Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Premier League : Hakim Ziyech une nouvelle fois décisif avec Chelsea    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Crimée au centre d'un périlleux bras de fer
Objet d'une vive tension entre Russes et Occidentaux
Publié dans La Tribune le 07 - 03 - 2014

Le rattachement de la Crimée à la Russie continue à accentuer la tension entre Moscou et les Occidentaux dans un bras de fer allant en se durcissant. Avec le risque réel de partition de l'Ukraine comme résultat de cette confrontation. Les
Occidentaux, chargeant vigoureusement Moscou, ont décidé une série de sanctions contre la Russie compliquant davantage la situation. A Moscou on réagit avec impassibilité. Après l'annonce par le Parlement local de Crimée de l'organisation d'un référendum le 16 mars sur le rattachement à la Russie de cette péninsule du sud de l'Ukraine, le Parlement russe dira respecter «le choix historique» de la Crimée. Les députés russes laissent ainsi entendre qu'ils voteront, sans surprise, en faveur de l'intégration de cette région, où vivent deux millions d'habitants, à l'immense Fédération de Russie. Ce qui accentuera l'ire des Occidentaux dont les médias s'adonnent à une grande campagne dénonçant la Russie et Poutine. Sous impulsion occidentale, le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov dénonce le référendum et annonce le lancement d'une procédure de dissolution du Parlement de Crimée. Un véritable dialogue de sourds où chaque partie tente de mettre en échec l'adversaire. Sur le plan diplomatique, malgré d'intenses consultations depuis le début de la crise éclatée fin février en Ukraine, avec le renversement d'un gouvernement élu, les Occidentaux et les Russes ne trouvent toujours pas un terrain d'entente. Américains et Européens se voulant dans le «beau» rôle ont dégainé l'arme des sanctions diplomatiques et économiques contre la Russie. Pour le président américain, la Russie «agit en violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine». Pour sa part, Vladimir Poutine met en garde son homologue américain contre le risque de «sacrifier» les relations américano-russes pour des «problèmes internationaux isolés, bien qu'extrêmement importants». Parmi les sanctions annoncées par les Occidentaux le gel d'avoirs, visant des responsables russes et ukrainiens, et la suspension de négociations sur les visas. L'UE voudrait même tenter un coup de force en imposant un fait accompli. A l'issue d'un sommet extraordinaire à Bruxelles, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a annoncé que l'UE allait signer l'accord d'association avec Kiev «avant les élections du 25 mai en Ukraine». La question de la signature de l'accord avait été un des éléments déclencheurs de la crise. Le refus du président déchu Viktor Ianoukovitch de signer l'accord avec l'UE avait provoqué en novembre le mouvement de contestation avec les conséquences qui ont suivi. Pour l'heure la Crimée reste toujours au centre d'enjeux politiques entre les deux camps. Des dizaines d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (Osce) ont dû rebrousser chemin après avoir été empêchés d'entrer en Crimée. Les autorités de la péninsule ne reconnaissent pas les dirigeants actuels de l'Ukraine. Le Premier ministre de la république autonome de Crimée Sergueï Axionov a déclaré refuser de discuter le statut de la Crimée avec le Parlement ukrainien le considérant comme «illégitime».
M. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.