BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oued Fodda en proie au sous-développement
Villes et villages
Publié dans El Watan le 07 - 04 - 2008

La commune a beaucoup souffert du terrorisme, dans la mesure où plus de 800 jeunes, selon des statistiques officielles, avaient rejoint les maquis à l'époque.
Oued Fodda est l'une des plus anciennes communes de la wilaya. Elle compte une population de plus de 50 000 habitants. Située à 20 km du chef-lieu de wilaya, elle représente un grand carrefour sur la RN 4 Alger-Oran. Jadis, elle était réputée pour ses vergers agrumicoles, dont la production était en grande partie exportée vers les pays européens, notamment la France. Elle abritait aussi une unité de fabrication de canalisations hydrauliques et une carrière de marbre. Cependant, depuis deux décennies, tout ce potentiel agricole et industriel a volé en éclats et il n'en reste que des terrains nus ou des sites respirant la désolation et l'abandon. Il est vrai que la commune a beaucoup souffert du terrorisme, dans la mesure où plus de 800 jeunes, selon des statistiques officielles, avaient rejoint les maquis à l'époque. La plupart provenaient de quartiers défavorisés qui n'ont pas goûté aux bienfaits du développement depuis des lustres. La commune enregistre un taux des plus élevés en matière de chômage, à cause du démembrement du secteur public et de l'absence d'investissements générateurs d'emplois. La crise du logement ne fait que s'accentuer au point où le taux d'occupation par logement est passé à 6,91% aux dernières statistiques de 2004.
Abandon
Le déficit en eau pour l'irrigation a atteint le seuil alarmant du fait de la sécheresse persistante qui affecte le principal ouvrage destiné à cet usage. Celui-ci n'en contient que 6 millions de mètres cubes sur une capacité globale de 106 millions de m3. L'AEP n'est pas en reste puisque la ressource s'est réduite considérablement, entraînant des restrictions de la distribution du précieux liquide. Pour l'agriculture, la situation est des plus dramatiques avec la disparition de plus de 10 000 hectares d'agrumes de la plaine de Bir Saf Saf, en raison des inondations dévastatrices qui affectent le site à chaque hiver. Les eaux s'y déversent directement après la déformation du lit de l'oued Cheliff, suite au séisme d'octobre 1980. Des actions avaient été envisagées pour remédier à ce problème, mais rien de tout cela n'a encore vu le jour. Comme on le voit, les nouveaux élus ont beaucoup de pain sur la planche, ils doivent non seulement trouver des solutions à la dégradation continue du cadre de vie, mais aussi imaginer les actions en mesure d'alléger un tant soit peu les souffrances des populations défavorisées, en particulier les jeunes en proie au chômage et à la « harga », dans l'indifférence presque générale. Les citoyens continuent à réclamer leur droit à une vie décente par le partage d'une manière équitable du budget colossal accordé pour le développement de la wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.