Installation du président et du procureur général de la cour    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    15 hectares détruits chaque jour à Tizi Ouzou    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les acquis de la révolution bolivarienne
Venezuela
Publié dans Horizons le 14 - 12 - 2014


Presque deux ans après la disparition d'Hugo Chavez, la fidélité à l'héritage de la révolution bolivarienne, en référence aux idéaux du « Libertador » Simon Bolivar, est un sacerdoce. L'une des figures importantes, l'ambassadeur du Venezuela en Italie, Julian Isias Rodriguez Diaz, est naturellement revenu, hier, dans une conférence-débat, lancée à l'initiative de l'ambassadeur du Venezuela à Alger, José de Jesus Reys, sur les acquis et la portée de la révolution bolivarienne. Devant un auditoire composé des étudiants de l'Ecole supérieure de journalisme, de l'Université d'Alger 3 et de l'Institut des Sciences politiques et des relations internationales, le diplomate a traité de « la révolution bolivarienne du Venezuela et ses acquis : en quoi consiste le socialisme du 21e siècle ? ». Juriste de formation, Isias Rodriguez a dressé un bilan jugé positif. Il a indiqué qu'en 15 ans, cette révolution a réalisé plusieurs acquis en matière de justice sociale : la diminution de la pauvreté de 42% à 16%, l'espérance de vie qui est passée de 72 à plus de 74 ans, le taux de chômage de 15,2% à 6,8%, un taux de croissance de 5,5% en 2012, l'alphabétisation, l'accès des couches défavorisées à l'enseignement supérieur et la garantie des soins gratuits. « La réussite a été réalisée grâce à l'esprit bolivarien de notre peuple qui a mené sa propre révolution conformément à ses ressources culturelles et ses principes. Nous l'avons réalisée par le biais des urnes de manière démocratique. Nous sommes aussi convaincus de la dimension régionale et mondiale de la lutte des peuples pour une justice sociale », a-t-il dit en se réjouissant de la montée de la gauche au Brésil, en Uruguay et avant au Nicaragua, au Chili, en Equateur et en Bolivie. Il a affirmé que les 33 pays de la région, qui se sont organisés dans le cadre de la Communauté des Etats latino-américains et Caraïbes (Celac), ont pu échapper à la domination de leurs voisins du Nord. Selon lui, le modèle bolivarien a réussi grâce à la détermination affichée visant à combattre le régime capitaliste, à trouver des solutions aux problèmes sur lesquels ce modèle a échoué et en prouvant que cette société nouvelle, qui est convaincue par sa révolution, résiste à l'influence capitaliste. Le conférencier a souligné que les autochtones de l'Amérique latine ne croient pas à la propriété privée et ont une relation profonde avec la nature. « Nos principes sont la solidarité, l'amour, la liberté et l'égalité », a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.