Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'OMS fait son mea culpa
Publié dans Info Soir le 02 - 05 - 2010

Aveu n Face aux critiques, l'OMS a fini par reconnaître ses erreurs dans la gestion de la grippe porcine.
Lors d'une réunion d'évaluation organisée récemment en présence de 29 experts indépendants, Keiji Fukuda, le principal spécialiste de la question au sein de l'organisation onusienne a admis que l'état d'alerte décrété par l'OMS a contribué à créer un climat de peur et d'angoisse parmi la population mondiale. Selon lui, ce climat a été aggravé par la communication faite autour d'un autre virus grippal, celui de la grippe aviaire. L'OMS a mal communiqué sur la question et a été incapable de «répondre à la demande des opinions publiques au fur et à mesure de l'expansion du virus», a-t-il relevé.
Et d'ajouter que l'aspect relatif à l'incertitude qui prévaut dans tous les cas de pandémie a été négligé, ce que «beaucoup ont interprété comme un processus dénué de transparence». Même l'échelle d'alerte à la pandémie a entretenu la confusion, notamment en ce qui concerne la terminologie utilisée à propos du virus et de la pandémie. «La confusion autour des phases et du degré de gravité demeure une question très contrariante», a affirmé le chercheur américain.
Cet échec dans la gestion de la grippe porcine, M. Fukuda l'a imputé en partie aux nouveaux médias que sont les blogs, l'email et Twitter. Il y a eu «des informations, des rumeurs, beaucoup de spéculations et des critiques dans de nombreux supports», a-t-il affirmé en substance. Et David Heymann, ancien responsable des maladies contagieuses de l'OMS, d'admettre qu'il est très difficile de corriger les idées erronées» une fois qu'elles circulent sur Internet et dans les réseaux sociaux. De l'avis de M. Fukuda, l'OMS doit apprendre à «anticiper et répondre aux attentes et inquiétudes changeantes des populations».
De son côté, la directrice générale de l'organisation onusienne, Margaret Chan, a promis de faire toute la lumière sur la gestion de la pandémie et d'en tirer les leçons afin de mieux faire face à d'autres crises de santé publique à l'avenir. «Nous voulons savoir ce qui a bien fonctionné. Nous voulons savoir ce qui n'a pas marché, et dans l'idéal, pour quelles raisons. Nous voulons savoir ce qui aurait pu être amélioré et dans l'idéal, de quelle manière», a-t-elle déclaré en accueillant les 29 experts au siège de l'OMS.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.