REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cela s'est passe un jour/ Aventures, drames et passions celebres
Les criminels à travers l'histoire (101e partie)
Publié dans Info Soir le 30 - 06 - 2010

Résumé de la 100e partie n Al Capone attire l'attention du Président des Etats-Unis, Herbert Hoover, qui donne aux agences fédérales l'ordre de le surveiller, ainsi que ses associés.
Au début du mois de mars 1929, Al a eu des problèmes avec trois gangsters qui étaient, jusque-là, ses alliés. il vient d'apprendre qu'ils l'ont trahi. Il a décidé de les liquider, mais à sa manière. Il les invite à dîner dans sa résidence, en compagnie d'autres hôtes, préparant en leur honneur un véritable banquet.
— Mes amis, leur dit-il, ce repas soude notre alliance, alors, mangez, buvez et amusez-vous !
Les trois suspects mangent comme des ogres. On s'amuse, on rit, on lance des plaisanteries, jusqu'à minuit. Puis, Capone se lève brusquement. Comprenant qu'il allait se passer quelque chose, les convives s'arrêtent de rire. Les suspects se regardent inquiets. C'est alors que Capone avance vers eux et, pointant un doigt accusateur vers eux, s'écrie :
— Je suis au courant de tout ! Vous croyez que vous pouvez m'avoir aussi facilement ? Je sais que vous m'avez trahi ! Le moment est venu pour que vous payiez votre traîtrise !
Les hommes, oubliant qu'ils ont laissé, comme les autres convives, leurs armes aux vestiaires, portent les mains à leurs poches. Al Capone fait un signe et ses gardes du corps se jettent aussitôt sur eux, les attachent sur leurs chaises et les bâillonnent.
Al Capone se saisit alors d'une batte de base-ball et s'approche du premier. Il le frappe de toutes ses forces, lui brisant les épaules, puis les bras, les jambes... Le deuxième puis le troisième subissent le même sort.
Al Capone fait alors signe à ses gardes du corps qui s'approchent des corps en charpie et, d'une balle dans la nuque, les achève.
— Voilà comme finissent ceux qui croient me tromper !
Un frisson parcourt la salle.
Tandis que Capone se pavanait, imposant sa suprématie aux autres gangsters, les autorités s'affairent à réunir suffisamment de preuves contre Capone pour le faire arrêter.
Le Président des Etats-Unis, Hoover, met la pression sur Andrew Mellon, le secrétaire au trésor, pour accélérer l'enquête.
Pour piéger Capone, Mellon va enquêter dans deux directions : celle de l'évasion fiscale, en prouvant que le gangster ne paye pas ses impôts, celle de la loi sur la prohibition, en prouvant qu'il la viole. C'est seulement une fois la preuve de ces délits apportée que Mellon, bénéficiant du soutien du procureur général, George E. Q. Johnson, va engager les poursuites et procéder ainsi à l'arrestation du bandit.
Pour mener l'enquête, Mellon a besoin non seulement de bons agents, qui sauront répondre aux attaques des criminels, mais aussi d'hommes qui ne se laisseront pas corrompre par Al Capone.
A cette époque, al Capone se vantait de tout faire avec son argent, y compris acheter des policiers et des magistrats, ce qu'il faisait réellement !
— Avec de l'argent, se plaît-il à répéter, vous pouvez tout faire !
Mellon réussit à recruter un groupe de jeunes hommes au passé irréprochable. Il place à leur tête celui qui lui paraît être le plus compétent, Eliot Ness, dont la troupe sera surnommée Les Incorruptibles. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.