Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le FLN n'est pas un bien vacant !»
Ould Abbès devant les mouhafedhs
Publié dans El Watan le 18 - 03 - 2018

A entendre Djamel Ould Abbès énumérer, devant les cadres du parti réunis à l'hôtel le Moufflon d'or, ce que l'Algérie doit à son Président, on se dit que ce pays n'existait pas avant 1999 et l'élection de l'«homme des miracles», nouveau surnom donné par le secrétaire général du FLN au président Bouteflika.
Pendant un peu plus de 40 minutes, le secrétaire général du FLN a rembobiné le film des années Bouteflika et rappelé tout ce que ce pays doit à son homme providentiel : la stabilité du pays, tamazigh comme langue nationale, la libération de la femme, l'échec du printemps arabe en Algérie, le remboursement par anticipation des 32 milliards de dollars de la dette extérieure, un chômage ramené à un taux convenable alors qu'il était de 32% à l'arrivée du Président…
«Il s'est sacrifié pour son pays et l'a payé de sa santé», a conclu M. Ould Abbès. Lancé dans une opération de collecte des données sur les réalisations du Président depuis son arrivée au pouvoir, le secrétaire général du FLN a pris soin de placer bien en évidence devant de lui une vingtaine de dossiers de différentes couleurs, censés contenir les résultats des recherches effectuées par les élus et les mouhafedhs du parti sur les années Bouteflika. «Nous avons pour le moment reçu les dossiers de 42 wilayas et nous espérons recevoir très prochainement le reste des recherches», a révélé M. Ould Abbès.
Au moment où une bonne partie de la population se pose des questions sur les sommes faramineuses dépensées par l'Etat depuis une vingtaine d'années sans grands résultats visibles, le chef du plus puissant parti du pays s'est mis en tête de prouver aux Algériens ce qu'ils doivent au Président. «Ceux qui se demandent comment plus de 1000 milliards de dollars ont été dépensés, les résultats se trouvent dans ces dossiers», a affirmé M. Ould Abbès en tapotant la pile de dossiers de la main.
Et d'ajouter : «On doit être fier du travail effectué par le président Bouteflika.» En même temps, cette opération permet au patron du parti de repousser la tenue du comité central (CC), prévue le 19 mars, pour une autre date qui n'est toujours pas arrêtée par la direction. «On doit d'abord finir le travail pour lequel le parti est mobilisé et ensuite arrêter une date pour le CC», a justifié le secrétaire général du FLN. Mais ses adversaires ne sont pas dupes de la manœuvre pour retarder la tenue du CC au moment où la situation du chef du parti est fragilisée par les résultats mitigés des dernières élections législatives et locales.
«Si le CC a lieu aujourd'hui, il n'a aucune chance d'être élu, même avec l'appui de la Présidence, juge un adversaire de Ould Abbès. Il ne tient pas le parti.» Face à cette situation, la Présidence étudierait d'autres options. Depuis quelque temps, plusieurs noms sont cités comme potentiels candidats à la succession du secrétaire général, dont celui de Tayeb Louh, ministre de la Justice, qui depuis des années constitue patiemment ses réseaux au sein du parti. Face aux rumeurs, M. Ould Abbès est monté au créneau et a averti que «ceux qui sont dans nos rangs et prétendent être du FLN se trompent».
«Le FLN n'est pas un bien vacant !» a-t-il déclaré, en leur conseillant de commencer par militer au niveau de la base, avant de vouloir le remplacer. «Celui qui aime le FLN doit d'abord commencer par rejoindre la kasma. Il adhère et il attend le congrès en 2020 et les législatives en 2022», a-t-il précisé. Au FLN, les couteaux sont tirés en prévision du prochain comité central.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.