POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ARBRE : Création prochaine de 7 forêts récréatives    CHERAGA : Saisie de plus d'un million d'euro en faux billets    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Des changements attendus face à l'Algérie    Imposante marche des avocats à Alger    «Le report de la présidentielle est un cadeau empoisonné»    L'Italie rejoint les «nouvelles routes de la soie» de Pékin    Faire sa crème anticellulite maison    Rassemblement de soutien à la révolution en Algérie    L'association El Rahma au chevet des femmes    Place de la République    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Sidi Bel-Abbès.. Le monoxyde de carbone fait un mort    Festival du printemps destiné aux enfants à Constantine.. Ambiance festive    ANALYSE: Un projet qui prend forme    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Macron, l'autre cible des manifestants    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    Un camion chute dans le lac Sarno    La sûreté de wilaya sensibilise sur les mécanismes de lutte contre l'escroquerie    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    La RD Congo très déterminée à se qualifier    Un arrière-central sûr et efficace !    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les chantiers de la refondation : Pour ne plus jamais revenir à "l'avant-22 février" et que triomphe la souveraineté populaire    Les recommandations du FMI    Samsung, bientôt 12 Go de mémoire vive dans les smartphones    Après avoir mis 1 To dans l'un de ses smartphones, Samsung adécidé de s'attaquer à la mémoirevive.    Bedoui tarde à former le gouvernement    Révolution de la jeunesse : L'ANP prend parti pour les revendications de changements    Au rendez-vous pour la 5ème semaine consécutive : Les manifestants appellent à la "préservation de l'unité du pays    Covéa renonce à racheter Scor, qui riposte en justice    Facteur 4 ou neutralité carbone : Quel est l'objectif le plus ambitieux ?    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Immigration : La mafia nigériane impliquée dans le trafic d'êtres humains en Allemagne    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les feuilletons syriens font un tabac
A quand le décollage du cinéma ?
Publié dans Info Soir le 13 - 04 - 2010

Constat n Le secteur privé doit jouer son rôle dans le développement du 7e art, comme il l'a fait dans l'industrie des feuilletons télévisés qui font un tabac dans le monde arabe.
Selon les professionnels en effet, le secteur privé est le grand absent du cinéma. «La balle est dans leur camp», estime Mohammad al-Ahmad, le directeur de l'Organisation nationale du cinéma (ONC), un organisme public, assurant que de nombreuses mesures ont été prises pour inciter le privé à s'intéresser au cinéma.
«L'ONC est le seul organisme qui produise les films, de A à Z. La promotion du cinéma en Syrie relève désormais du secteur privé car l'Etat a fait le maximum», indique-t-il invitant le privé à investir dans les films «comme il l'a fait pour les feuilletons télévisés».
Une cinquantaine de feuilletons télévisés sont produits par le secteur privé chaque année, contre deux lorsque l'autorité publique chargée de la Radio et de la Télévision présidait à leurs destinées, explique M. Ahmad. Les feuilletons télévisés syriens connaissent un large succès dans le monde arabe, alors que l'Etat est mis en cause dans la mort du cinéma national. Depuis sa création en 1963, l'ONC, affilié au ministère de la Culture, produit deux longs métrages et quelques documentaires par an. Il organise également le Festival annuel du cinéma de Damas. Selon M. Ahmad, un long métrage coûte entre 400 000 et 600 000 dollars et un documentaire entre 20 000 et 30 000 dollars. L'Etat a prévu des exemptions d'impôts sur cinq ans afin d'encourager les réalisateurs et les propriétaires de salles de cinéma à acheter du nouveau matériel, à importer des films et à construire des salles, souligne-t-il. «Malgré toutes ces facilités, le secteur privé n'a pas bougé. Il faut arrêter de faire des reproches à l'Etat», souligne-t-il. L'année dernière, un complexe comprenant deux cinémas, des restaurants et une librairie, baptisé Cinema City, a été inauguré à Damas. Il s'agissait de la première ouverture de salle depuis 1985 dans la capitale, qui ne compte qu'une dizaine de cinémas pour quatre millions d'habitants. Dans un pays de 22 millions d'habitants, le nombre de salles est tombé de 158 en 1964 à 36 actuellement. Haitham Hakki, un réalisateur connu, est favorable à un partenariat public/privé mais appelle aussi à la fin de la censure. «Il est vrai que le secteur privé doit travailler plus, mais l'Etat doit aussi le soutenir et réduire la censure», explique-t-il. Selon lui, l'ONC a besoin de davantage de fonds. «Si l'ONC recevait trois millions de dollars, il pourrait aider le secteur privé à produire cinq films par an», dit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.