Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fraude au baccalauréat: Les fraudeurs seront interdits de passer l'examen pendant 5 ans
Publié dans Ennahar le 01 - 12 - 2016

La ministre de l'éducation nationale Nouria Benghebrit a indiqué que son département ministériel appliquera "rigoureusement" les mesures d'interdiction de passer les épreuves du baccalauréat pour tout candidat se rendant coupable de fraude à cet examen.
Le ministère de l'éducation appliquera "avec rigueur" les dispositions règlementaires relatives à l'interdiction de passer les épreuves du baccalauréat contre les candidats qui se rendent coupable de fraude aux examens officiels, a averti Mme Benghebrit qui répondait à la question orale de la députée du front des forces socialistes (FFS) lors d'une séance plénière de l'assemblée populaire nationale (APN) sur les moyens de lutter contre les fuites aux examens officiels dans le contexte de progrès technologiques.
"L'interdiction est de cinq années pour les candidats scolarisés et de 10 ans pour les candidats libres", a expliqué Mme Benghebrit pour qui "ces mesures donneront à réfléchir aux candidats qui seraient tentés de frauder".
"1000 postulants au baccalauréat surpris en possession du téléphone mobile en classe d'examen ont été éliminés l'année dernière", a-t-elle fait savoir rappelant les mesures adoptées par le ministère, pour la session 2015, afin d'assurer le bon fonctionnement et la crédibilité des examens nationaux en sensibilisant notamment les parents à l'effet de mettre en garde leurs enfants contre les risques découlant de la fraude.
"A l'avenir les sujets du baccalauréat seront basés sur la compréhension et non sur la mémorisation tel qu'il est de vigueur actuellement", a soutenu Mme Benghebrit précisant que cet état de fait encourageait certains candidats à tricher.
Elle a ajouté que son département ministériel adoptera des mesures organisationnelles dont la sécurisation du site de l'office national des examens et concours (Onec) pour faire échec à toute tentative de fraude outre la mise en place d'appareils de brouillage au niveau des centres d'examens et l'affichage des objets interdits en classe d'examen.
"La lutte contre la fraude dans ce contexte de progrès technologiques fulgurant est une bataille inégale et quels que soient les moyens de dissuasion mis en oeuvre il subsistera toujours quelques aventuriers", a encore estimé Mme Benghebrit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.