LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une marche, deux itinéraires à Tizi Ouzou
Commémoration du printemps berbère
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2008

Tizi Ouzou, dimanche 20 avril. Les rues grouillent de monde avec l'habituel va-et-vient chaotique. 10h, la circulation piétonne est déjà saturée sur le boulevard Abane Ramdane, l'artère la plus animée de la ville.
Tizi Ouzou. De notre bureau
Le long des trottoirs exigus et défoncés, des jeunes proposent une panoplie d'articles chinois à bas prix sous le regard indifférent des agents de l'ordre mobilisés pour la traditionnelle marche du printemps berbère. La manifestation n'a pas encore commencé. En attendant, c'est la coordination locale des archs (CADC) qui occupe la scène en improvisant un rassemblement au carrefour du Bâtiment bleu faisant face au commissariat de police. A la tribune, Bélaïd Abrika rappellera la symbolique de la célébration du double anniversaire du 20 avril et du printemps noir d'avril 2001. Dans son discours, il a réitéré les exigences du mouvement dont l'application de la plateforme d'El Kseur, le jugement des gendarmes assassins et la vérité sur la mort du chanteur Matoub Lounès. Juste après, une marche a eu lieu en direction de la place Matoub Lounès où une gerbe de fleurs a été déposée. Retour à l'université Mouloud Mammeri, point de départ d'une autre marche. Celle-ci est initiée, séparément, par le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), la Coordination locale des étudiants (CLE) et la section estudiantine du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK). Le premier carré est occupé par l'organisation de Ferhat M'henni. En deuxième position, loin derrière, une procession, à sa tête Saïd Sadi, composée essentiellement de cadres, d'élus locaux et de sympathisants du RCD. Les étudiants de l'université Mouloud Mammeri fermeront la file. Plusieurs partenaires pour une même cause. L'ambiance est bon enfant toutefois. « C'est une marche pacifique, tout se déroule normalement. Pourvu que ça dure », dit un officier de police, le talkie-walkie collé à l'oreille. Arrivés devant le commissariat, les militants du MAK marquent une halte avant de poursuivre leur chemin en direction de l'ancienne mairie de Tizi Ouzou. Le reste des marcheurs mobilisés par le RCD et la CLE ont pris un autre chemin longeant le tribunal. Le service d'ordre est débordé. Il craint pour la sécurité de la foule. « Nous nous sommes entendus hier (samedi ndlr) sur un seul itinéraire et voilà qu'on marche dans tous les sens », regrette un membre des services de sécurité affairé à coordonner avec ses collègues la régulation de la circulation automobile et les consignes d'usage en pareille occasion. Les journalistes de la presse nationale et internationale présents en grand nombre ne savaient pas eux aussi laquelle des marches il fallait suivre. « Vous suivez la marche du MAK, on couvre l'autre. On se briefe après, sinon on risque de tout rater », susurre un confrère visiblement dérouté par ce changement de parcours. Il est presque 11h, le premier carré consomme son action devant le siège de la Fédération des fils de chouhada (FFC) et se disperse dans le calme. De l'autre côté de l'avenue, le second passe devant le tribunal où doivent être auditionnés aujourd'hui des étudiants arrêtés pour saccage à l'université. « Symboliquement, nous sommes passés devant le tribunal en signe de solidarité avec eux », explique un militant du RCD. « Libérez la justice », « Bouteflika, Ouyahia, houkouma irhabiya », scandent des voix en chœur. Sur les banderoles, il est écrit « Tamazight langue nationale et officielle », « Pour le respect des droits de l'homme », « Pour le respect du pluralisme politique et syndical », « Pour un Etat démocratique et social », « Pour le respect des libertés démocratiques et des droits de l'homme », « Pour une Constitution consacrant enfin un Etat de droit ». La marche d'hier n'a pas drainé les foules d'antan. Un millier de personnes selon la police. Entre 6000 et 8000 personnes, selon des observateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.