AS Roma : Mourinho a pris une première décision    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Les textes d'application enfin ficelés    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Les membres officiellement désignés    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    L'impératif de l'investissement pour le G7    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Les Verts entrent dans l'histoire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Les augmentations des prix seront minimes », rassure Hadji Baba Ammi
Le projet de LF 2017 adopté par le Conseil de la nation
Publié dans Horizons le 07 - 12 - 2016

Le ministre a salué, en marge de la séance de vote, le fait qu'aucun sénateur n'ait exprimé d'opposition concernant ce texte. En réponse aux questions des journalistes, il a déclaré que la hausse des prix de certains produits de consommation n'a été aucunement engendrée par les nouvelles dispositions contenues dans ledit projet de loi. « Les commerçants ont augmenté les prix de 10% à 20% bien avant la mise en vigueur de cette loi de finances. Telle est la réalité. Une fois que ce texte sera appliqué à la lettre, les prix ne connaîtront pas une importante hausse », rassure-t-il. Concernant l'emprunt accordé par l'Algérie au Fonds monétaire international (FMI), il a assuré que ce crédit, de l'ordre de 5 milliards de dollars, sera remboursé en 2020. Le grand argentier du pays a expliqué, par ailleurs, que le gouvernement n'a jamais parlé d'effacement des dettes des entreprises. « A l'instar de ce qui est appliqué dans différents pays, quand la dette est ancienne et irrécouvrable, on recourt à l'assainissement du bilan de l'entreprise. C'est une pratique internationale. En l'absence d'une loi qui nous permet de récupérer ces créances au profit du Trésor public, on procède à un assainissement et non pas à un effacement de la situation », explique-t-il pour lever toute ambiguïté sur cette question, tout en précisant qu'aucun sénateur n'a trouvé matière à redire concernant ce point.
En réponse à certains membres du Conseil de la nation ayant affirmé, lors des débats autour de la LF 2017, que le gouvernement a recouru à des solutions de « facilité » pour faire face à la crise budgétaire qui secoue le pays, Baba Ammi s'est contenté de dire qu'« ils n'ont pas présenté de propositions ». « Nous sommes prêts à examiner leurs propositions, à condition qu'elles soient constructives », souligne-t-il en précisant, encore une fois, que les augmentations contenues dans ce projet sont vraiment « minimes », étant donné que deux points supplémentaires pour la TVA ne sont pas de nature à engendrer des hausses considérables. Dans un autre registre, le ministre a fait savoir que pour le moment, il n'est pas prévu de procéder à l'ouverture du capital des banques publiques, car cela nécessite des conditions à réunir. « Le jour où la situation sera propice, on entamera ce processus. Il n'y a pas de tabous sur cette question-là », affirme-t-il. Au sujet de l'impôt sur la fortune proposée par certains sénateurs, il dira que son instauration n'est pas si simple. « Avant d'imposer un nouvel impôt, il faudrait d'abord étudier les moyens de son application et son rendement », a déclaré Baba Ammi.
Bensalah tire sur les obscurantistes
Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, a salué, lors de sa courte intervention au terme des travaux de cette séance, les sénateurs pour avoir approuvé le texte qui est, selon lui, « un pas important devant permettre au pays de surmonter les difficultés financières auxquelles il fait face ». « Cette adoption intervient après un débat réaliste et objectif. Les sénateurs ont exprimé des idées constructives dont le contenu est applicable sur le terrain. Ce texte constitue donc un tournant que le pays devra négocier dans le cadre de sa politique financière et économique », déclare-t-il.
De son point de vue, « la LF 2017 intervient dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau modèle économique qui a pour but de consolider l'économie nationale, de renforcer les opportunités d'investissement et de promouvoir la productivité dans divers secteurs d'activité ». En somme, Bensalah considère que ce projet devra inscrire le pays dans la phase d'après-pétrole. Il a fait remarquer que certaines dispositions de ce projet de loi ont été décriées par quelques parties, partisanes des visions « obscurantistes ». Mais cela ne l'a pas empêché de « saluer les efforts consentis par le chef de l'Etat ainsi que son gouvernement ayant opté pour des choix certes difficiles, mais qui ont préservé les acquis sociaux ». « Ces allégations illusoires n'ont aucun intérêt. Le pays en a assez subi. Il a d'autres préoccupations à gérer », tonne-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.