LDC : Partage de points entre l'Inter et le Shakhtar    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 21ème jour de la campagne référendaire (VERBATIM)    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    Abdelmadjid Tebboune admis dans une unité de soins spécialisés à l'hôpital militaire    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Rahmoun Yazid en renfort    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    BMS Corona    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ancestrale « hidoura » sacrifiée avec le mouton
Alors que des millions de têtes ovines sont immolées
Publié dans Horizons le 02 - 11 - 2012


Après avoir connu une dégradation visible de son environnement urbain avec la transformation du nombre de ses artères, jardins publics et parkings en sites de vente de moutons de l'Aïd El Adha, Alger se heurte à un autre problème, celui des toisons de mouton. Des centaines, si ce n'est des milliers de peaux de mouton sont jetées, çà et là, dans les décharges publiques, aux abords des routes, sur les terrasses des immeubles, diffusant des odeurs insupportables, donnant le tournis aux gens de passage. Toutes les localités de la capitale connaissent le même phénomène. Plus de trois millions de moutons ont été sacrifiés à travers le territoire national et autant de peaux abandonnées. Ces pratiques, nouvelles dans notre société, la majorité des personnes interrogées affirment qu'elles ne savent plus comment soigner ces peaux. « Depuis la disparition de ma belle-mère il y a maintenant cinq années, nous emballons ces peaux pour les jeter dans les dépotoirs », a indiqué une femme de la Basse Casbah. Une autre femme affirme qu'elle ne supporte pas voir ces peaux de mouton. « Si on m'oblige à nettoyer ces toisons, je prends la fuite », a-t-elle ironisé. Sa voisine indique qu'elle « expédie » la « hidoura » au bled, chez sa mère, pour qu'elle en prenne soin. Une vieille femme indique que dans les traditions ancestrales, la toison du mouton serait dans les croyances et superstitions populaires bénéfique à la femme pour ses soins. Elle est ainsi utilisée pour adoucir la peau du visage. « Les jeunes filles essuient leur visage sept fois avec l'intérieur de la toison, avant qu'elle ne soit détachée complètement du mouton sacrifié. Cette pratique est très efficace contre l'acné. » Cette femme indique également que dans le temps, elle nettoyait et entretenait les toisons de tous les locataires de l'immeuble où elle réside toujours. Mais aujourd'hui sa santé perdue, elle a emporté avec elle cette tradition. Lala Doudja, une autre ménagère, ajoute pour sa part : « Pour protéger le nouveau-né contre le mauvais œil -surtout quand il s'agit d'un garçon-, on enveloppait le bébé avec la « hidoura » sept fois de suite, nos grands-mères nous disaient que cela chassait les mauvais esprits. » Et de préciser : « Le jour du nettoyage de la toison du mouton est un jour de fête, toutes les femmes de la grande maison se réunissaient sur la terrasse autour d'un verre de thé à la menthe et de délicieux makrout pour laver, astiquer et nettoyer et chaque femme se vantait de la blancheur de sa hidoura. » Combien de peaux de mouton jetées atterrissent aujourd'hui dans les poubelles à travers le pays ? A Alger, la majorité des robes de mouton vont dans les dépotoirs. Un véritable désastre écologique, environnemental et même économique laissé par ces peaux abandonnées dans la nature. Il faut savoir que le coût d'une peau à son état brut, selon un responsable de maroquinerie vêtement label cuir, varie entre 400 et 500 DA. Si on fait un petit calcul : la valeur des toisons de la moitié des moutons sacrifiés est de l'ordre de 750 millions DA de pertes pour le secteur du cuir. Voici un secteur lucratif qui gagnerait à être exploité. Dans le même sillage, louable est donc l'opération de collecte des peaux de mouton de sacrifice initiée par le conseil de la mosquée de Laghouat à travers l'ensemble des communes de la wilaya. Les peaux collectées seront revendues à des opérateurs et le gain de la vente sera versé au compte du conseil de la mosquée « Souboul El Kheir » de Laghouat, via le compte trésor de la wilaya, pour servir ensuite au financement d'un projet de mariage collectif de couples issus de familles nécessiteuses.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.