Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'APC mise sur l'adjudication de ses biens
Patrimoine communal à Constantine
Publié dans Horizons le 28 - 09 - 2016

Après avoir revu, à la hausse, les taxes il y a quelques semaines (taxes de droits de fête ou droit de voirie, d'enlèvement des ordures ménagères...), l'APC a adopté une nouvelle mesure concernant le plafonnement des loyers. Selon la loi de finances qui fixe un seuil, la commune de Constantine a jugé, après délibération, de réévaluer, au maximum, les tarifs de location de ses biens commerciaux. Le but est de s'aligner à ce qui se fait dans le marché, a confié le secrétaire général de l'APC de Constantine, Nadir Bettine. « Nous avons, après le vote de l'Assemblée, décidé de l'augmentation des loyers dans les trois zones commerciales que nous avons instaurées pour la ville : la zone une à densité commerciale importante (comprenant les marchés principaux tels que Boumezou ou les Frères Bettou) dans laquelle le bail sera augmenté de 600%, la zone deux, dont l'augmentation sera de 500%, et enfin 400% en ce qui concerne la troisième zone », détaille le même responsable.
Revalorisation
L'APC de Constantine, après un laisser-aller qui a duré des années, décide, enfin, de revoir ses tarifs qui, selon les élus et bon nombre d'observateurs, sont dérisoires, voire symboliques, par rapport à la réalité du marché. Un carré au marché des Frères Bettou est loué à moins de 5.000 DA, alors que son commerçant fait des rentrées d'argent de plusieurs millions par mois. « Tout cela est fini », fait savoir le P/APC, Mohamed Rira. La commune va plus loin en s'attaquant, cette fois-ci, à l'épineux problème de la gestion du marché de gros de la ville, le Magrofel. Durant la dernière session ordinaire de l'APC, les élus apprendront, avec stupéfaction, que l'entreprise de gestion des cimetières de la commune fait un bénéficie annuel de 1,2 milliard de centimes, tandis que l'Epic qui gère le Magrofel, pourtant l'un des plus importants marchés de gros de la région, enregistre à peine des gains de 200 millions de centimes. Une aberration pour les élus ainsi que pour le P/APC et son staff qui, après discussion, ont décidé, à l'unanimité, de dissoudre l'Epic et de revoir ainsi la gestion du marché.
« Lors de la prochaine session ordinaire, nous allons examiner toutes les propositions et réfléchir surtout à comment rentabiliser le Magrofel. L'Assemblée a décidé de la mise de son adjudication. Il va falloir arrêter les bilans, préparer les décisions et, d'ici la fin de l'année, nous espérons la dissolution de l'Epic qui le gère et le mettre en adjudication. La même décision sera prise pour la fourrière de la commune, administrée directement par les services de la commune, mais suite aux problèmes récurrents relatifs à sa gestion, elle sera, elle aussi, mise en adjudication », a déclaré Bettine. Cette revalorisation du patrimoine de la commune de Constantine, qui était très attendue par les élus ainsi que par les autorités locales, sera très avantageuse pour l'APC qui a besoin de « rentrées d'argent afin d'assurer un service de qualité, ainsi que les salaires des employés. Il y a des biens sous-loués, il y a des contentieux avec les locataires, il y a des locaux que nous avons récupérés et après une décision de justice, nous les avons mis en location depuis le mois de juillet dernier », dira Mohamed Rira.
Vers la création d'un service pour l'élaboration des cahiers des charges
Plusieurs opérations d'amélioration urbaine, inscrites depuis 2014, n'ont pas pu voir le jour à cause de problèmes administratifs, de signature de cahiers des charges. C'est ce que révèle un élu de l'APC de Constantine qui a indiqué, au cours de la dernière assemblée ordinaire, que la direction des réalisations, relevant de la commune, est incapable de fournir aux bureaux d'études et aux entreprises engagés dans les projets de simples documents pour retirer les cahiers des charges.
« Il a fallu quatre mois pour signer de simples papiers. Nous avons le budget nécessaire et à chaque session, nous soulevons le même problème, sans arriver à le résoudre. C'est pour cette raison que plusieurs projets connaissent des retards considérables », a-t-il ajouté. Le secrétaire général, Nadir Bettine, a reconnu, quant à lui, l'existence de ce problème, indiquant qu'il y a une sorte de démission morale du service concerné qui bloque systémiquement les bureaux d'études. Lors du débat qui a suivi, les élus ainsi que les chefs des secteurs urbains ont proposé de créer un bureau administratif qui se chargera d'élaborer les cahiers des charges avant leurs signatures. D'autres élus ont proposé que l'on sanctionne, désormais, les employés des administrations « payés à ne rien faire » et qui entravent, en plus, le fonctionnement de l'APC.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.