Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    177 décès enregistrés à ce jour    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le TNP joue sa crédibilité à New York
9e Conférence chargée d'examiner le Traité de non-prolifération des armes nucléaires
Publié dans Horizons le 28 - 04 - 2015


A l'ouverture de cette conférence, la 9e du genre, des centaines de manifestants, dont des survivants aux bombardements nucléaires de Hiroshima et de Nagasaki, en fauteuil roulant, ont défilé à New York. Ils exigent des neuf puissances nucléaires qu'elles réduisent leurs arsenaux. Près de 45 ans après le lancement du TNP, certains, à l'image d'Angela Kance, haute représentante de l'ONU pour le désarmement, commencent à s'interroger sur son utilité, voire sa crédibilité. Des projets, tels que la création d'une zone non-nucléaire au Moyen-Orient, sont au mieux mis entre parenthèses. Le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, adopté pourtant en 1996, n'est toujours pas en vigueur, faute de ratification suffisante. Ailleurs, les arsenaux se modernisent. Des pays qui ne disposaient pas de l'arme nucléaire commencent à y songer. Jan Eliasson, secrétaire général adjoint des Nations unies, ne cache pas sa peur. « Entre 1990 et 2010, la communauté internationale a pris des initiatives audacieuses en direction d'un monde dénucléarisé. Il y a eu des réductions massives des arsenaux déployés », dit-il, déplorant que « la dynamique ne soit plus la même aujourd'hui. Je suis très inquiet de constater qu'au cours des cinq dernières années, ces efforts se sont ensablés ». « Au lieu de la poursuite de propositions pour accélérer le désarmement nucléaire, il y a eu un dangereux retour à la mentalité de guerre froide », explique-t-il, en regrettant « le peu de progrès vers la création d'une zone exempte d'armes nucléaires au Proche-Orient et les programmes coûteux de modernisation des arsenaux américain et russe. » « J'appelle les Etats parties au traité à travailler dur et de manière constructive dans les semaines à venir pour produire un résultat qui renforcera le traité » et notamment « ses principaux objectifs qui sont d'éviter la prolifération et de parvenir à l'élimination des armes nucléaires », soutient-il. A la tribune, Mohammad Javad Zarif, ministre iranien, ne s'est pas privé, au nom des pays non-alignés, dont il assure la présidence tournante, de rappeler que les puissances nucléaires reconnues (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité) par le TNP n'ont pas respecté leurs obligations, celles de procéder à une réduction et à l'élimination de leurs arsenaux nucléaires. Le chef de la diplomatie iranienne n'a pas oublié Israël, le seul Etat nucléaire du Moyen-Orient. Il l'a appelé à adhérer au TNP et à se soumettre aux contrôles de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Ban Ki-moon a plaidé, lundi dernier, pour l'élimination totale des armes atomiques. Il a exhorté les délégués à la conférence à « travailler dur » dans cette optique. Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge, a appelé les gouvernements à prendre « sans tarder » des mesures pour détruire leurs armes nucléaires. « Soixante-dix ans après les ravages causés par les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, les armes nucléaires continuent de représenter un risque intolérable pour l'humanité », dénonce-t-il. Parmi les pays disposant officiellement ou non de la bombe, seuls l'Inde, le Pakistan et Israël n'ont pas signé le Traité. Les cinq puissances nucléaires parties au TNP sont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine. La Corée du Nord s'est retirée du TNP en 2003 et a mené depuis trois essais.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.