Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son nom restera gravé dans la mémoire collective
Adieu «Da Chérif»
Publié dans Info Soir le 28 - 01 - 2012

Inhumation - Un imposant cortège a accompagné à sa dernière demeure, hier après-midi, près de Tizi Ouzou, le virtuose auteur et compositeur Chérif Kheddam, décédé lundi dernier à Paris à l'âge de 85 ans.
Une foule nombreuse composée de citoyens anonymes, venus des différentes régions du pays, de proches et amis du défunt, d'artistes et de figures politiques et culturelles, ainsi que du wali de Tizi Ouzou et du secrétaire général de l'UGTA, a pris part à ces obsèques. L'inhumation de la dépouille s'est déroulée au cimetière familial du village Aït Boumessaoud, dans la daïra d'Iferhounène, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Tizi Ouzou.
«Da Chérif» comme aimaient à l'appeler ses intimes, repose désormais pour l'éternité sous un frêne, face aux cimes enneigées du Djurdjura, qui fut sa première source d'inspiration .Malgré la consternation et la douleur qui se lisaient sur tous les visages, la levée du corps a été accompagnée de youyous de femmes du village d'Aït Boumessaoud où naquit l'artiste un 1er janvier 1927, en signe de reconnaissance au disparu pour avoir sublimé la femme algérienne à qui il a dédié de nombreuses chansons, de véritables hymnes à la beauté. Le village s'est avéré trop exigu pour contenir la marée humaine qui y a déferlé très tôt le matin. La foule, témoin de la grandeur de l'homme et de l'artiste, était tellement dense que nombreux sont ceux qui n'ont pu se frayer un chemin pour rendre hommage au défunt, dont la dépouille était exposée au public dans une salle de la mosquée du village. Les véhicules, immatriculés dans différentes wilayas du pays, étaient stationnés sur deux files à plus de 5 km du domicile mortuaire. Le regretté Chérif Kheddam a chanté l'amour, la patrie, l'exil, l'espoir la douleur pour exprimer son vécu mais aussi celui de ses semblables. Ses tubes ‘Lamri' (miroir), ‘Sligh Yemma thenad' (ma mère disait), et autres mélodies pathétiques retracent les conditions de vie pénibles des montagnards.
Ces conditions qui l'ont d'ailleurs poussé à l'exil, dont l'amertume lui a permis, paradoxalement, de rencontrer sa destinée d'artiste qui le propulsa au firmament de la création artistique, dont la grandeur n'a d'égale que son humilité et sa discrétion. Les présents étaient unanimes à le souligner : certes, l'homme n'est plus de ce monde, mais son nom restera gravé à jamais dans la mémoire collective nationale, grâce à son riche patrimoine lyrique légué à la postérité et à l'aide qu'il a apportée à une génération d'artistes émérites, qui se chargeront de prolonger l'œuvre du maître disparu. Comme l'a résumé l'écrivain Amin Zaoui, lors de ces obsèques sur les ondes de radio Tizi Ouzou, Cherif Kheddam «restera, pour l'éternité, un symbole de l'authenticité qu'il a su mettre en parfaite symbiose avec la modernité, en s'ouvrant sur l'universalité».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.