressant à la fin de la semaine dernière aux concessionnaires, le Premier ministre a estimé que beaucoup d'opérateurs essayent de se lancer dans cette activité (montage automobile, ndlr) sans même attendre d'avoir les agréments nécessaires.
Le gouvernement avait, pour rappel, décidé en 2014 d'imposer aux concessionnaires de développer une activité industrielle ou semi-industrielle, faute de quoi, ils se verraient retirer leur agrément.
Entre-temps, des opérateurs ayant obtenu des autorisations provisoires, mais aucune du CNI, ont commencé à assembler des véhicules. Est-ce que le groupe Global Motors est concerné par cette situation ? Contactée, une source du groupe GMI préfère ne pas encore se prononcer à ce sujet.
Le gouvernement semble aussi avoir mis un terme à tous les autres projets en attente de validation, comme celui du groupe Emin Auto (JAC/JMC), Renault Trucks/Volvo, du groupe Cevital, Fuso (Diamal), Scania, Suzuki et Saipa du groupe Tahkout, Kiv/Foton, Fiat, et la liste est encore très longue.
Le jeu pour le montage automobile est ainsi verrouillé. «Il y a trop de demandes sur l'automobile et nous n'allons pas consommer toutes les devises de l'Algérie en important des kits, nous mettrons de l'ordre dans ce marché», a d'ailleurs lâché le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, jeudi dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.