Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le jeu et le double « je » des partis
Classe politique
Publié dans Horizons le 07 - 12 - 2014


La scène politique s'anime. Chaque parti essaie d'imprimer sa propre empreinte sur les différentes questions politiques. Consensus national, transition, changement, nouveaux horizons, révision de la Constitution, réformes constitutionnelles... Les propositions sont multiples et diverses. En solo, en duo ou en « famille ». Chaque partie propose sa vision qui « conduirait » vers le changement dans le pays. Le FFS s'apprête à entamer la seconde étape dans le processus lié à son initiative du consensus national. Des consultations seront organisées « dès la fin de cette semaine », a annoncé le premier secrétaire national du parti, Mohamed Nebbou. Pour rappel, le FFS a organisé des rencontres avec des partis de différents bords dans le cadre de la première étape de cette initiative visant « à trouver une solution à la crise que traverse le pays », explique l'état-major du parti. Peu après l'action politique du FFS, c'est au tour du FLN d'Amar Saâdani et le Mouvement populaire algérien (MPA) d'Amara Benyounès de se réunir pour débattre de « diverses » questions d'intérêt commun. Les deux présidents ont ajouté un autre sujet à cette rencontre, à savoir les voies et moyens à même d'élargir le cercle de soutien au président de la République. Samedi dernier, un autre duo fait son entrée en lice. Il s'agit du Front El Moustakbal et du Tajamoue Amal Jazaïr (TAJ). Leur rencontre a abouti à la constitution de trois commissions politique, économique et sociale. Il a été convenu d'élargir cette initiative à d'autres partis pour « l'édification » d'une Algérie forte et stable. Les quatre formations ont, en outre, salué l'initiative du FFS. Ils n'ont pas pour autant dissimulé leur jeu de vouloir lancer leur propre initiative. Mais bien avant, c'est la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) qui a rendu publique, en mai dernier, sa plateforme politique. La CNLTD a abordé le principe de la transition démocratique, la préservation de l'unité nationale et le rejet de la violence dans l'exercice politique. Sans omettre l'ouverture d'un dialogue serein et responsable entre les Algériens. Il faut dire que, dans cette animation politique retrouvée, des partis politiques se livrent à des comportements d'antijeu. Des échanges à fleurets mouchetés sont au rendez-vous. Les exemples ne manquent pas. Les patrons du FLN et du MPA ont ainsi rejeté de parler de période de transition. Pour eux, les choses sont claires. « Celui qui veut occuper le poste de président de la République doit attendre l'échéance de 2019 », a précisé Benyounès. De son côté, la SG du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a considéré dernièrement que le fait de parler d'élection présidentielle anticipée en invoquant la santé du président de la République était une grave dérive. L'allusion est claire, elle vise les partis de l'opposition. Peu impliqué dans les discussions qui agitent la scène politique, sous le motif qu'il s'agit de débats « stériles », le RND a, néanmoins, brisé le silence en tirant sur l'opposition lui reprochant de vouloir imposer son agenda. Le parti de Bensalah parle même d'une opposition « préfabriquée ». De leur côté, les leaders de la CNLTD, entre autres, Abderrazak Mokri (MSP), Mohcène Belabbas (RCD) et Sofiane Djilali (Jil Jadid) accusent le FFS de vouloir casser leur projet de transition. Dans cette « bataille » politique où chacun se déclare consultant, une question s'impose d'elle-même : quelle est la place réservée au peuple ? Ne dit-on pas que c'est à lui seul que revient le dernier mot ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.