Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« La consultation restreinte n'est prévue ni par la directive A-408 ni par le code des marchés »
Procès Sonatrach
Publié dans Horizons le 15 - 01 - 2016

Le tribunal criminel a poursuivi, jeudi dernier, l'audition des témoins dans l'affaire du contrat Contel-Funkwerk avec Sonatrach. Parmi ces témoins, des cadres ayant soit confectionné les cahiers de charges, soit ont été membres des commissions d'études des offres.Ali Meghouche figure parmi le groupe de techniciens et ingénieurs chargés par la Sonatrach de confectionner ces cahiers des charges. A une question du juge sur le mode retenu par la société nationale dans ces contrats, c'est-à-dire est-ce que « la compagnie a fait appel au moins-disant ou au mieux-disant » parmi les soumissionnaires, celui-ci répond qu'il « n'a pas de relation avec les offres, le cahier des charges contient seulement les spécificités techniques exigées » par la Sonatrach. Mais le juge rappelle au témoin que « la consultation restreinte, à laquelle a recouru Sonatrach dans l'octroi des 123 sites de télésurveillance est une situation pour le moins étrange ». Elle n'existe, précise-t-iln « ni dans la directive A-408 ni dans le code des marchés publics. » Selon le témoin, elle a, en fait, été proposée au comité exécutif de Sonatrach par la commission des marchés composée de cadres dont le PDG adjoint chargé de l'amont. Et c'est cette dernière qui a défini les critères de répartition du marché des 123 sites en quatre lots.
Le témoin donne des précisions, à la demande du tribunal, sur le retrait de l'un des quatre soumissionnaires à qui est revenu le quatrième lot, à savoir la société allemande Siemens. Cette dernière aurait demandé « plus de temps » pour faire ses offres, soit environ trois semaines, pour finalement décliner l'invitation de Sonatrach à soumissionner. Par ailleurs, le témoin précise que les membres de la commission « n'avaient pas voulu donner des informations sur la répartition des lots » et ce pour « susciter la concurrence entre les quatre entreprises » mais « Siemens voulait quand même en être informée ». La même question sera posée à d'autres témoins qui confirmeront ce détail, ajoutant que « Siemens voulait avoir tous les sites, alors qu'elle n'en avait pas les moyens ». Ce lot sera d'ailleurs soumis à un appel d'offres auquel devaient participer les entreprises qui ont déjà travaillé avec Sonatrach comme VSAT, Cegelec, Thales, Alsthom. Mais le juge s'est montré étonné que cette fois Sonatrach qui invoquait au départ l'urgence prenne tout son temps pour lancer un appel d'offres.
Deux circulaires envoyées par le ministre sur la protection des sites et le contrôle
d'accès
Les avocats demandent aux témoins des précisions sur le fait qu'il n'y avait aucunement mention dans le cahier des charges de la notion de mieux-disant ou moins-disant, c'est plutôt la mention d'offre « la plus avantageuse » qui a été introduite. On justifie cette attitude par le fait que les responsables de Sonatrach auraient voulu insister aussi bien sur « l'aspect financier que technique ». A une question du tribunal qui demandait un « avis » sur la performance des équipements de Contel-Funkwerk, les cadres de Sonatrach ont répondu que « la technologie proposée était en avance sur celle de ses concurrents. » Un autre témoin, Noureddine Bourbie, membre de la commission d'ouverture des plis, n'a pas été très prolixe : « Mon rôle consistait à voir si les plis étaient envoyés dans les délais ». En revanche, le tribunal passera beaucoup de temps avec Slimane Ghazli, au regard de son rôle dans la commission technique et commerciale. Les mêmes questions lui ont été posées sur la notion du mieux-disant, le gré à gré, la publication au bulletin des appels d'offres du secteur de l'énergie et des mines (Baosem), les prix... Pour cet ingénieur en sécurité industrielle, il y a deux circulaires envoyées par le ministère de l'Energie qui ont imposé de mettre en place un système de contrôle d'accès aux sites et de protection.
Les mesures ont été prises suite à l'explosion survenue au complexe pétrochimique de Skikda. Une lettre du ministère de l'Energie a été adressée au PDG de Sonatrach puis aux autres structures dans ce sens et un plan d'action a été élaboré. Quant à la consultation restreinte, elle a été autorisée par le comité exécutif de Sonatrach car l'appel d'offres devait prendre, selon lui, des années. Le témoin reconnaît néanmoins que l'on s'est aperçu après les soumissions que les prix de Contel-Funkwerk étaient élevés, et ce qui nous a poussés à saisir le PDG qui nous a demandéd'essayer « de négocier les prix ». « Les prix étaient élevés mais leurs équipements étaient performants et répondaient amplement au cahier des charges », a-t-il expliqué au tribunal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.