Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Promotion-Le 1er essai historique de Youcef Dris est sur les étals : Sauvegarder la mémoire collective
Publié dans Horizons le 02 - 11 - 2009

Apres avoir réalisé deux romans à savoir «Les amants de Padovani» et de «El Hadj El Hachemi Guerrouabi», Youcef Dris publie aux éditions Alpha, son premier essai historique intitulé «Massacres d'octobre 1961, Papon la honte». La trame du roman, explique l'auteur, «tourne autour d'une compilation de documents et de témoignages qui restituent un des aspects cruels de la colonisation plus particulièrement, les massacres d'octobre 1961».
Il poursuit «Ce livre est un cri de colère contre une loi qui a été votée le 23 février 2005 par le parlement français qui fait l'apologie de la colonisation en Afrique du Nord.
Je me suis insurgé contre cette loi qui prétend que la colonisation a eu des bienfaits sur les populations.
Au fait, j'ai écrit ce livre en 4 mois, juste après la parution d'adoption de cette loi. Il faut, toutefois savoir que j'ai déjà présenté ce livre à un éditeur local qui a littéralement refusé de le publier pour des raisons que j'ignore. Aujourd'hui, Youcef Dris se félicite de la parution de son livre «Massacres d'octobre 1961, Papon la honte», car, explique-t-il «mon ouvrage vise à sauvegarder l'histoire contre l'oubli». Dans ce sens, il explique que notre histoire est souvent «bafouée» et méconnue de la jeune génération qui connaît très peu les péripéties de cette colonisation.
Dans ce livre de 92 pages, nous retrouvons une série de témoignages des personnes vivantes qui ont vécu et subi les massacres d'octobre 1961, notamment des parents à l'auteur, Dahman Djara auxquels il dédie ce livre. «Vous ne pouvez vous imaginer le mal causé par le colonialisme. Les mots ne sont jamais assez forts pour décrire la machine destructrice et impitoyable du colonialisme. La résistance farouche à ce colonialisme a été le mot d'ordre de tous les Algériens épris de liberté et de dignité».
Coïncidant avec la célébration du 55e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, M.Dris se dit honoré de participer au 14e salon international du livre d'Alger, d'une part et de faire paraître son livre à une date historique.
Youcef Dris est né à Tizi Ouzou, il a débuté dans le journalisme en 1972 au quotidien «El Moudjahid», puis a collaboré dans différents journaux algériens.
En projets, Youcef Dris compte écrire un autre livre qui traitera toujours de l'histoire.
Dans ce chapitre, il dit «L'histoire est un matériau qui nous interpelle nous les journalistes, historiens, écrivains, cinéastes et autres intellectuels».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.