MOSTAGANEM : Encore 32 harraga interceptés par les gardes-côtes    Campagne électorale: des thèmes consensuels et des positionnements politiques    Début du vote dans les bureaux itinérants sillonnant les zones éparses et nomades    Biskra deviendra un pôle de production de l'électricité à l'horizon 2023    La Ligue arabe appelle à préserver le Liban des conflits régionaux    Natation/Championnat arabe jeunes: l'Algérien Ardjoun décroche sa 2ème médaille d'or    LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION, M. KAOUANE : La dignité de la presse "ne se conçoit pas sans la dignité du journaliste"    Oran: une fillette retrouvée morte quelques heures après sa disparition    Bordj Bou Arreridj: Saisie d'environ 50 kg de kif traité (GN)    AIN TEMOUCHENT : 1500 policiers pour assurer la sécurité du scrutin    Algérie : Le déficit commercial baisse à 9,5 milliards de dollars (douanes)    Le prix du panier de l'Opep à 59,90 dollars    Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta    Un nul, une victoire, un «taisez-vous», probables départs de Menad et Bouras... : Madjer a-t-il déjà marqué son territoire ?    Barrage Chafia d'El-Tarf : Des pluies généreuses et bénéfiques    Ligue 1 Mobilis - Réserves : Le Paradou AC, nouveau leader    Reporté pour la 4e fois : Le derby MCA-USMA fait-il peur ?    Oran : Le monoxyde de carbone, ce tueur silencieux    Festival international Cinéma et migrations : «Zeus» primé à Agadir    Gaïd Salah : «Le peuple peut voter en toute quiétude»    Allemagne /Elle n'arrive pas à former un gouvernement : Merkel, la chancelière vacille    Kenya /La Cour suprême a rendu son verdict : La réélection d'Uhuru Kenyatta validée    Syrie    Sa derniÚre apparition remonte à décembre 2016    Espagne    Libye    Irak    Ã‰tat de droit et pratiques au quotidien    BOUMERDES    MOUSSA TOUATI :    Rachid Boudjedra à propos de son pamphlet    La commission des finances s'explique    Le football algérien est-il évité par les grandes nations ?    Pendant ce temps au Maroc: L'industrie du cinéma est une chose sérieuse    Vaste opération d'aménagement sur la RN4: Vers la création d'un nouveau site de détente pour les familles    Le concours fixé au 26 décembre: L'Education recrute des médecins et des psychologues    Constantine - Un faux billet et des armes blanches saisis, 4 arrestations    Tlemcen: Dernier hommage à Choukri Mesli    Forum des pays exportateurs de gaz : Le 4e Sommet s'organisera le 24 novembre en Bolivie    La pluie se fait toujours aussi rare    Amokrane Mohamed-Chérif est un jeune Algérien content    Pénétrante autoroutière Bouira-Tizi Ouzou : Le tronçon sera réceptionné en mars 2019    Magnifique passe décisive de Hanni    Pour éviter la déstabilisation de son pays : Nicolas Maduro fait face aux pressions des Etats-Unis    Spectacle "Soufia" de Lila Borsali    Grine en "guest-star"à la librairie du Tiers monde    Dernier délai aujourd'hui pour les participants    Amar Seghir s'est éteint à 74 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Evocation - Manouba Hadj Amar rend hommage au parcours de Malek Haddad : Un repère important dans l'histoire de la littérature algérienne
Publié dans Horizons le 07 - 06 - 2010

• « A la rencontre de Malek Haddad » de Manouba Hadj Amar Editions Casbah, 141 pages, prix public : 450DA. « A la rencontre de Malek Haddad », un ouvrage exquis écrit par Manouba Hadj Amar, professeur d'enseignement secondaire, qui rend un vibrant hommage au parcours du célèbre poète et romancier, Malek Haddad.
Elle raconte avec force la vie de Malek Haddad, sa propre vision de la vie. Le livre s'appuie sur des textes d'une grande valeur littéraire. Il offre une lecture originale d'un pan de l'histoire de ce personnage hors norme. Cet ouvrage qui est une sorte d'archivage narre un espace intimiste où l'auteure tente de prouver à ses enfants, ses amis, son entourage, les générations futures que le souvenir, ne peut s'effacer. Consciente et soucieuse de l'avenir, Manouba Hadj Amar s'intéresse à faire savoir, à travers le parcours de cet homme de culture, le statut de la littérature engagée que revendiquent les romans de Malek Haddad. Il ne s'agit pas seulement d'une adéquation à l'actualité historique mais c'est plutôt le rôle de l'écrivain dans une société en mutation qui est soumis à diverses interrogations.
Les tumultes du passé restent gravés et ancrés à jamais dans la mémoire collective. L'histoire de la littérature algérienne est le moteur principal qui nourrit le discours de ses romans. L'objectif, à travers cette « relecture » est de faire connaître les poèmes répertoriés par l'auteure, de permettre à chacun, de les exploiter dans un souci de simplifier la lecture et la compréhension des textes. Manouba Hadj Amar veut faire partager l'émotion de tout un florilège poétique avec un nombre élargi de sensibilités.
Bien plus qu'un ouvrage ordinaire, Manouba Hadj Amar rend un hommage à Malek Haddad. Son témoignage ou plutôt ses recherches apportent une concentration et un éclairage sur un vécu souvent tombé dans l'oubli.
Les poésies de Malek Haddad oscillent entre engagement et liberté, amertume de l'exil et nostalgie. A travers ses écrits où se retrouve l'empreinte de la Guerre de Libération, transparaît le talent d'un écrivain soucieux surtout des valeurs de la vie. Diplômée de l'école normale d'institutrices de Constantine, puis de l'Ecole normale supérieure d'Alger.
Manouba Hadj Amar a été professeur d'enseignement secondaire jusqu'en 1973. Elle a été ensuite professeur formateur à l'institut de technologie de l'éducation de Ben Aknoun puis professeur chercheur à l'institut pédagogique national et membre d'une commission d'élaboration d'outils didactiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.