Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'ignorance des autres attise les conflits»
Jean-Paul Chagnollaud . Président de l'IReMMO
Publié dans El Watan le 27 - 01 - 2018

On entend de plus en plus parler de l'IReMMO sans savoir toujours quelle est sa vocation ?
L'IReMMO, soit l'Institut de recherche et d'études Méditerranée-Moyen-Orient, est un think tank créé en 2011 sous la forme d'une association loi 1901 déclarée d'intérêt général. Sa vocation est de contribuer à l'analyse des grandes questions politiques, économiques et culturelles des pays de la Méditerranée et du Moyen-Orient (entendu au sens large, avec l'Iran et l'Afghanistan) et donc à la transmission de connaissances. Il regroupe quelques dizaines de spécialistes qui viennent de divers horizons : l'université et la recherche, la diplomatie, le journalisme et la politique. La coexistence de ces métiers différents est un atout très précieux dans la compréhension de ces questions.
Ses activités se structurent autour de quatre pôles : des débats publics sous différentes formes (conférences, colloques, controverses), tous enregistrés et diffusés sur notre chaîne YouTube (iReMMO.org), des sessions de formation avec des séminaires semestriels dans trois disciplines, évidemment centrées sur la région (droit, économie et science politique), des ateliers ponctuels focalisés sur un thème précis sous la forme de «5 heures pour comprendre» et des publications régulières avec une revue trimestrielle, Confluences-Méditerranée, et une collection de livres (La bibliothèque de l'iReMMO), courts et précis sur tel ou tel thème concernant la région, et enfin, des prises de position publiées dans la presse nationale sur les grands sujets d'actualité.
Qu'est ce qui a amené votre institut à se rapprocher du Maghreb des Livres et à lui proposer une collaboration autour de cette manifestation annuelle ?
Jusqu'à présent, il manquait à l'iReMMO une grande manifestation centrée autour des livres qui sont évidemment au cœur de ses activités. D'où l'idée de créer un Salon du livre à Paris, consacré seulement à l'Orient, puisqu'il existait déjà un tel événement annuel avec le Maghreb des Livres. Mais très vite, plutôt que de travailler seuls, il nous a paru bien plus intéressant de nous associer à ce qui existait déjà.
C'est pourquoi nous avons proposé à Georges Morin (ndlr : président de l'association Coup de soleil, organisatrice du MdL) une collaboration pour élargir à l'Orient le périmètre du Maghreb des Livres. Il a accepté notre proposition d'autant plus facilement que, déjà depuis quelques années, il s'orientait lui-même dans cette direction. Et c'est ainsi qu'est né le Maghreb-Orient des livres, dont la première édition aura lieu les 2, 3 et 4 février 2018 à l'Hôtel de Ville de Paris. Et la prochaine en 2019, puisqu'il s'agit d'un événement annuel.
En quoi le Maghreb des Livres s'inscrit-il dans l'esprit et les objectifs dont se réclame votre
institut ?
Cette manifestation s'inscrit pleinement dans l'esprit de l'IReMMO, qui cherche fondamentalement à transmettre des connaissances, à confronter des points de vue différents, à faire mieux connaître l'Autre, car, bien souvent, c'est l'ignorance des autres qui attise les conflits.
A travers une telle manifestation organisée au cœur de Paris pendant trois jours, l'IReMMO, comme Coup de soleil, peut espérer toucher un large public pour contribuer à mieux lui faire comprendre les sociétés de cette vaste région.
Et que proposez-vous donc pour cette première participation au désormais Maghreb-Orient des Livres ?
Comme tout grand Salon du livre, le Maghreb-Orient des Livres rassemble de très nombreux auteurs dans des domaines très variés, aussi bien des romans, des essais politiques, des travaux en sciences sociales, des ouvrages de bande dessinée... Avec, bien entendu, des dizaines d'occasions de les rencontrer et de débattre avec eux : Cafés littéraires, entretiens, tables rondes, etc.
Pour ce qui concerne la partie Orient de ce Salon, nous aurons plusieurs rencontres autour des thèmes suivants : «Vivre sous l'Empire ottoman», dans une table ronde animée par François Georgeon, «Actualité du golfe Arabo-Persique», au cours d'un débat présidé par Alain Gresh, «Quel avenir pour le Moyen-Orient ?», avec des spécialistes reconnus, comme Jean-Pierre Filiu ou Gilbert Achcar. «Les villes plurielles d'Orient», avec notamment Franck Mermier et Salam Kawakibi. Notons enfin un «Hommage à Mahmoud Darwish», par Elias Khoury et Farouk Mardam-Bey.
Comment envisagez-vous les enjeux de la participation de l'IReMMO à cette manifestation culturelle?
Au-delà du plaisir de la rencontre avec des auteurs et leurs livres, il s'agit aussi pour nous de montrer l'Orient sous un autre jour que celui déformé par les images réductrices que l'actualité parfois tragique de cette région produit.
Derrière le fracas des armes et les souffrances qui déchirent cette région, on oublie trop souvent les sociétés où vivent des hommes et des femmes que nous connaissons bien peu en France. Les livres, sous toutes leurs formes, offrent de précieuses approches pour les découvrir autrement dans leur vie quotidienne, leur culture, leurs craintes et leurs espérances. Et ce, d'autant mieux qu'au Maghreb-Orient des Livres on peut venir à la rencontre de celles et de ceux qui les ont écrits et échanger avec eux...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.