Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rire de « Da Velaid » ne retentira plus
Publié dans Horizons le 04 - 12 - 2015

De son vrai nom Bouaraba Mohand Ouidir, « Da Velaid » est décédé jeudi dernier et a été inhumé, hier, au cimetière d'El Alia (Alger). Ce comédien fut longtemps confiné à la radio qu'il quitta en mai 2001. Il avait essentiellement travaillé à la Chaîne II qu'il avait rejointe vers 1965 à l'âge de 18 ans. Intégrant l'émission enfantine animée par Abdelmadjid Bali, il y racontait les histoires qui ont bercé son enfance et à qui il donnera plus tard une forme théâtralisée. Mais avec Ali Fedhi et Mohamed Ouenniche, ce lettré en langue arabe fut sollicité maintes fois par la Chaine I. Il a été, par ailleurs, distribué dans de nombreux films où il tenait, néanmoins, de seconds rôles. Il a été sollicité, notamment, par Hilmi et Hadj Abderrahmane dans des films ou sketchs en arabe ou en kabyle. Un peu à l'image de Cheikh Nourredine dont on se rappelle davantage les prestations dans « Les Hors-la-loi » de Tewfik Farès, « Patrouille à l'Est » de Laskri ou, plus tard, « Rupture » de Chouikh. Bouaraba a joué dans deux films plus récents, « Douar Echawiya » de Djamila Arras relatant la vie de Aïssa El Djermouni et dans un autre de Salim Belkadi.
Bouaraba était surtout un nom familier aux auditeurs de la Chaîne II où ce grand féru de poésie a animé quelques émissions dans les années 70 et 80.
Il sera, néanmoins, plus connu à partir de 2011. Il avait campé un rôle principal dans le feuilleton de TV 4 « Axxam N Da Meziane » où il était « Amoumchiche dhougharda » (chat et souris) avec le maire grincheux qu'était Arezki Siouani. Son rire saccadé et ses piques teintées d'ironie à l'endroit de Da Meziane retentiront longtemps encore dans les oreilles de ceux qui ont suivi les péripéties de la série qui a eu un succès populaire. Le fils de Chemini, sur les hauteurs de Sidi Aïch, avait écrit près de 200 pièces dans la veine sociale et comique du temps où le théâtre radiophonique était très suivi. C'était son monde et son univers.
Il était d'ailleurs très proche de M'henni, Achrouf Idir, Saïd Zanoun, Salima Labidi, qui interprétait dans le même feuilleton « Monika » et leurs noms se sont affichés sur plusieurs génériques. La radio fut le vivier de la TV 4. Da Velaid avait côtoyé aussi Anissa et Sid Ali Nath Kaci dont il était le comédien fétiche, prolongeant sur l'écran une complicité née à travers les ondes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.