Accidents de la route: 676 morts et 19000 blessés au niveau national en 2019    Mali: le processus de paix entre dans une nouvelle phase de stabilisation    ENIEM: arrêt technique des activités le 2 février prochain pour contraintes financières    Le camembert Tassili n'est pas contaminé : La laiterie de Draa Ben Khedda nous écrit    Goudjil refuse d'entériner le départ de Bensalah    Juventus : Can d'accord avec Dortmund !    GENERAL-MAJOR SAID CHENGRIHA : ‘'L'armée déterminée à soutenir les démarches du Président''    LES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE MAINTIENNENT LA PRESSION : Le ministère s'engage à affronter la situation    ILS ONT CIBLE PLUS DE 10 VEHICULES : Deux voleurs quinquagénaires arrêtés à Mascara    ORAN : Saisie de 12 quintaux de viandes blanches avariées    Mettre en place des mécanismes de traduction des textes de théâtre algérien    «Il y a beaucoup d'argent pour les collectivités locales»    France : les actes antimusulmans ont augmenté de moitié    HRW dénonce la poursuite de la répression    Le meurtrier interjette appel    Abdelmadjid Tebboune au MDN    Boxe/Championnats arabes : avec 12 médailles dont 5 en or    Mouaki rejoint l'ES Sahel    CRB-CABBA décalé au lundi 3 février    Les étudiants fidèles au "22 février"    Les entreprises publiques ont boudé l'événement    Des acheteurs allemands chez des fournisseurs algériens    Un nouveau système d'information pour la douane    Fermeture dans la nuit de mardi à vendredi minuit    Cinq pays au 10e Festival international du théâtre de Béjaïa    ACTUCULT    Lumières sur un super-héros, très secret et réel    Une foire internationale de la production à Alger proposée par l'Union arabe    Hand/Tournoi de qualification olympique: l'Algérie débutera face à la Slovénie    Zitouni exhorte les jeunes à l'unité pour faire avancer l'Algérie    El-Bayadh: Le logement passé au peigne fin    Selon le Professeur Tahar Ryan: «Le système de santé est malade»    Les étudiants toujours mobilisés    Oran: Le procès de Kaddour Chouicha de nouveau reporté    Oum El Bouaghi: Deux morts dans le crash d'un avion militaire    JS Kabylie: Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Coronavirus: Le président ordonne le rapatriement des Algériens établis à Wuhan    La pointe extrême du singulier    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Le parc d'attraction rouvre ses portes    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HAWA - Centre d 'apprentissage de couture : Perpétuer le patrimoine traditionnel !
Publié dans Horizons le 18 - 06 - 2011

Une vocation et le vœu de perpétuer le patrimoine traditionnel de broderie et de chbika. Voilà ce qui guide MMme Kaious et Hasnaoui, respectivement directrice d'un centre et coordinatrice des 18 centres de formation qui prennent en charge1.500 stagiaires dans ces espaces de formation pour jeunes filles spécifiques à la wilaya d'Alger et liés à l'art et la culture. «Notre vocation essentiellement socio-éducative vise la préservation du patrimoine traditionnel en couture à l'exemple de la broderie à la main, la dentelle, chbika, fetla, medjboud». Ces institutions viennent en appoint de la formation professionnelle dès lors qu'elles forment des apprenantes et ouvrent pour beaucoup d'entre elles les portes d'un emploi.
«Le prix de la formation est symbolique», explique madame Kaious, directrice du centre Belouizdad, elle-même ancienne formatrice durant 15 ans. Elle chapeaute 14 monitrices lesquelles initient plusieurs disciplines à 135 apprenantes. «Nous évoluons en double vacation de 8 à12 h et de 13 à 17 h, tous les jours. Mon rôle est de me concerter avec le personnel sur le choix des modèles à créer, la matière des tissus à choisir, la création de nouveau modèles», précise la directrice. Quant à Mme Hasnaoui, sa tâche est de superviser chaque centre, à tour de rôle et faire en sorte de juger de la bonne animation. Selon ce contrôle, la coordinatrice émet une notation à chaque directrice. Dans son plan de charge, la direction, sise à Kouba prévoit trois expositions majeures les 8 mars, le 5 juillet et à la mi-ramadhan.
«Nous avons aussi des manifestations hors de ces dates et des tournées culturelles afin de promouvoir notre produit et inciter d'autres jeunes filles à intégrer nos centres», souligne Mme Hasnaoui. Les deux dames, natives du quartier de Belcourt, ont créé l'habit féminin traditionnel algérois avec des matières spécifiques à l'ancien temps comme le portaient nos grands-mères. Sarouel de 6 mètres de large en «soie sauvage», «camizoura», «ghlila», une sorte de bustier brodé au point de Nabeul et le col en Chbika, sans oublier le foulard avec franges , «mahermet leftoul», et bien évidemment le haïk «mrama» sans lequel l'habit algérois n'aurait pas d'âme. «Pourquoi ces centres ne resteraient pas ouverts durant les grandes vacances, nos filles collégiennes iraient bien apprendre l'art de la broderie et de la dentelle ?». C'est le souhait émis par la maman d'une adolescente de 15 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.