Marche des travailleurs de l'enseignement professionnel à Tizi Ouzou.. Forte mobilisation    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre des 5+5 sur la migration en Méditerranée
Trouver une alternative au tout sécuritaire
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2006

Les travaux de la 5e conférence ministérielle sur la migration en Méditerranée occidentale s'ouvrent demain à Algésiras, en Espagne.
Cette rencontre, prévue de s'étaler sur deux jours, se déroulera dans le cadre du forum des 5+5 (5 pays européens de la Méditerranée + 5 pays du Maghreb). Les pays membres de ce forum mettront à profit leur rendez-vous pour « approfondir » le dialogue autour de questions liées notamment à la gestion concertée des flux migratoires, à l'intégration des migrants dans les sociétés d'accueil et aux avantages économiques de la migration pour les pays d'origine. L'Algérie participera à cette 5e conférence ministérielle du dialogue des 5+5 sur la migration en Méditerranée occidentale avec une délégation qui sera conduite par Abdelkader Messahel, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères chargé des Affaires maghrébines et africaines. La conférence d'Algésiras se tient, a mentionné le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué rendu public hier, dans un contexte international caractérisé par « une prise de conscience, de plus en plus affirmée par la communauté internationale, de la nécessité de traiter les problèmes de la migration dans le cadre d'une approche globale, basée principalement sur le développement ». Une approche, souligne-t-on, « constamment défendue » par l'Algérie. Il est à rappeler, à ce propos, que le gouvernement algérien a beaucoup pesé, lors de la conférence Afrique-UE, qui s'est déroulée à Tripoli les 22 et 23 novembre, pour faire en sorte à ce que la gestion du dossier des flux migratoires n'obéisse plus à la logique du tout sécuritaire. La conférence d'Algésiras intervient également, soutient-on, dans un contexte régional marqué par la « recrudescence des flux migratoires irréguliers engendrant des drames humains », interpellant la communauté internationale et les pays de la Méditerranée occidentale en particulier, afin de dégager des « actions concrètes » dans le cadre d'une « démarche concertée ». L'Algérie, précise le ministère des Affaires étrangères, qui est à la fois pays d'origine, de transit et de destination de flux migratoires, est concernée au même titre que les autres pays de la région par la lutte contre l'immigration clandestine. Il mène sur le terrain, en dépit des moyens limités des services compétents, une action préventive efficace qui se traduit par l'interpellation de milliers de migrants irréguliers originaires d'une cinquantaine de pays, notamment subsahariens qui, dans leur majorité, aspirent à atteindre la rive nord de la Méditerranée. Les autorités algériennes disent, cependant, rester « conscientes » des limites de l'approche sécuritaire pour traiter durablement ce phénomène, d'où la nécessité, insiste-t-on, d'« explorer de nouvelles pistes favorisant le développement authentique des régions à fort potentiel migratoire ». Pour ce faire, l'Algérie préconise la mise en place d'un partenariat « mutuellement bénéfique, privilégiant l'investissement productif, créateur d'emplois pour les jeunes ». M. Messahel interviendra au cours de cette conférence pour, indique-t-on, rappeler justement « l'urgence de traiter les questions migratoires dans le cadre d'une approche globale, équilibrée et intégrée, prenant en considération, tout à la fois, le lien entre migration et développement ». Il aura également à traiter des thèmes liés, entre autres, à la promotion des droits des migrants, légalement établis dans les pays d'accueil, au phénomène de la fuite des cerveaux et à la libre circulation des personnes par la facilitation de procédures de délivrance de visa pour promouvoir les échanges humains. La conférence d'Algésiras des 5+5 intervient après celles organisées consécutivement à Tunis en 2002, à Rabat en 2003, à Alger en 2004 et à Paris en 2005.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.