Chelsea officialise sa première recrue du mercato    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Espionnage marocain: Le journal Le Monde détient des «preuves»    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Covid: «L'épidémie s'aggrave avec les nouveaux variants»    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Une feuille de route pour la Tunisie    «L'Algérie n'a aucune visée en Libye»    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Houmri et Chaïb, l'aventure se termine    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Le président dit : oui!    magnifiques Algériens!    Les omissions collatérales du plan Covid-19    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    "La climatisation est un facteur de propagation"    4 médecins emportés par le corona en l'espace de 12 heures    Deux femmes retrouvées carbonisées    Il y a eu réaménagement des horaires    La demi-vérité de Macron    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    JO-2020/Boxe: l'Algérienne Chaib éliminée en 8es de finale    "LE SERMENT"    MERIEM    Une date limite fixée par la CAF rend la tâche compliquée à la FAF    L'ALGERIE ENGLOUTIT SON EPARGNE EN DEVISES    Des facilitations pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    Alger et Washington sur la même longueur d'onde    Le président tunisien Kaïs Saïed tente de rassurer    LA PRESSE ECRITE EN DIFFICULTE    Une bombe à retardement    La flamme d'Osaka s'est éteinte, celle de Biles pâlit    Old, le nouveau thriller de M. Night Shyamalan, démarre en tête du box-office    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali El-Kenz, sociologue et professeur à l'université de Nantes
Le poids du politique sur les sciences sociales
Publié dans El Watan le 31 - 03 - 2007

La vérité devient dangereuse pour le pouvoir quand elle se rapproche de la ligne rouge qu'il a tracée », a affirmé Ali El-Kenz, sociologue algérien et professeur à l'université de Nantes.
Intervenant au forum Les débats d'El Watan organisé jeudi dernier à l'hôtel Hilton d'Alger sur le thème « Le savoir et le pouvoir : quels régimes de vérité pour la cité ? », le sociologue a expliqué les rapports entre le pouvoir politique et les scientifiques dans le monde en général et en Algérie en particulier. Pour le conférencier, le pouvoir exerce un contrôle sur toutes sciences se rapprochant de l'espace public et donc de la société. C'est le cas des sciences sociales en Algérie. Selon Ali El-Kenz, ces sciences subissent souvent les injonctions du politique. Afin de renforcer son emprise sur les sciences et les orienter selon son idéologie, le pouvoir surveillait hermétiquement les campus universitaires. « Dans les années 1960, les campus étaient surveillés. Le pouvoir politique s'était donné une force de surveillance magistrale », a-t-il déclaré. L'histoire, a-t-il illustré, était une sous-mobilisation du FLN et la philosophie était devenue un sous démembrement de la philosophie islamique. « L'histoire a été captée par le politique et elle a été tronçonnée. Avant 1930, c'est un trou noir. Nous avons été obnubilés par la naissance du mouvement national », a-t-il estimé. Cette emprise du politique sur le scientifique, a-t-il souligné, est basée sur la croyance que le pouvoir est toujours fort. « En Algérie, le pouvoir est pensé comme étant fort. Mais en 1988, il s'est effondré avec l'effondrement de cette croyance », a-t-il ajouté. Cette pression exercée par le pouvoir sur la science n'est pas, a-t-il enchaîné, une particularité de l'Algérie. Mais la pratique est pareille dans tous les pays du monde. Il a cité à ce sujet l'exemple du Maroc où la sociologie était interdite et la France où on a adopté la loi sur la colonisation. Remontant de l'antiquité à nos jours, Ali El-Kenz a conclu que les relations entre le pouvoir et le savoir sont toujours compliquées. A cette relation complexe s'est ajouté, a-t-il indiqué, un autre facteur, en l'occurrence l'argent. Le financement des recherches scientifiques intervient depuis quelque temps sous forme d'injonction et de pression sur le scientifique. « Les budgets de l'Etat consacrés à la science sont en train de diminuer et les universités sont obligées de chercher des ressources ailleurs. Ce fait influence la recherche », a-t-il lancé. Le scientifique, en revanche, vivait toujours dans la précarité parce que son destin est lié à son employeur. « Le chercheur perd son visa une fois licencié par son employeur », a-t-il illustré. Les médias, devenus un quatrième pouvoir, se sont attirés aussi les attentions du pouvoir économique. En somme, l'activité scientifique, selon lui, tourne autour de l'Etat, du chercheur et du pouvoir économique. Cependant, le scientifique influence de son côté le pouvoir politique. En Afrique du Sud, a-t-il enchaîné, l'expertise des Blancs influence la prise de décisions par le pouvoir des Noirs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.