Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre des 5+5 sur la migration en Méditerranée
Trouver une alternative au tout sécuritaire
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2006

Les travaux de la 5e conférence ministérielle sur la migration en Méditerranée occidentale s'ouvrent demain à Algésiras, en Espagne.
Cette rencontre, prévue de s'étaler sur deux jours, se déroulera dans le cadre du forum des 5+5 (5 pays européens de la Méditerranée + 5 pays du Maghreb). Les pays membres de ce forum mettront à profit leur rendez-vous pour « approfondir » le dialogue autour de questions liées notamment à la gestion concertée des flux migratoires, à l'intégration des migrants dans les sociétés d'accueil et aux avantages économiques de la migration pour les pays d'origine. L'Algérie participera à cette 5e conférence ministérielle du dialogue des 5+5 sur la migration en Méditerranée occidentale avec une délégation qui sera conduite par Abdelkader Messahel, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères chargé des Affaires maghrébines et africaines. La conférence d'Algésiras se tient, a mentionné le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué rendu public hier, dans un contexte international caractérisé par « une prise de conscience, de plus en plus affirmée par la communauté internationale, de la nécessité de traiter les problèmes de la migration dans le cadre d'une approche globale, basée principalement sur le développement ». Une approche, souligne-t-on, « constamment défendue » par l'Algérie. Il est à rappeler, à ce propos, que le gouvernement algérien a beaucoup pesé, lors de la conférence Afrique-UE, qui s'est déroulée à Tripoli les 22 et 23 novembre, pour faire en sorte à ce que la gestion du dossier des flux migratoires n'obéisse plus à la logique du tout sécuritaire. La conférence d'Algésiras intervient également, soutient-on, dans un contexte régional marqué par la « recrudescence des flux migratoires irréguliers engendrant des drames humains », interpellant la communauté internationale et les pays de la Méditerranée occidentale en particulier, afin de dégager des « actions concrètes » dans le cadre d'une « démarche concertée ». L'Algérie, précise le ministère des Affaires étrangères, qui est à la fois pays d'origine, de transit et de destination de flux migratoires, est concernée au même titre que les autres pays de la région par la lutte contre l'immigration clandestine. Il mène sur le terrain, en dépit des moyens limités des services compétents, une action préventive efficace qui se traduit par l'interpellation de milliers de migrants irréguliers originaires d'une cinquantaine de pays, notamment subsahariens qui, dans leur majorité, aspirent à atteindre la rive nord de la Méditerranée. Les autorités algériennes disent, cependant, rester « conscientes » des limites de l'approche sécuritaire pour traiter durablement ce phénomène, d'où la nécessité, insiste-t-on, d'« explorer de nouvelles pistes favorisant le développement authentique des régions à fort potentiel migratoire ». Pour ce faire, l'Algérie préconise la mise en place d'un partenariat « mutuellement bénéfique, privilégiant l'investissement productif, créateur d'emplois pour les jeunes ». M. Messahel interviendra au cours de cette conférence pour, indique-t-on, rappeler justement « l'urgence de traiter les questions migratoires dans le cadre d'une approche globale, équilibrée et intégrée, prenant en considération, tout à la fois, le lien entre migration et développement ». Il aura également à traiter des thèmes liés, entre autres, à la promotion des droits des migrants, légalement établis dans les pays d'accueil, au phénomène de la fuite des cerveaux et à la libre circulation des personnes par la facilitation de procédures de délivrance de visa pour promouvoir les échanges humains. La conférence d'Algésiras des 5+5 intervient après celles organisées consécutivement à Tunis en 2002, à Rabat en 2003, à Alger en 2004 et à Paris en 2005.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.