CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed zabana, executé le 19 juin 1956 : «Je meurs pour l'Algérie…»
Publié dans Horizons le 19 - 06 - 2010

Ahmed Zahana, dit Zabana, est né en 1926 à Djenane Meskine (Oran) où il fréquente l'école publique et obtient le certificat d'études primaires. Faute de pouvoir continuer ses études, il se tourna vers la formation professionnelle et parvient à avoir un diplôme et un emploi de soudeur. Mais déjà dès sa prime adolescence – Ahmed Zabana, connu sous le nom de H'mida – commençait à éprouver un profond sentiment d'injustice devant l'occupation coloniale. Ces étrangers qui se conduisaient en maîtres dans son propre pays. Son patriotisme exacerbé va le pousser à se rapprocher des organisations nationalistes susceptibles de l'aider à comprendre et surtout à agir. Car malgré son jeune âge, il était convaincu que c'est seulement en agissant que les Algériens pourraient récupérer leur pays.
En 1940, Ahmed Zabana entra dans le groupe local des Scouts Musulmans Algériens au sein duquel son patriotisme s'enrichit et se renforça. La condamnation à mort et l'exécution le 27 mai 1941 de Mohamed Bouras, fondateur des S.M.A, l'affecte profondément. En 1949, il adhère au M.T.L.D, parti indépendantiste qui a crée en 1947 L'Organisation spéciale (l'OS) clandestine chargée de la lutte armée contre l'occupant. Ahmed Zabana est intégré à l'OS et avait, enfin, la possibilité d'étancher sa soif d'action. En 1950, il est nommé responsable de la IVème région de l'OS en Oranie.
La même année, il participa avec son groupe à l'attaque contre l'agence postale d'Oran… Mais, à partir de 1950, la police coloniale a réussi à infiltrer l'OS, elle procéda à l'arrestation de plusieurs responsables et militants de cette organisation para-militaire – dont Ahmed Zabana. Traduit en justice, Ahmed Zabana fut condamné à 3 ans de prison et à la perte de ses droits civiques. En prison, il observe une grève de la faim de 35 jours pour exprimer sa révolte. Libéré en août 1953, et interdit de séjour à Oran et à Djenane Meskine, il fut obligé de s'exiler, le 5 juillet 1954, à Mostaganem. C'est là que Larbi Ben M'hidi le contacte et le charge de mobiliser et de préparer Djeniène Meskine et sa région au déclenchement prochain de la guerre de Libération. Le 30 octobre 1954, Larbi Ben M'hidi se déplaça à Djenane Meskine pour rencontrer les chefs de la résistance locale. Il leur donna ses dernières orientations ainsi que l'autorisation de lancer, dans la nuit du 1er novembre, des opérations armées contre les intérêts locaux du colonialisme. Le 4 novembre 1954, Ahmed Zabana lance l'opération de « la mare d'eau » contre la maison des gardes forestiers et dont le but initial était de se procurer des armes. Un garde forestier a été tué et Zabana et ses compagnons se sont présentés à sa fille comme les soldats de l'Armée de libération nationale. Le 8 novembre 1954, les forces coloniales découvrent la base secrète de Ahmed Zabana et ses compagnons à Ghar Boudjlida. La grotte fut encerclée, et les soldats français, précédés par un déluge de feu, tentent vainement d'en déloger les occupants. La résistance héroïque de Ahmed Zabana et ses compagnons les tient en échec pendant quatre heures. Mais le combat était trop inégal. Ibrahimi Abdelkader tombe au champ d'honneur, Ahmed Zabana et Fettah Abdellah sont blessés. Ahmed Zabana ordonna à ses compagnons valides de s'échapper… Touché durant le combat avec les forces coloniales à une jambe, au bras gauche et à la tempe, il est arrêté sur les lieux mêmes du combat à Ghar Boudjlida, il est aussitôt transféré et emprisonné à Oran. Mutilé et laissé sans soins pendant une longue période, ses blessures n'empêchèrent pas le tribunal d'Oran de le condamner à la peine capitale le 21 avril 1955.
Le 3 mai 1955, Zabana fut transféré à la prison de Serkadji à Alger, il dut croupir durant ces 14 mois qu'il passera dans des cellules, des geôles et autres mitards de condamnés à mort dans cette forteresse, et y restera jusqu'à son exécution. Pendant ce temps, l'avocat de Ahmed Zabana a demandé la grâce du condamné au président Français René Coty, celui-ci a refusé d'exercer son droit de grâce. Ahmed Zabana, par contre, ne sollicitera aucune grâce de ses bourreaux. Quelques heures avant sa mort, il écrit une lettre à sa mère, et lui demande de ne pas pleurer et d'être fière de son fils ; ne sois pas triste, je meurs pour l'Algérie.
Ahmed Zabana a été exécuté le 19 juin 1956, à 4h00 du matin, à la prison de Serkadji, à Alger. Selon la loi française et coloniale, la mort du «condamné devait être rapide et sans souffrances inutiles. La mort de Ahmed Zabana fut longue et cruelle, le couperet qui allait lui trancher la tête s'arrêta une fois à quelques centimètres de son cou. Les participants (1) étaient impressionnés. Le bourreau voulait arrêter l'exécution mais ses chefs, consultés, lui donnent l'ordre de continuer «jusqu'à ce que mort s'ensuive». On n'ose imaginer l'horrible souffrance morale infligée inutilement au condamné à ce moment-là. A la deuxième tentative, le couperet accomplit son œuvre, et le martyr Ahmed Zabana rendit son âme à Dieu. Mais on ne savait pas alors que l'autre condamné à mort Abdelkader Ferradj, a été obligé de regarder tout le supplice infligé à Ahmed Zabana. Avant de passer lui-même sous la même guillotine à 4h07. Ebruitées, ces exécutions barbares ont soulevé une émotion considérable et beaucoup d'indignation dans le monde.
* (1) Les geôliers qui amènent entravé aux pieds le condamné à mort jusqu'au lieu du supplice, le procureur, le médecin légiste, l'avocat, l'imam, le directeur de la prison, le gardien chef de la prison, le bourreau exécuteur en chef et ses adjoints.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.