Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Les explications de l'association des distributeurs    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Pourquoi un étranger pour évaluer le potentiel de notre domaine minier ?    Football - Ligue 1: Oran, Béchar et Chlef, pôles d'attraction    Ligue des champions d'Afrique : MCA - Buffles du Borgou, vendredi à 15h00 - Finir le travail à domicile    Adieu et merci l'Artiste    Cacophonie au sein du Comité contre le Covid-19: «L'acquisition du vaccin, en janvier, est une rumeur»    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    LABYRINTHES    Les prévisions de Météo Algérie    Poursuite de la baisse des contaminations    Plus de 7 quintaux de kif traité saisis    L'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le gouvernement examine la création d'un comité d'évaluation    Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    L'opinion politique à l'appréciation des juges    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La commune veut gérer le port et l'abri de pêche de Madagh
Bouzedjar (Ain Témouchent)
Publié dans El Watan le 15 - 03 - 2018

Localité vouée à la pêche, Bouzedjar ne peut s'appuyer que sur ce secteur pour être viable relativement aux ressources budgétaires de sa commune.
De 1994 à 2004, cette dernière a eu la haute main sur la gestion de son port de pêche alors nouvellement réalisé, ce qui lui a permis de bénéficier directement de ses rentrées. Mais depuis 2005, à l'instar de tous les ports de pêche du pays passés sous le contrôle des ports commerciaux, il relève du port d'Oran, la wilaya de Témouchent ne disposant pas d'un port commercial.
De la sorte, Bouzedjar ne bénéficie plus de la moindre ristourne en matière de taxe. Aussi, le maire de Bouzedjar a demandé au wali le rattachement à nouveau de cette infrastructure à sa commune lors de la réunion de l'exécutif de wilaya consacrée à la daïra d'El Amria dont elle relève. L'élu affirme que la gestion actuelle de l'infrastructure obéit aux seuls intérêts de l'EGPP : «Ils font en sorte que leur comptabilité soit négative, ce qui nous prive de toute taxe».
Par ailleurs, il ajoute qu'elle se fait sans également tenir compte des intérêts du monde de la pêche. Pour cela, le P/APC s'appuie sur les accusations de «non-gestion» du port, accusations affirmées par les professionnels de la mer.
A cet égard, des mouvements d'humeur sont épisodiquement observés comme au début de l'été dernier. Les motifs de mécontentement étant multiples, les manifestants avaient mis en avant l'absence d'un plan d'attache (plan de stationnement) à l'intérieur du plan d'eau, plan sur la base duquel un droit d'attache est accordé à toute embarcation.
Or, du fait de l'encombrement, en particulier par des bateaux en stationnement depuis plus d'une décennie et devenus des épaves flottantes, l'anarchie règne. En outre, le quai dédié au seul débarquement du poisson était occupé par des chalutiers en stationnement. Cette obstruction résulte par ailleurs du fait que le stationnement sur le plan d'eau se fait parallèlement au quai et non perpendiculairement.
En outre, l'encombrement résulte de la présence trop nombreuse de bateaux de plaisance : «Que rapportent ces plaisanciers aux caisses de l'Etat comme à l'économie de la région ? Rien ! Imaginez, la majorité d'entre eux pratique la pêche et commercialise les prises par l'intermédiaire de vendeurs à l'étalage !» Afin de dépasser cette situation pénalisante, l'EGPP avait réalisé une étude pour augmenter la capacité d'accueil du port et la faire passer de 185 bateaux à 235. Cela devait se faire à travers la réalisation de corps-morts, des sortes de pontons.
Cette étude avait été remise à la direction des Travaux publics pour inscription et réalisation. Cela justifie-t-il qu'on attende d'hypothétiques travaux pour passer à l'action alors que les caisses de l'Etat sont au rouge ? s'interroge-t-on.
A sa revendication sur le port, le maire a demandé la gestion de l'abri de pêche réalisé à Madagh, un abri qui sera également dédié à la plaisance. Le wali a indiqué qu'il ne voyait aucun inconvénient concernant l'abri si cela rapportait à la commune et qu'elle arrivait à le gérer. «Mais cela ne dépend pas que de moi. Nous allons nous informer sur la faisabilité de cette demande comme sur celle du transfert du port. Il me faut en parler er en haut lieu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.