Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les feuilletons syriens font un tabac
A quand le décollage du cinéma ?
Publié dans Info Soir le 13 - 04 - 2010

Constat n Le secteur privé doit jouer son rôle dans le développement du 7e art, comme il l'a fait dans l'industrie des feuilletons télévisés qui font un tabac dans le monde arabe.
Selon les professionnels en effet, le secteur privé est le grand absent du cinéma. «La balle est dans leur camp», estime Mohammad al-Ahmad, le directeur de l'Organisation nationale du cinéma (ONC), un organisme public, assurant que de nombreuses mesures ont été prises pour inciter le privé à s'intéresser au cinéma.
«L'ONC est le seul organisme qui produise les films, de A à Z. La promotion du cinéma en Syrie relève désormais du secteur privé car l'Etat a fait le maximum», indique-t-il invitant le privé à investir dans les films «comme il l'a fait pour les feuilletons télévisés».
Une cinquantaine de feuilletons télévisés sont produits par le secteur privé chaque année, contre deux lorsque l'autorité publique chargée de la Radio et de la Télévision présidait à leurs destinées, explique M. Ahmad. Les feuilletons télévisés syriens connaissent un large succès dans le monde arabe, alors que l'Etat est mis en cause dans la mort du cinéma national. Depuis sa création en 1963, l'ONC, affilié au ministère de la Culture, produit deux longs métrages et quelques documentaires par an. Il organise également le Festival annuel du cinéma de Damas. Selon M. Ahmad, un long métrage coûte entre 400 000 et 600 000 dollars et un documentaire entre 20 000 et 30 000 dollars. L'Etat a prévu des exemptions d'impôts sur cinq ans afin d'encourager les réalisateurs et les propriétaires de salles de cinéma à acheter du nouveau matériel, à importer des films et à construire des salles, souligne-t-il. «Malgré toutes ces facilités, le secteur privé n'a pas bougé. Il faut arrêter de faire des reproches à l'Etat», souligne-t-il. L'année dernière, un complexe comprenant deux cinémas, des restaurants et une librairie, baptisé Cinema City, a été inauguré à Damas. Il s'agissait de la première ouverture de salle depuis 1985 dans la capitale, qui ne compte qu'une dizaine de cinémas pour quatre millions d'habitants. Dans un pays de 22 millions d'habitants, le nombre de salles est tombé de 158 en 1964 à 36 actuellement. Haitham Hakki, un réalisateur connu, est favorable à un partenariat public/privé mais appelle aussi à la fin de la censure. «Il est vrai que le secteur privé doit travailler plus, mais l'Etat doit aussi le soutenir et réduire la censure», explique-t-il. Selon lui, l'ONC a besoin de davantage de fonds. «Si l'ONC recevait trois millions de dollars, il pourrait aider le secteur privé à produire cinq films par an», dit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.