Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les feuilletons syriens font un tabac
A quand le décollage du cinéma ?
Publié dans Info Soir le 13 - 04 - 2010

Constat n Le secteur privé doit jouer son rôle dans le développement du 7e art, comme il l'a fait dans l'industrie des feuilletons télévisés qui font un tabac dans le monde arabe.
Selon les professionnels en effet, le secteur privé est le grand absent du cinéma. «La balle est dans leur camp», estime Mohammad al-Ahmad, le directeur de l'Organisation nationale du cinéma (ONC), un organisme public, assurant que de nombreuses mesures ont été prises pour inciter le privé à s'intéresser au cinéma.
«L'ONC est le seul organisme qui produise les films, de A à Z. La promotion du cinéma en Syrie relève désormais du secteur privé car l'Etat a fait le maximum», indique-t-il invitant le privé à investir dans les films «comme il l'a fait pour les feuilletons télévisés».
Une cinquantaine de feuilletons télévisés sont produits par le secteur privé chaque année, contre deux lorsque l'autorité publique chargée de la Radio et de la Télévision présidait à leurs destinées, explique M. Ahmad. Les feuilletons télévisés syriens connaissent un large succès dans le monde arabe, alors que l'Etat est mis en cause dans la mort du cinéma national. Depuis sa création en 1963, l'ONC, affilié au ministère de la Culture, produit deux longs métrages et quelques documentaires par an. Il organise également le Festival annuel du cinéma de Damas. Selon M. Ahmad, un long métrage coûte entre 400 000 et 600 000 dollars et un documentaire entre 20 000 et 30 000 dollars. L'Etat a prévu des exemptions d'impôts sur cinq ans afin d'encourager les réalisateurs et les propriétaires de salles de cinéma à acheter du nouveau matériel, à importer des films et à construire des salles, souligne-t-il. «Malgré toutes ces facilités, le secteur privé n'a pas bougé. Il faut arrêter de faire des reproches à l'Etat», souligne-t-il. L'année dernière, un complexe comprenant deux cinémas, des restaurants et une librairie, baptisé Cinema City, a été inauguré à Damas. Il s'agissait de la première ouverture de salle depuis 1985 dans la capitale, qui ne compte qu'une dizaine de cinémas pour quatre millions d'habitants. Dans un pays de 22 millions d'habitants, le nombre de salles est tombé de 158 en 1964 à 36 actuellement. Haitham Hakki, un réalisateur connu, est favorable à un partenariat public/privé mais appelle aussi à la fin de la censure. «Il est vrai que le secteur privé doit travailler plus, mais l'Etat doit aussi le soutenir et réduire la censure», explique-t-il. Selon lui, l'ONC a besoin de davantage de fonds. «Si l'ONC recevait trois millions de dollars, il pourrait aider le secteur privé à produire cinq films par an», dit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.