Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Publication. Ce champ de mots, de Hamid Larbi
La puissance des vers
Publié dans El Watan le 23 - 10 - 2007

Né à Alger, Hamid Larbi fût journaliste et directeur commercial auprès du quotidien algérien Alger républicain. En 1992, il s'exile vers l'Italie, plus exactement vers Milan.
« Une destinée, dit-il, émouvante, radieuse et affectueuse. » Une longue période de vide et d'incertitude s'est installée autour de lui. Les rencontres littéraires et poétiques, la musique, le théâtre et le cinéma lui ont permis de retrouver l'asile et la maturité. En 1998, il décide de s'installer en 1998 à Monptellier. Un lieu où il y réside jusqu'à nos jours. Son cheval d'arc (la poésie) lui a procuré l'envie de pourchasser le songe et de découvrir un état d'âme ponctué par la colère, la souffrance avec pour objectif d'atteindre le passage emmenant les passions passionnelles. Ainsi à travers son nouveau-né, Hamid Larbi invite plus d'un à partager sa poésie ensorcelante. Une poésie qu'il a déclamée pour la première fois lors des soirées du rassemblement des poètes méditerranéens Tarente en 1998. En effet, Hamid Larbi a sorti de ses poches des feuilles de papier en commençant sa lecture ayant trait aux étoiles, aux fleurs, aux dénonciations multiples. A la fin de cette soirée, un illustre professeur lui demanda où il pouvait se procurer son recueil de poésie. D'où l'idée de publier, quelques années plus tard, l'ouvrage en question. En effet, cet aède prolifique livre des alexandrins d'une haute portée intellectuelle, mêlant réalité et lyrisme. Un voyage initiatique à travers les méandres de la vie (les larmes, les sourires, les colères, les souffrances...) procure une sérénité de l'âme. Hamid Larbi témoigne des vicissitudes de l'heure. Le lecteurs n'auront aucun mal à chercher dans cette poésie personnalisée les marques d'une inspiration originale. Quelques instants de cette poésie émotive et musicale à la fois :
« Je voyage dans un berceau sur les vagues d'un océan
Le soleil embrase mon visage
La lune me séduit par son éclipse
J'ai enterré mon visage dans un vide reposant
Et dans l'ombre d'un drap qui joue dans le vent
J'ouvre ma bouche pleine d'extase
Je n'arrive plus à lire ce que j'ai écrit. »
Hamid Larbi- Ce champ de mots. 30 pages. Editions Levant. Mars 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.