Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du Centre anti-cancer    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma
Béjaïa au rythme des projections
Publié dans Info Soir le 31 - 05 - 2010

Les rencontres cinématographiques de Béjaïa, dans leur 8e édition, se poursuivent avec la projection de deux films, un court et un long métrages, dont le choix est destiné à polariser le renouveau du cinéma national.
Le dernier passager, un court-métrage de Lounès Khammar, évoque la frustration d'un jeune travailleur de théâtre, déçu autant par l'amour de sa vie que par sa carrière et qui, par désespoir, se suicide en sautant d'un rocher. Son âme avant de disparaître totalement revient cependant pour revisiter et le théâtre et sa dulcinée, deux amours impossibles. Et la mort en est la fin.
Le film a surtout valu par la qualité de la distribution des acteurs. Une dizaine d'illustres comédiens nationaux se sont prêtés au filmage, parmi lesquels ont figuré, outre le rôle principal confié à Mohamed Bouchaïb, Laarbi Zekal, Ahmed Benaïssa et Malika Belbey.
Le public est, par ailleurs, resté sous l'émotion du second film, Voyage à Alger, produit par Abdelmalek Bahloul, dans le cadre de «Alger, capitale de la culture arabe». Le film, un long métrage de 93 minutes, retrace le combat d'une veuve de chahid aux prises avec une injustice sociale (tentative de spoliation de ses biens par un ex-collaborateur colonial). Les rencontres cinématographiques de Béjaïa qui ont débuté samedi, s'étaleront sur une semaine, jusqu'au 4 juin. La sélection alterne courts et longs métrages et le documentaire.
La particularité de la manifestation à laquelle prend part, outre les invités étrangers habituels (France, Tunisie, Maroc), un groupe de producteurs belges, dont le cinéma sera mis à l'honneur jeudi prochain et qui sera rehaussé par la présence de Nicole Gilet, directrice du Festival international du film francophone de Namur.
Espace d'échange et de débat, cette présente édition, par-delà l'aspect filmographique intrinsèque, entend également développer des ateliers de formation dont la tradition commence à porter ses fruits.
La semaine va donner lieu à la projection d'une œuvre entièrement réalisée par des jeunes qui en ont suivi par le passé le déroulement. Un hommage au réalisateur disparu Azzedine Meddour est également prévu par les organisateurs.
R. C. / APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.