Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie à la 123e place, selon un classement de RSF
Classement mondial de la liberté de la presse 2007
Publié dans El Watan le 17 - 10 - 2007

L'Algérie occupe la 123e place sur 169 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par l'ONG Reporters sans frontières (RSF) et rendu public hier à Paris.
L'Algérie a gagné seulement trois positions par rapport à 2006. Maigre évolution qui s'explique par les poursuites judiciaires contre les journalistes, les difficultés de créer des journaux, la censure dans les médias publics et l'inexistence de médias audiovisuels privés. Pour établir ce classement, RSF a demandé à quinze associations de défense de la liberté d'expression activant dans le monde, à son réseau de 130 correspondants, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l'homme, de répondre à 50 questions permettant d'évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays. Les questions posées ont trait à l'assassinat, l'emprisonnement, l'agression ou la mise sous écoute des journalistes. Sont pris en compte également les pressions politiques sur les journalistes, l'expulsion des correspondants étrangers, les difficultés d'accès à l'information, la violation du secret des sources, l'autocensure dans la presse privée, l'existence de sujets tabous (armée, corruption des dirigeants...), le monopole de l'Etat sur la télévision, la radio, les moyens d'impression et les fournisseurs internet, l'accès de l'opposition aux médias publics ainsi que l'obligation d'obtenir une autorisation avant de créer une publication. Classées conjointement à la 25e place, Maurice et la Namibie arrivent en tête des pays africains en matière de respect de la liberté de la presse. Ils sont suivis du Ghana (29), de l'Afrique du Sud (43), du Cap-Vert (45), du Togo (49) et de la Mauritanie (50). A cette place, la Mauritanie, qui est engagée dans un processus démocratique assez sérieux et qui a gagné 88 places en deux ans, est justement le meilleur pays arabe dans le classement. Arrive derrière le Koweït, classé à la 63e place, les Emirats arabes unis 65e, le Qatar 79e, le Liban 98e, le Maroc, 106e et le Bahreïn 118e. La Libye, l'Irak et la Somalie sont en bas du classement. La situation de violence et d'instabilité dans ces deux pays expliquent ces mauvaises notes. En Irak, depuis l'invasion des troupes américano-britanniques en 2003, plus de 200 professionnels des médias ont été assassinés. Classée à la dernière place, l'Erythrée est le pays où la liberté de la presse est totalement absente. « Même si toutes les violations de la liberté de la presse ne sont pas connues en Corée du Nord ou au Turkménistan, qui précèdent immédiatement l'Erythrée dans le classement, ce pays mérite sa dernière place. La presse privée a été bannie du pays de l'autoritaire Issaias Afeworki et les rares journalistes qui ont osé critiquer le régime ont été jetés au bagne », a relevé RSF. Les quatorze premières places sont occupées par des pays européens. L'Islande et la Norvège sont les pays où la liberté de la presse est parfaite. L'Estonie, la Slovaquie, la Belgique, la Finlande, la Suède et le Danemark sont également bien classés. La Finlande et l'Irlande ont perdu leurs premières places de l'année écoulée. Les Etats-Unis, qui occupent la 48e place, sont critiqués, entre autres, pour le maintien en détention sans aucune accusation, depuis cinq ans, du cameraman soudanais d'Al Jazeera, Sami Al-Hadj, sur la base militaire de Guantanamo. Mal positionnée, l'Italie 35e, n'améliore pas son score à cause des menaces de groupes maffieux sur les journalistes. Le manque de pluralisme dans les médias audiovisuels et l'assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa font que la Russie soit classée à 144e place, juste avant la Tunisie et l'Egypte, et derrière le Yémen, l'Afghanistan et Singapour. La Bulgarie 51e, et la Pologne 56e, demeurent, selon RSF, les mauvais élèves de l'Europe. L'ONG observe que l'internet occupe de plus en plus de place dans le décompte des atteintes à la liberté d'expression. Des pays ont reculé dans le classement en raison de violations graves à la libre circulation d'informations sur le web. C'est le cas de la Malaisie, de la Thaïlande et du Vietnam. « Au moins 64 personnes sont emprisonnées dans le monde pour s'être exprimées sur la toile. La Chine conserve son leadership dans cette course à la répression avec 50 cyberdissidents détenus », note RSF.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.