Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique kabyle
Le procès de Brahim Tayeb
Publié dans El Watan le 18 - 02 - 2007

Le chanteur Brahim Tayeb a été l'invité de la rencontre « Paroles aux artistes », organisée mensuellement par Slimane Belherat à la maison de la culture de Tizi Ouzou.
L'invité du mois a été particulièrement acerbe envers le public kabyle et en a offusqué plus d'un en minimisant les œuvres de Matoub Lounès et de Idir. Le public a été nombreux à assister à cette 2e édition de cette année. Brahim Tayeb était à l'aise pour présenter son nouvel album, intitulé Tikhras (laisse-le). A travers ses nouvelles compositions, il voudrait forger son propre style, imposer sa personnalité sur la scène artistique. Parlant de Matoub et de Idir, il dira : « Il y a des chansons que j'aime et d'autres pas. Par exemple, chez Idir, je n'aime que la voix de Zahra qui reprend le refrain dans Ava Inouva. » « Si vous voulez aimer mes chansons parce que j'aime ce que vous aimez, alors je n'ai pas besoin. Ne m'aimez pas ! », dit-il à une assistance qui réplique par un tonnerre d'applaudissements. Le chanteur d'une extrême sensibilité (il est non-voyant) perfectionne au fil des albums son style musical fondamentalement oriental et dépouillé pour de nombreux titres de l'authenticité qui particularise la chanson kabyle. « Je n'ai pas changé de style. Mes chansons d'avant étaient courtes mais quand même liées par le thème. Etant donné qu'un album comprend 40 mn, composé de plusieurs chansonnettes, l'artiste ne peut pas donner libre cours à sa sensibilité. Dans mon précédent album, Intas, j'ai recherché l'originalité et Tikhertas en est l'aboutissement logique aujourd'hui », dit-il. Il est incontestable que Brahim Tayeb se singularise par son approche de la chanson. Pour lui, il faudrait que l'artiste crée et que le public suive, et non pas l'inverse. Les risques de tomber dans la médiocrité sont en effet évidents à son avis. A une question sur la chanson kabyle, il dira froidement : « La chanson kabyle n'existe pas. Ce qui existe, c'est une chanson algérienne d'expression kabyle. Car, pour affirmer le contraire, il faudrait disposer d'un public qui porte et soutienne la chanson en achetant le billet pour un concert ou acheter sur le marché les produits d'origine et non pas ceux qui sont piratés. Et là, je fais votre procès à tous. » Brahim Tayeb dit qu'il se bat inlassablement pour la musique. Son dernier album est incomparable sur le plan acoustique, mais il est évident qu'il ne s'adresse pas au public qui aime la variation musicale et le rythme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.