CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Vitoria-Gasteiz hôte de la 44ème Eucoco, plusieurs délégations au rendez-vous    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    Il y a tromperie sur la marchandise    Gaïd Salah appelle à une véritable mobilisation nationale    Bengrina s'en prend à l'opposition    La Palestine refuse toute médiation américaine    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Mihoubi: la campagne électorale est "largement suivie"    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Colonies israéliennes en Palestine: réunion lundi à la Ligue arabe    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Football - Ligue 2: L'OMA piégé à domicile, l'ASMO dompte le leader    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film, un devoir de mémoire
Avant-première du documentaire El Moudjahid
Publié dans El Watan le 10 - 11 - 2007

Par ce travail, nécessairement perfectible, j'ai voulu rendre grâce à tout ceux qui ont participé à l'élaboration du journal », relève Aggoune pour qui le passage par la Tunisie et le Maroc, où fut réalisé l'organe central du FLN de guerre, est « nécessaire et interviendra incessamment ».
Le travail réalisé par Oulbsir a débuté en mars et n'a été achevé qu'en décembre, coïncidant avec l'ouverture du colloque international sur El Moudjahid tenu à la Bibliothèque nationale du Hamma. Les témoins y ont souscrit et ont voulu retrouver les lieux où fut réalisé le journal créé en juin 1956 à l'initiative de Abane Ramdane. La rencontre avec l'équipe de la « résistance algérienne » s'est faite à Tétouan, au Maroc, où activait une équipe dirigée par Ali Haroun. L'organe central du FLN, qui a phagocyté le journal lancé par le défunt Mohamed Boudiaf, aura connu deux périodes, celle où il fut ronéotypé dans plusieurs endroits d'Alger et l'autre à l'extérieur du pays après la sortie du Comité de coordination et d'exécution (CCE), sous les coups de boutoir des paras de Massu. Celui qui a fait la monographie du journal, où il avait exercé, reviendra sur les traces de ces journalistes-résistants et de ceux qui se sont retrouvés sur leur chemin. Il assure avoir forcé la main à certains de ses témoins, qui après avoir remarqué la « bonhomie » et la sincérité du producteur s'y sont prêtés de bon cœur. Lieu de rencontre des membres du CCE, l'organe exécutif du FLN, la maison de Ouamar au 133, au Télemly, a abrité les discussions sur les premiers numéros. Le défunt Moussaoui, l'un des fondateurs de l'APS, s'est toujours refusé à parler mais se résolut à donner son témoignage sans rechigner, pendant plus de deux heures. Les comités de rédaction des deux éditions, arabe et français, dans lesquels aucune tension liée à la langue et au contenu des articles n'existait, discutaient des sujets qui devaient être traités. Rédha Malek et El Mili, les coordinateurs, en donnaient la preuve. Accompagné deMme veuve Abane Izza, Mokhtar Ouamar, agent de liaison à la zone autonome, ouvrira « pour la première fois » la porte de sa maison où se sont réunis les membres du CCE avec Abane Ramdane qui fut jusqu'à son assassinat, le 27 décembre, la cheville ouvrière du journal. De ces hommes qui dirigeaient la révolution, Ouamar gardera une bonne réputation. Celles qui se sont occupées de dactylographier les textes ne sont pas en reste, comme Nassima Hablal. Première secrétaire de Abane Ramdane,elle parlera de son travail très exigeant. Mahmoud Agha Bouayed, la Famille Benouniche, Abdelhakim Benchikh témoigneront aussi. Il en est de même de membres de la communauté catholique. Evelyne Lavalette, qui s'est fait fort de garder le matériel ronéo de l'époque, assure avoir habité au presbytère de l'église Sainte-Croix, dans la haute Casbah tenue par l'abbé Declerq. Lorsque le CCE part pour l'étranger, le journal sera ramené dans les bagages de ses membres. L'équipe sera consolidée à l'occasion avec la participation d'intellectuels, à l'image de Frantz Fanon, du professeur Chaulet, de Zahir Ihaddaden, de Lamine Bechichi, de Abdellah Cheriet, de Mezhoudi, d' Ahmed Boumendjel…Deux exigences semblent guider le directeur de Media marketing, le parrainage de l'œuvre par le président de la République et le « respect dû » à tous ceux qui ont participé à la création de ce journal qui parce qu'ayant pris une importance immense les services de propagande français avaient décidé d'en imiter quelques numéros.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.