L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Visite de courtoisie chez Goudjil    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    L'Etat frappera d'une main de fer    Algérie-Ouganda: signature de deux conventions bilatérales pour le renforcement de la coopération diplomatique    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Accidents de la circulation en zones urbaines: 12 morts et 401 blessés en une semaine    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Championnats arabes de Cyclisme sur piste: l'Algérien Mohamed-Nadjib Assal en or    In memoriam Octobre 88    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Ligue1 - CSC-MCA : Un choc qui promet    Embrouille    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    En perspective de l'attribution des logements sociaux en cours de réalisation: Mise en service d'un nouveau logiciel pour l'étude des dossiers    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    QUESTIONS DE LANGUE(S) ET D'IDENTITE(S) !    Une semaine chargée pour l'ANP    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    Chercheurs en langue amazighe: une denrée rare    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali El-Kenz, sociologue et professeur à l'université de Nantes
Le poids du politique sur les sciences sociales
Publié dans El Watan le 31 - 03 - 2007

La vérité devient dangereuse pour le pouvoir quand elle se rapproche de la ligne rouge qu'il a tracée », a affirmé Ali El-Kenz, sociologue algérien et professeur à l'université de Nantes.
Intervenant au forum Les débats d'El Watan organisé jeudi dernier à l'hôtel Hilton d'Alger sur le thème « Le savoir et le pouvoir : quels régimes de vérité pour la cité ? », le sociologue a expliqué les rapports entre le pouvoir politique et les scientifiques dans le monde en général et en Algérie en particulier. Pour le conférencier, le pouvoir exerce un contrôle sur toutes sciences se rapprochant de l'espace public et donc de la société. C'est le cas des sciences sociales en Algérie. Selon Ali El-Kenz, ces sciences subissent souvent les injonctions du politique. Afin de renforcer son emprise sur les sciences et les orienter selon son idéologie, le pouvoir surveillait hermétiquement les campus universitaires. « Dans les années 1960, les campus étaient surveillés. Le pouvoir politique s'était donné une force de surveillance magistrale », a-t-il déclaré. L'histoire, a-t-il illustré, était une sous-mobilisation du FLN et la philosophie était devenue un sous démembrement de la philosophie islamique. « L'histoire a été captée par le politique et elle a été tronçonnée. Avant 1930, c'est un trou noir. Nous avons été obnubilés par la naissance du mouvement national », a-t-il estimé. Cette emprise du politique sur le scientifique, a-t-il souligné, est basée sur la croyance que le pouvoir est toujours fort. « En Algérie, le pouvoir est pensé comme étant fort. Mais en 1988, il s'est effondré avec l'effondrement de cette croyance », a-t-il ajouté. Cette pression exercée par le pouvoir sur la science n'est pas, a-t-il enchaîné, une particularité de l'Algérie. Mais la pratique est pareille dans tous les pays du monde. Il a cité à ce sujet l'exemple du Maroc où la sociologie était interdite et la France où on a adopté la loi sur la colonisation. Remontant de l'antiquité à nos jours, Ali El-Kenz a conclu que les relations entre le pouvoir et le savoir sont toujours compliquées. A cette relation complexe s'est ajouté, a-t-il indiqué, un autre facteur, en l'occurrence l'argent. Le financement des recherches scientifiques intervient depuis quelque temps sous forme d'injonction et de pression sur le scientifique. « Les budgets de l'Etat consacrés à la science sont en train de diminuer et les universités sont obligées de chercher des ressources ailleurs. Ce fait influence la recherche », a-t-il lancé. Le scientifique, en revanche, vivait toujours dans la précarité parce que son destin est lié à son employeur. « Le chercheur perd son visa une fois licencié par son employeur », a-t-il illustré. Les médias, devenus un quatrième pouvoir, se sont attirés aussi les attentions du pouvoir économique. En somme, l'activité scientifique, selon lui, tourne autour de l'Etat, du chercheur et du pouvoir économique. Cependant, le scientifique influence de son côté le pouvoir politique. En Afrique du Sud, a-t-il enchaîné, l'expertise des Blancs influence la prise de décisions par le pouvoir des Noirs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.