La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Mise en vente des billets mercredi    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Suspension des vols pour les avions de type Boeing 737-Max 8 et Boeing 737-Max 9 dans l'espace aérien algérien    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    «La Société civile en Algérie est inexistante»    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Division 2 anglaise : Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etudiants et médecins manifestent    Le choix du destin de l'Algérie    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    La famille de la Santé s'est fortement mobilisée hier.. Marche «blanche» contre le système    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Ouyahia prépare ses valises    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art des mosquées devance les maths
Deux américains viennent de publier une étude
Publié dans El Watan le 09 - 06 - 2007

Plus de 500 ans avant que les Occidentaux ne découvrent leur existence, les architectes musulmans utilisaient déjà des figures géométriques complexes pour décorer les mosquées ! C'est ce que révèle une récente étude publiée dans le magazine Science, menée par deux Américains, Peter Lu de Harvard et Paul Steinhardt de Princeton.
Une découverte incroyable quand on sait que l'utilisation des tuiles polygonales de décoration, appelées « girih », nécessite des calculs mathématiques très sophistiqués ! Les scientifiques ont d'ailleurs des preuves de conversations entre architectes et mathématiciens. « Cela montre que, soit les mathématiques ont joué un rôle important dans l'art islamique médiéval, soit les architectes s'en sont servi pour construire leur art plus facilement, explique le premier. Cet exemple signifie en tout cas qu'une culture, à qui on ne donnait que peu de crédit, était bien plus avancée qu'on ne le pensait. » Au XIIe siècle, l'art islamique se basait sur une technique jouant sur des dessins élémentaires répétés. En accord avec la tradition islamique de ne pas dépeindre des images de personnes ou d'animaux, beaucoup de bâtiments religieux ont été décorés de modèles géométriques de type étoiles et polygones, souvent recouverts par un réseau de lignes en zigzag. Le procédé s'est ensuite perfectionné jusqu'au XVe siècle pour aboutir à des compositions géométriques complexes, se rapprochant de celles découvertes en 1973 par le physicien britannique Roger Penrose. Il est possible de les voir sur les carrelages de mosquées à Ispahan en Iran et à Bursa en Turquie ou encore d'écoles coraniques à Baghdad, de lieux saints à Herat en Afghanistan et à Agra en Inde. « Je n'ai rien trouvé au Maghreb qui ressemble à ces motifs mais il pourrait y en avoir, précise Peter Lu. J'ai examiné toute l'Alhambra en Espagne mais je n'ai pas regardé dans le détail de nombreux motifs almohades ou almoravides en Algérie ou au Maroc. » Jusqu'à aujourd'hui, les historiens d'art supposaient que le pavage complexe avait été créé à la règle et au compas, mais l'étude suggère que les artisans islamiques ont employé une trousse à outils composée de formes, telles que le décagone, le pentagone, le losange et l'hexagone. « Ils ont probablement fabriqué des tuiles sur la base de dessins géométriques très précis de taille réelle, en utilisant des compas et des règles plates graduées, précise le chercheur. Puis, ils ont pu utiliser ces modèles pour délimiter les lignes des ornements qu'ils ont ensuite remplis. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.