Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique kabyle
Le procès de Brahim Tayeb
Publié dans El Watan le 18 - 02 - 2007

Le chanteur Brahim Tayeb a été l'invité de la rencontre « Paroles aux artistes », organisée mensuellement par Slimane Belherat à la maison de la culture de Tizi Ouzou.
L'invité du mois a été particulièrement acerbe envers le public kabyle et en a offusqué plus d'un en minimisant les œuvres de Matoub Lounès et de Idir. Le public a été nombreux à assister à cette 2e édition de cette année. Brahim Tayeb était à l'aise pour présenter son nouvel album, intitulé Tikhras (laisse-le). A travers ses nouvelles compositions, il voudrait forger son propre style, imposer sa personnalité sur la scène artistique. Parlant de Matoub et de Idir, il dira : « Il y a des chansons que j'aime et d'autres pas. Par exemple, chez Idir, je n'aime que la voix de Zahra qui reprend le refrain dans Ava Inouva. » « Si vous voulez aimer mes chansons parce que j'aime ce que vous aimez, alors je n'ai pas besoin. Ne m'aimez pas ! », dit-il à une assistance qui réplique par un tonnerre d'applaudissements. Le chanteur d'une extrême sensibilité (il est non-voyant) perfectionne au fil des albums son style musical fondamentalement oriental et dépouillé pour de nombreux titres de l'authenticité qui particularise la chanson kabyle. « Je n'ai pas changé de style. Mes chansons d'avant étaient courtes mais quand même liées par le thème. Etant donné qu'un album comprend 40 mn, composé de plusieurs chansonnettes, l'artiste ne peut pas donner libre cours à sa sensibilité. Dans mon précédent album, Intas, j'ai recherché l'originalité et Tikhertas en est l'aboutissement logique aujourd'hui », dit-il. Il est incontestable que Brahim Tayeb se singularise par son approche de la chanson. Pour lui, il faudrait que l'artiste crée et que le public suive, et non pas l'inverse. Les risques de tomber dans la médiocrité sont en effet évidents à son avis. A une question sur la chanson kabyle, il dira froidement : « La chanson kabyle n'existe pas. Ce qui existe, c'est une chanson algérienne d'expression kabyle. Car, pour affirmer le contraire, il faudrait disposer d'un public qui porte et soutienne la chanson en achetant le billet pour un concert ou acheter sur le marché les produits d'origine et non pas ceux qui sont piratés. Et là, je fais votre procès à tous. » Brahim Tayeb dit qu'il se bat inlassablement pour la musique. Son dernier album est incomparable sur le plan acoustique, mais il est évident qu'il ne s'adresse pas au public qui aime la variation musicale et le rythme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.