La facture des importations recule de 7 %    Tebboune propose d'accueillir un dialogue direct entre Libyens    Appel du pied de Salvini à Israël    Le Hyundai H100 Plateau disponible en livraison immédiate    Inédit dans le football national    Le bilan effarant du terrorisme routier    177 décès depuis 2019    8 individus appréhendés    "Je suis un souvenir" sélectionné au Festival "Nikon" de Paris    Règlement de la crise libyenne: la Conférence de Berlin souligne le rôle important des pays voisins    Ligue 1 (mise à jour) : la JSK domine le MCO (1-0) et remonte sur le podium    Enseignement supérieur: plan d'action relatif à la promotion de l'éthique et de déontologie    Hand/CAN-2020-Tour Principal (Gr. MII): Algérie-Cap-Vert (25-23)    Pomme de terre: les chambres froides mises gratuitement à la disposition des agriculteurs    Le Hirak peut-il déjouer le complot contre l'Algérie?    CAN à Laâyoune occupée: l'ANPDSF dénonce "l'instrumentalisation politique du sport"    Augmenter les exportations hors hydrocarbures, l'un des défis majeurs du quinquennat    Abdelkader Ouali dans le viseur de la justice    3 oligarques transférés d'El-Harrach vers Koléa    PARTI JIL JADID : Soufiane Djilali fustige ‘'des parties fachosphères''    ASPHYXIE PAR MONOXYDE DE CARBONE : Le tueur silencieux fait encore deux morts    EXAMENS DE PROMOTION AUX GRADES D'ENSEIGNANT : Les résultats annoncés    MONTAGE AUTOMOBILE :Le président Tebboune s'engage à mettre de l'ordre    Les pluies continueront d'affecter l'Ouest du pays jusqu'à mardi matin    Barça : le retour d'Ousmane Dembélé se précise    Chay : "Tous les joueurs sont concentrés sur le match du MCO"    La dégradation de la situation au Mali inquiète l'ONU    Le vrai combat, selon Hassan Nasrallah    Le premier qui l'ouvre, on le démonte !    La wilaya d'Alger tarde    L'administration des impôts entame la réflexion    Tebboune : "Il est impératif d'y mettre un terme"    WAC-USMA : le Gabonais Otogo-Castane au sifflet    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ou l'échec des idéologies qui confortent les systèmes de pensée anciens    On en sait plus sur Venise grâce à la découverte d'un dessin du XIVe siècle    «Sbitar» des mabouls    Un Sud-Africain en quête de record    Près de 2 000 signatures récoltées en moins de 24 heures    Liberté provisoire pour 20 manifestants    Baisse de la demande, chute du pouvoir d'achat et désorganisation des circuits de distribution : L'activité commerciale en récession    Le Président Tebboune s'entretient à Berlin avec son homologue français    Handball : L'Algérie termine en tête du groupe D    12 morts et 59 blessés dans un accident de bus: Nouvelle hécatombe à El Oued    Bouira: Incendie dans un local commercial    USM Bel-Abbès: Les joueurs sont entrés en stage bloqué    Alarmant !    "La belle au bois dormant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art des mosquées devance les maths
Deux américains viennent de publier une étude
Publié dans El Watan le 09 - 06 - 2007

Plus de 500 ans avant que les Occidentaux ne découvrent leur existence, les architectes musulmans utilisaient déjà des figures géométriques complexes pour décorer les mosquées ! C'est ce que révèle une récente étude publiée dans le magazine Science, menée par deux Américains, Peter Lu de Harvard et Paul Steinhardt de Princeton.
Une découverte incroyable quand on sait que l'utilisation des tuiles polygonales de décoration, appelées « girih », nécessite des calculs mathématiques très sophistiqués ! Les scientifiques ont d'ailleurs des preuves de conversations entre architectes et mathématiciens. « Cela montre que, soit les mathématiques ont joué un rôle important dans l'art islamique médiéval, soit les architectes s'en sont servi pour construire leur art plus facilement, explique le premier. Cet exemple signifie en tout cas qu'une culture, à qui on ne donnait que peu de crédit, était bien plus avancée qu'on ne le pensait. » Au XIIe siècle, l'art islamique se basait sur une technique jouant sur des dessins élémentaires répétés. En accord avec la tradition islamique de ne pas dépeindre des images de personnes ou d'animaux, beaucoup de bâtiments religieux ont été décorés de modèles géométriques de type étoiles et polygones, souvent recouverts par un réseau de lignes en zigzag. Le procédé s'est ensuite perfectionné jusqu'au XVe siècle pour aboutir à des compositions géométriques complexes, se rapprochant de celles découvertes en 1973 par le physicien britannique Roger Penrose. Il est possible de les voir sur les carrelages de mosquées à Ispahan en Iran et à Bursa en Turquie ou encore d'écoles coraniques à Baghdad, de lieux saints à Herat en Afghanistan et à Agra en Inde. « Je n'ai rien trouvé au Maghreb qui ressemble à ces motifs mais il pourrait y en avoir, précise Peter Lu. J'ai examiné toute l'Alhambra en Espagne mais je n'ai pas regardé dans le détail de nombreux motifs almohades ou almoravides en Algérie ou au Maroc. » Jusqu'à aujourd'hui, les historiens d'art supposaient que le pavage complexe avait été créé à la règle et au compas, mais l'étude suggère que les artisans islamiques ont employé une trousse à outils composée de formes, telles que le décagone, le pentagone, le losange et l'hexagone. « Ils ont probablement fabriqué des tuiles sur la base de dessins géométriques très précis de taille réelle, en utilisant des compas et des règles plates graduées, précise le chercheur. Puis, ils ont pu utiliser ces modèles pour délimiter les lignes des ornements qu'ils ont ensuite remplis. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.