Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tafert : Le nouveau souffle de la chanson chaoui
Publié dans El Watan le 11 - 03 - 2008

Tafert. Retenez bien ce nom. En berbère des Aurès, cela veut dire le défi et c'en est vraiment un que se sont lancé les musiciens de cette jeune formation que celui d'apporter un nouveau souffle à la chanson d'expression chaoui, qui en a bien besoin.
A en juger par leur premier produit, un opus de six titres intitulé Susa, sorti depuis à peine un mois et demi, on peut dire que ce défi est en bonne voie d'être remporté, tant la barre de la qualité a été placée haut. Composé de 8 musiciens et d'un chanteur, le groupe Tafert symbolise à lui tout seul le renouveau de la chanson d'expression chaoui, qui peine quelque peu à confirmer tous les espoirs qu'ont fait naître les Nezzar Nouari, Amirouche, Dihia, Les Berbères ou Massinissa, pour ne citer qu'eux. Ces musiciens talentueux sont pour la plupart des diplômés de l'Institut régional de formation musicale (IRFM) de Batna, où le groupe a été est créé en 2006. La formation et la culture musicale acquises au sein de cet institut ont permis au groupe de proposer leur propre approche musicale basée sur leurs recherches personnelles tant au niveau de la mélodie que des rythmes. En somme, Tafert, c'est la rencontre des grands courants musicaux du monde du celtique, du rock, du reggae, du gnawi avec les rythmes et les mélodies des Aurès. C'est un mariage où la chanson chaoui a fusionné avec les musiques du monde pour donner des titres qu'on ne se lasse pas d'écouter comme Djazaïri, Arahbi ou Susa. Mais l'âme du groupe Tafert réside sans doute dans la voix de Hichem, le chanteur du groupe. Originaire de Tkout la rebelle, Hichem est doté d'une voix chaude et puissante qui exprime, on ne peut mieux, toute la beauté, la puissance et la profondeur des mélodies du pays des Aurès. Les paroles sont également très soignées et elles marquent cet éveil culturel, social et politique d'une région marquée au fer rouge de toutes les souffrances qu'elle ne cesse d'endurer. Susa est assurément un produit qui mérite de ne pas passer inaperçu. Quand on arrive à poser des notes de piano, de saxo ou de violon sur une voix de cette profondeur, sur une mélodie qui vient du fond des âges, le résultat ne peut que retenir l'attention aussi bien du mélomane que du profane. A écouter absolument.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.