Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Juventus : Pirlo ira au terme de la saison    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Sadiq Khan réélu à la tête de la mairie de Londres    Vives condamnations dans le monde    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Les marches soumises à autorisation    La siesta    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    Ça chauffe en tête    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    L'éviction de listes charme l'opinion    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La date définitive sera fixée avec les partis politiques
Conférence nationale de consensus
Publié dans Horizons le 28 - 01 - 2015


La date du 23 février prochain annoncée pour la tenue de la conférence nationale de consensus initiée par le Front des forces socialistes (FFS) n'est qu'une proposition du parti, en attendant de fixer un rendez-vous définitif, en concertation avec les autres formations politiques, pour l'organisation de cette conférence, a appris, l'APS, hier, auprès du FFS. « La date indiquée n'est, pour le moment, qu'une proposition. Nous allons rencontrer les partis politiques pour essayer d'arrêter une date définitive », a déclaré, à l'APS, Youcef Aouchiche, membre du conseil national du FFS et secrétaire national à l'information. Pour Aouchiche, les seuls préalables à cette conférence est d'abord de « s'unir » et ensuite d'exprimer la volonté d'« œuvrer à la construction d'un Etat de droit ». La conférence, initiée par le FFS, se veut une étape pour « construire une issue consensuelle, pacifique et démocratique à la situation actuelle et répondre aux immenses défis de demain, qu'ils soient politiques, économiques, sociaux, sécuritaires ou culturels », explique le parti à travers les différentes rencontres qu'il a eues avec la classe politique et la société civile. Rappelant que le parti a appelé à cette conférence nationale en avril 2014, Aouchiche a estimé que le FFS est en train d'avancer en « toute sérénité » et essaye en parallèle d'« impliquer directement le citoyen dans ce processus ». Les contacts et consultations menés par le FFS depuis octobre 2014 ont permis la tenue de « pas moins de 63 rencontres avec des acteurs politiques et sociaux, ainsi qu'avec des partis politiques, des syndicats, des associations et des personnalités politiques », a fait savoir la même source, précisant que « le FFS se pose comme facilitateur et essayera de rapprocher les points de vue ». « Le plus important pour nous, c'est d'essayer de rapprocher les points de vue, et nous pensons que les possibilités existent. Beaucoup de choses ont été réalisées dans ce sens », a-t-il soutenu. Aouchiche, qui a fait part de l'« optimisme » de son parti quant à la réussite de la conférence, a déclaré que le fait de susciter ce débat au sein de la société, que la société se soit familiarisée avec le mot consensus et que le concept dialogue n'est plus un tabou est déjà une « avancée très remarquable ». « Nous allons nous revoir car nous avons convenu avec les partis politiques d'essayer de lever certaines ambiguïtés et se mettre d'accord sur la date, l'ordre du jour et la manière par laquelle nous allons aborder cette conférence », a rassuré le responsable au FFS. Soulignant l'importance de réunir « le maximum d'acteurs politiques et sociaux dans le cadre de la conférence pour un large consensus entre les formations représentatives dans le pays », la même source a indiqué que la méthode, en deux étapes, est de « recueillir les propositions économiques, politiques et sociales des uns et des autres avant de s'attaquer à l'élaboration de la matrice du programme de consensus ». « Nous estimons que la conception du FFS est une démarche constructive qui ne concurrence pas d'autres actions. Nous restons disposés à dialoguer avec toutes les forces politiques dans le pays, et les portes du FFS demeurent ouvertes à tous les acteurs politiques qui souhaiteraient participer à cette conférence », a ajouté Aouchiche. « La conférence telle que nous la concevons se veut participative et inclusive. Nous considérons que l'apport du pouvoir est très important pour sa réussite », a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.