Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parrainage à distance
7 000 orphelins pris en charge
Publié dans Info Soir le 26 - 07 - 2012

Opération - Ce programme «parrainage à distance» a été lancé en 2005 par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem).
C'est ce qu'a indiqué hier, mercredi, son président, Mustapha Khiati, qui estime que ce programme est la solution «idoine» pour aider un orphelin, les précédentes expériences en matière de prise en charge en dehors de la branche familiale n'étant guère efficaces. «Pas moins de 7 000 enfants orphelins bénéficient du programme de parrainage à distance et nous souhaitons atteindre le nombre de 8 000 enfants durant le mois sacré du ramadan», a déclaré M. Khiati.
Pour atteindre cet objectif, des campagnes de sensibilisation sont menées à travers les médias lourds durant le ramadan pour inciter les citoyens envers cet élan de solidarité au profit des orphelins. Le parrainage à distance permet aux enfants orphelins de continuer à vivre dans un environnement familial (avec un parent), tout en bénéficiant d'une aide financière de la part de donateurs volontaires, a expliqué le président de la Forem.
Les donateurs contribuent chaque mois avec une aide financière de 3 000 DA pour chaque enfant, une contribution qui permet aux bénéficiaires de suivre leur scolarité et de bénéficier de soins médicaux. Dans ce cadre, le président de la Forem a appelé les pouvoirs publics à contrôler les dépenses des fonds des associations au niveau national pour «renforcer la confiance du citoyen et conforter ce dernier dans ses dons». «Ces fonds doivent être utilisés dans des projets au profit de la société non à des fins personnelles.
Certaines associations bénéficient de sommes colossales (plus de trois milliards de centimes) annuellement de l'Etat mais leur activité reste limitée», a-t-il dit. Le Dr Khiati a dénoncé le comportement d'associations qui «n'activent que par circonstances et comptent à 100% sur les aides de l'Etat ce qui a compromis la confiance du citoyen en les associations qui prennent réellement en charge ses préoccupations».
Le président de la Forem, qui était l'invité du forum du journal El Wassat, est revenu, par ailleurs, sur l'état du secteur de la santé en Algérie. Il estime que ce dernier fait face à une crise grave due à «la mauvaise gestion et à la politique des promesses non tenues», soulignant que celle-ci ne date pas d'aujourd'hui mais remonte à plusieurs années.
«La preuve la plus édifiante de la vulnérabilité du secteur de la santé est la pénurie de médicaments», a-t-il affirmé ajoutant que «malgré toutes les stratégies adoptées et les milliards dépensés dans l'importation, l'organisation du marché des médicaments en Algérie demeure le grand défi que doivent relever tous les responsables du secteur» sachant que les «pays voisins produisent 80 % de leurs besoins en médicaments contre 15 % seulement en Algérie». Le Dr Khiati a appelé à la création d'un conseil supérieur de la santé chargé «d'élaborer une carte de santé nationale» qui tienne compte des besoins nationaux dans le secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.