Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils seront tous là !
Les partis et lesLégislatives de 2017
Publié dans Horizons le 12 - 12 - 2016

Le FLN, le RND, TAJ et le MPA, en tant que partis majoritaires, se disent prêts à engager cette bataille électorale « cruciale », dans la mesure où elle leur permettra de consolider leur place sur la scène politique. Pour ce faire, il faut choisir les meilleurs « chevaliers » jouissant d'un ancrage appréciable au sein des bases militantes. Exigence : ne pas compter sur la « chkara », ne cesse de menacer Djamel Ould-Abbès, secrétaire général du FLN. Est-ce possible de réussir ce pari dans ce genre de défi électoral impliquant « sièges et privilèges » ? La mission est « jouable », rassure Ould-Abbès à chaque occasion en comptant sur la contribution de « tous » en vue de bannir à jamais ce phénomène qui a longtemps entaché la scène électorale. Le RND, devant réunir jeudi prochain son conseil national afin d'entamer l'élaboration de sa stratégie électorale, a lui aussi dénoncé « la surenchère » politique qui risque de s'amplifier, selon Ahmed Ouyahia, SG du parti, à l'occasion de cette échéance électorale. « La tenue des législatives au premier semestre de 2017 risque de renforcer certaines tendances aux surenchères qui ne serviront pas les intérêts du peuple », a-t-il déclaré dernièrement dans une allusion à peine voilée à l'opposition qui multiplie ses attaques à quelques encablures de ce rendez-vous électoral. D'après les analyses des observateurs, le patron du RND avait pris ses précautions dès sa réélection à la tête du parti, en désignant dans le bureau national des personnes susceptibles de mener à bien cette mission. Ouyahia mise aussi sur les jeunes pour gagner la bataille des urnes dans plusieurs wilayas du pays, sachant que tout se jouera localement puisque c'est à la base de choisir ses candidats sans passer par une commission centrale. Les jeunes auront donc la chance de peser dans la confection des listes au niveau local et donc d'arracher des places surtout que la loi impose désormais un minimum de 30% de jeunes dans les listes, au même titre d'ailleurs que les femmes. Confiant, Amar Ghoul, président du parti TAJ, a déjà confirmé sa participation aux prochaines législatives. Il se dit favorable au contenu de la nouvelle loi électorale exigeant à tout parti de justifier d'un taux de 4% de voix récolté lors des dernières échéances pour s'exonérer de la récolte de signatures de parrainage pour ses listes. Ce n'est nullement un « obstacle » pour son parti devant prendre part à ce scrutin pour la première fois depuis son existence. Le MPA, dirigé par Amara Benyounès, a décidé également de jouer toutes ses cartes lors de ces législatives. Objectif : rééditer l'exploit de 2012 qui l'a hissé au rang de troisième force politique du pays en obtenant des résultats très satisfaisants. Il estime qu'il est tout à fait capable de s'affranchir de l'écueil de la loi électorale. C'est le cas du parti El Moustakbal, du RCD, du FFS et de l'ANR qui ont fait part aussi de leur participation à ce scrutin. Chacun y va pour une raison précise. Du côté des islamistes, l'on a commencé aussi à se préparer en optant pour certains au jeu des alliances. Une parade susceptible de renforcer leurs chances lors de ces élections à l'occasion desquelles aucune faille n'est permise. C'est ce qu'ont fait les partis Ennahda et le FJD qui ont décidé récemment d'opter pour une fusion dans un but purement électoral. Le MSP, quant à lui, a choisi d'agir en solo, car convaincu de ses capacités à renverser la balance en sa faveur sans pour autant avoir besoin d'une quelconque alliance partisane.
Jil Jadid, Talaei el Houriat et le PT maintiennent, quant à eux, le suspense. Ils n'ont toujours pas tranché leur position vis-à-vis de ce rendez-vous électoral. En attendant, c'est le branle-bas de combat au sein de nombreuses formations politiques. Avant la convocation du corps électoral prévu pour le mois de janvier 2017, une soif de victoire anime d'ores et déjà les candidats, les « futurs » élus du peuple.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.