Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Publication. Ce champ de mots, de Hamid Larbi
La puissance des vers
Publié dans El Watan le 23 - 10 - 2007

Né à Alger, Hamid Larbi fût journaliste et directeur commercial auprès du quotidien algérien Alger républicain. En 1992, il s'exile vers l'Italie, plus exactement vers Milan.
« Une destinée, dit-il, émouvante, radieuse et affectueuse. » Une longue période de vide et d'incertitude s'est installée autour de lui. Les rencontres littéraires et poétiques, la musique, le théâtre et le cinéma lui ont permis de retrouver l'asile et la maturité. En 1998, il décide de s'installer en 1998 à Monptellier. Un lieu où il y réside jusqu'à nos jours. Son cheval d'arc (la poésie) lui a procuré l'envie de pourchasser le songe et de découvrir un état d'âme ponctué par la colère, la souffrance avec pour objectif d'atteindre le passage emmenant les passions passionnelles. Ainsi à travers son nouveau-né, Hamid Larbi invite plus d'un à partager sa poésie ensorcelante. Une poésie qu'il a déclamée pour la première fois lors des soirées du rassemblement des poètes méditerranéens Tarente en 1998. En effet, Hamid Larbi a sorti de ses poches des feuilles de papier en commençant sa lecture ayant trait aux étoiles, aux fleurs, aux dénonciations multiples. A la fin de cette soirée, un illustre professeur lui demanda où il pouvait se procurer son recueil de poésie. D'où l'idée de publier, quelques années plus tard, l'ouvrage en question. En effet, cet aède prolifique livre des alexandrins d'une haute portée intellectuelle, mêlant réalité et lyrisme. Un voyage initiatique à travers les méandres de la vie (les larmes, les sourires, les colères, les souffrances...) procure une sérénité de l'âme. Hamid Larbi témoigne des vicissitudes de l'heure. Le lecteurs n'auront aucun mal à chercher dans cette poésie personnalisée les marques d'une inspiration originale. Quelques instants de cette poésie émotive et musicale à la fois :
« Je voyage dans un berceau sur les vagues d'un océan
Le soleil embrase mon visage
La lune me séduit par son éclipse
J'ai enterré mon visage dans un vide reposant
Et dans l'ombre d'un drap qui joue dans le vent
J'ouvre ma bouche pleine d'extase
Je n'arrive plus à lire ce que j'ai écrit. »
Hamid Larbi- Ce champ de mots. 30 pages. Editions Levant. Mars 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.